Mardi Pas Permis : la bague bouton d’acné

On avait pas vu tel déferlement de créativité depuis le collier vulve ou le recyclage de dents. Voici venue désormais la bague bouton d'acné !

Mardi Pas Permis : la bague bouton d’acné

Si vous êtes en train de manger, mieux vaut peut-être revenir lire cet article après l’heure de la digestion. Je vous aurais prévenue.

Attaque de détournement massive
Winona Johnson est donc une créatrice de bijoux, légèrement hors norme. Premier d’une longue série qu’elle compte bien développer, son bijou bubonique n’attire plus l’oeil sur votre visage constellé mais bel et bien sur votre doigt. Par quel miracle ? Parce que le furoncle qui s’y trouve est pire bien sûr.

Non sans ressembler à un volcan en pleine éruption, la perle qui y bourgeonne est censée sublimer le pus blanchâtre qui s’en échappe, offert à vos doigts experts. Car le péché mignon de Winona, elle l’avoue bien : « I like to pick at it ! ».

Si toi aussi tu souhaites t’exploser la rétine – à défaut de pouvoir faire la nique à cette pustule de nacre – il t’en coûtera pas moins de 163$ sur la boutique Etsy de miss Johnson. Eh oui, les plaisirs coupables ont un prix.

via Jezebel.com

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 32 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • AnonymousUser
    AnonymousUser, Le 8 juin 2011 à 20h10

    Elle m'amuse beaucoup cette bague, et les réactions qu'elle enchaîne aussi et me rappelle cette tendance à aller vers du toujours plus propre, plus lisse, plus aseptisé, à chercher à tout prix à oublier, camoufler et anéantir les petites laideurs qui nous constituent aussi en tant que vulgaire chose mortelle. La grosseur de la bague fait qu'on ne peut pas passer à côté de cette petite laideur-là, et ça me plaît beaucoup ! Il y a un air de noblesse que l'artiste donne à ces sécrétions du corps humain, avec cette petite perle de nacre, c'est vraiment chouette !

Lire l'intégralité des 32 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)