Cauchemar de femme, la pétition qui fait froid dans le dos

Pour lutter contre la fermeture du seul Centre d'hébergement d'urgence pour les femmes sans abri, le Samu Social a sorti une nouvelle campagne un peu différente des autres.

Le 31 mai prochain, l’unique centre parisien d’hébergement d’urgence réservé aux femmes va fermer ses portes. Comprenant 52 places, il est le seul (petit) refuge que les femmes non accompagnées et en situation de grande précarité peuvent trouver. Afin de montrer la nécessité d’un tel établissement et de protester contre sa fermeture, le Samu Social a lancé une nouvelle campagne.

Cette campagne, réalisée par Frédéric Schoendoerffer, commence comme un film ; une jeune femme dort dans le métro. Lorsqu’elle entend deux hommes s’avancer vers elle, elle se lève pour leur demander une cigarette et les deux « gentlemen » en profitent pour l’agresser. La jeune femme finit par s’échapper de leur emprise et les sème de peu dans une course-poursuite. Elle crie, elle court, elle pleure et on tremble. Arrivée devant le Centre d’hébergement d’urgence du Samu Social réservé aux femmes, elle trouve portes closes et les deux hommes s’avancent vers elle.

C’est là que la véritable nature du petit film est dévoilée : c’est en réalité une pétition. Un compteur se met en marche tandis que l’actrice principale – très convaincante à en juger les frissons d’horreur qui ont parcouru mon dos – continue de hurler : tu as 30 secondes pour partager cette vidéo sur Twitter ou Facebook, faire s’ouvrir les portes du centre et sauver la jeune femme. Mais tu peux également laisser le temps filer et la regarder se faire frapper.

Si l’objectif qu’il y a derrière cette vidéo-pétition est tout à fait louable, on s’est demandé si le principe n’était pas un peu… Étrange. Je n’arrive personnellement pas à me faire une opinion sur le bien-fondé de la technique choisie : qu’est-ce qui nous dit que la plupart des internautes ne vont pas laisser le compteur défiler pour voir ce qui lui arrive ? Personnellement, c’est ce que j’ai fait (après avoir une première fois partagé la vidéo pour être sûre de pouvoir le faire). Le principe des deux alternatives est certes intéressant, mais espérons que la plupart des gens qui voudront voir le plus glauque des deux dénouements penseront à visionner le petit film une deuxième fois pour le partager – du moins s’ils se sentent concernés par le problème en question.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 29 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Auboutdumonde
    Auboutdumonde, Le 8 avril 2012 à 1h31

    Je déteste partager liens et autres videos sur mon mur Fb et je déteste encore plus afficher mes convictions à 300 contacts plus ou moins (surtout moins) proches néanmoins, pour une fois, j'ai fais un effort.

    La forme de la vidéo est surprenante et je ne suis pas contre mais ce serait vraiment plus judicieux qu'il y est un deuxième moyen de voter [ un fichier exel tout pourri :nerd: ] pour celles et ceux qui ne sont pas sur les réseaux sociaux ou qui n'ont tout simplement pas envie de partager cette video.

    De plus je me pose une question : est ce que cette pétition en est vraiment une ? Je veux dire, est ce que c'est juste un moyen de bien diffuser l'info ou est ce que ce genre de pétition à réellement une légitimité comme la bonne vieille liste avec les signatures ? Une madz juriste pourrait nous éclairer [ bon d'accord je suis juriste mais je n'en sais rien... ] ?

    Sinon je trouve qu'ils amènent le sujet d'une drôle de façon puisqu'en général les centres d?hébergements sont mixtes ce qui pose problème car les femmes ce font agresser à l'intérieur même des centres ! Alors les centres d?accueil pour SDF sont surement très utiles pour se réfugier en cas d'agression (encore faut il en avoir un au bout de la rue) mais cette fonction peut être remplie par tous les centres, même mixtes non ? Encore une fois je ne critique pas la campagne, je dis juste que c'est, selon moi, une drôle de façon d'amener les choses que de parler d'une agression "classique" alors qu'il existe des problèmes plus spécifiques aux femmes SDF comme cité plus haut.

Lire l'intégralité des 29 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)