Aranya Johar revient avec un « guide de la beauté » emprunt de bienveillance et de féminisme

Par  |  | 2 Commentaires

Aranya Johar continue de clamer ses poèmes engagés et magnifiques, en abordant cette fois-ci le sujet de la beauté.

Aranya Johar revient avec un « guide de la beauté » emprunt de bienveillance et de féminisme

Aranya Johar, la poétesse indienne qui nous avait émues avec son slam A Brown Girl’s Guide to Gender est de retour avec un nouveau morceau : A Brown Girl’s Guide to Beauty (Guide de la beauté d’une jeune indienne.)

La vidéo A Brown Girl’s Guide to Beauty

Comme d’habitude, son discours est plein de bon sens, d’humanité, empreint d’un féminisme et d’une bienveillance qui font du bien à entendre.

Toutes les couleurs, toutes les formes

Aranya Johar mets en lumière les injonctions et contradictions impossibles auxquelles elle fait face, en abordant dans un premier temps le rapport difficile qu’elle a longtemps entretenu avec sa couleur de peau :

« Depuis l’âge de 9 ans, je me gifle le visage avec des crèmes éclaircissantes.
Chaque soin devenait une gifle sur ma joue parce que la nuance de ma peau était… moche. […]

Je suis de la couleur du thé parfumé que ma tante boit nonchalamment, remarquant que « Bipasha serait plus jolie si elle était plus claire ». »

En parallèle, elle dénonce aussi les standards en termes de poids, de courbes, et leur irréalisme :

« Ma taille fine et mon thigh gap malsain ont longtemps été les seules choses que j’arborais fièrement. […]

On m’a dit qu’ils veulent des filles avec des courbes, mais pas la cellulite qui va avec, ils veulent de grosses fesses mais pas de cuisses fortes. »

À lire aussi : Le culte de la minceur VS mes complexes, une histoire de paradoxes

Aranya Johar dénonce l’injonction à la virilité

Elle n’oublie pas non plus les hommes et l’injonction à la virilité qu’ils subissent, s’additionnant à celle qui concerne aussi leur apparence :

« Mon cousin s’affamait pour avoir des abdos dessinés, parce que c’était plus simple que d’avoir un régime sain. […] On oublie que la beauté des hommes a aussi un prix. »

Faisant référence aux mêmes « fairness creams » que les femmes appliquent pour avoir la peau plus claire, elle détaille la souffrance que cela peut engendrer chez les mecs aussi :

« Les hommes se cachent pour se frotter avec les mêmes crèmes parce qu’apparemment ne pas avoir confiance en soi fait de toi un homme faible. »

Aranya Johar incite à devenir sa propre amoureuse

Aranya Johar termine son slam en faisant un appel à la bienveillance entre nous, mais aussi avec nous-même :

« Donc j’ai demandé à ma mère, plutôt que de chercher des fiancé•es à la peau claire, cherchons des fiancé•es qui nous traitent bien. […]

Nous sommes bien plus que notre couleur ou nos formes, parce que vous et moi, nous sommes tou•tes pareil. »

Avec sa propre version feel good de l’idée de devenir sa propre meilleure amie, Aranya Johar termine :

« Avec l’espoir de pouvoir un jour aimer quelqu’un, commençons par devenir nos propres premiers amoureux. […]

C’est le moment de réaliser que l’amour existe en toutes couleurs et toutes formes. »

À lire aussi : Marinette, YouTubeuz journaliste et féministe


Esther

Esther est tombée dans la marmite de madmoiZelle quand elle était petite. Elle n’a pas grandi, mais elle a depuis développé de fortes convictions féministes. Padawan en relations internationales, son passe-temps favori consiste à scruter l'actualité, une tasse de thé rooibos à la main.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Astyana
    Astyana, Le 11 juillet 2017 à 19h42

    Ce qu'elle dit est magnifique, aussi bien sur le fond que sur la forme !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!