Je perds mes cheveux : pourquoi et que faire ?

Ta queue de cheval est de plus en plus fine et tu bouches ta baignoire à chaque shampoing ? Voici quelques informations et conseils pas que cons sur la chute de cheveux.

Je perds mes cheveux : pourquoi et que faire ?

Après m’être intéressée aux cheveux blancs, il était temps qu’on discute d’une autre problématique capillaire : la chute des cheveux.

Pourquoi tombent-ils, comment enrayer les chutes passagères et surtout quand commencer à t’inquiéter, voici quelques conseils pour garder une chevelure de rêve pendant longtemps, « parce que tu le vaux bien » !

La chute des cheveux, c’est quoi ?

Aussi appelée alopécie, la chute des cheveux est un phénomène tout à fait naturel de mort du cheveu (un cheveu pousse pendant environ six ans, vit quelques jours et « agonise » pendant plusieurs mois avant de tomber). Nous avons environ cent mille cheveux sur le crâne et en perdons une petite centaine par jour, ce qui assure le renouvellement de la tignasse sans que cela se voie dans la masse.

Au delà de cent cheveux par jour, la chute peut devenir problématique, voire laisser des traces. Pour tenter de l’enrayer, il faut déjà découvrir de quelle forme d’alopécie tu es atteinte (pour ça, rien de plus efficace qu’un petit rendez-vous chez le dermato !).

girl-waving-hairbrush

  • Les différents types d’alopécie

L’alopécie androgénétique est la forme la plus courante de chute de cheveux, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Elle se manifeste par une diminution progressive de la quantité et de la qualité des cheveux. La raison ? Une trop grande sensibilité à la testostérone. Chez la femme, la chute est souvent la plus visible sur le dessus du crâne. Un traitement local ou oral peut être prescrit par un médecin pour redensifier les zones clairsemées.

L’alopécie saisonnière est une chute qui a lieu au début du printemps et de l’automne. Elle correspond au contrecoup hormonal des variations de luminosité et n’excède pas six semaines. À part tenter de la prévenir, tu ne peux pas faire grand chose si ce n’est bien vider le siphon de ta douche pour éviter un dégât des eaux !

L’alopécie diffuse, généralisée sur l’ensemble de la chevelure, est souvent due à un trouble de l’organisme. Elle peut être aiguë dans le cas d’une dépression ou d’un accouchement, ou chronique si issue d’une carence ou d’un trouble de la thyroïde. L’important, pour traiter ce type de chute, est d’identifier le facteur responsable (un bilan sanguin peut t’être prescrit) puis de le traiter pour retrouver une jolie chevelure.

L’alopécie circonscrite, aussi appelée « pelade », se caractérise par une chute de cheveux sur une zone localisée. Elle est considérée comme une maladie auto-immune réagissant à des facteurs psychologiques comme le stress. Des traitements locaux comme des injections ou des traitements oraux peuvent être prescrits par un dermatologue.

L’alopécie congénitale, beaucoup plus rare, est due à une anomalie de la constitution du poil ou à une absence de racines des cheveux. C’est le cas le plus inquiétant car les cheveux ne poussent pas ou plus. Il faudra donc envisager une greffe, chère mais peu douloureuse, si on souhaite pouvoir retrouver un peu de volume.

Comment prévenir une chute passagère ?

hair-full-of-secrets

L’alopécie saisonnière étant un phénomène naturel, il y a peu de chances que tu arrives à y échapper. En revanche, tu peux parfaitement prévenir les dégâts en adoptant, au moins un mois avant le changement de saison, une routine « beaux cheveux » à base de produits de soin doux (naturels, c’est mieux) et de compléments alimentaires (fer, zinc, levure de bière, pollen… À toi de choisir celui qui correspond le plus à tes attentes).

Concernant les shampoings qui te promettent de retrouver une chevelure de rêve en un mois, attention : l’efficacité en terme de repousse des produits que l’on trouve dans le commerce n’est pas forcément prouvée, mieux vaut donc ne pas en attendre grand-chose. Par exemple, les shampooings anti-chute n’ont jamais démontré une quelconque efficacité, d’autant plus qu’on les garde trop peu de temps sur le cuir chevelu pour qu’ils aient le temps de montrer ce dont ils seraient capables.

À lire aussi : Question de lectrice : quels compléments pour ongles et cheveux ?

Quand consulter ?

Dès qu’une chute de cheveux passagère s’installe dans le temps, il peut être intéressant de consulter un médecin, rien que pour se rassurer. Selon ton degré d’alopécie, il pourra te prescrire un traitement pour retrouver une chevelure en pleine santé.

À lire aussi : Comment prendre soin de ses cheveux en automne ?

Des cheveux clairsemés peuvent devenir un véritable complexe et entraîner un isolement relationnel préoccupant. N’attends surtout pas d’avoir honte de sortir de chez toi pour prendre rendez-vous avec un professionnel de santé !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 11 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Naelia
    Naelia, Le 19 avril 2015 à 22h47

    @sofie

    peut-être que notre nature était bouclée depuis le début mais qu'à coups de mauvais traitements l'ensemble est devenu lissé...
    Il y a différentes choses, le changement tous les ± 7 ans en est une et les changements hormonaux à l'adolescence en sont une autre, c'est clair que j'avais les cheveux bien plus gras à l'adolescence et c'était surtout du à l'adolescence. Ils étaient également mal coiffés car je trouvais que ça donnait un style... jusqu'à ce qu'un gars de ma classe me demande pourquoi j'étais toujours mal peignée XD.
    (j'ai 25 ans ajrd)

Lire l'intégralité des 11 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)