L’ambition (aussi) est un muscle qui se travaille #62jours

Par  |  | 174 Commentaires

Avoir de l’ambition, c’est déjà pas évident pour tout le monde. Les assumer et les défendre, ça peut vite devenir un parcours du combattant...

L’ambition (aussi) est un muscle qui se travaille #62jours
Clémence veut mettre à profit cet été pour développer 62 réflexions introspectives, dans le but de devenir sa meilleure alliée… et donc une meilleure version d’elle-même. Rendez-vous tous les jours sur #62jours pour devenir meilleure : un exercice de développement personnel en pratique.

Précédemment dans #62jours : Cher Corps, et si on faisait équipe à partir de maintenant ?

J’ai remarqué, chez nombre de jeunes meufs de talents que je suis amenée à croiser, une habitude assez irritante.

Et puis je me suis rendu compte que moi aussi, j’avais cette habitude détestable, c’est donc de moi que je parlerai aujourd’hui, pour changer. (lol).

L’habitude dont je parle consiste à systématiquement baisser ses attentes, pour éviter de (se) décevoir. Appelons ça la dépréciation préventive.

J’en parlais déjà lorsque j’ai décidé de bannir l’adjectif « petit » de mon vocabulaire, arrêter d’amoindrir mes propres accomplissements en les qualifiants de « petit projet », « petite idée », etc.

Sauf que j’avais pas compris, au moment où j’avais écrit ce billet, que ce problème de vocabulaire n’était que la partie émergée de l’iceberg.

Inavouables ambitions

On a déjà parlé d’ambition sur madmoiZelle, c’est une force positive dans ma vie, car je ne l’ai jamais définie par rapport aux autres.

Mes envies et mes projets ne sont jamais en concurrence avec d’autres gens : si je ne suis pas seule sur mon chemin, nous ferons équipe. C’est comme ça que je me représente l’ambition.

C’est comme ça aussi qu’en parlait Mymy, dans sa découverte de l’ambition.

Malgré la perception positive que j’ai des ambitions, je semble incapable de me les avouer. Ou alors, comme de nombreux exemples autour de moi, si je les confesse, c’est en les minimisant le plus possible.

J’aurais été déçue de ne pas avoir mon bac avec mention très bien, car c’était mon ambition. Mais je disais à tout le monde que j’espérais l’avoir, si possible avec mention.

Quand je me lance dans une activité physique nouvelle, ou dans une compétition, j’espère toujours « réussir à finir la course, on verra bien le temps ». Oh, j’ai commencé ça comme ça, j’ai un « petit niveau » (ALERTE PETIT), j’en fais en dilettante.

Tant de grands cercles, pour tourner autour du pot à ambitions : pourquoi ?

Ma peur de l’échec engloutit mes ambitions

J’ai tellement peur de (me) décevoir. D’affronter la déception des autres. J’ai dit que j’allais faire un temps ? Que je voulais publier un roman ? Que je m’étais fixé tel ou tel objectif ?

Alors, il faut que je réussisse, sinon j’aurais échoué devant témoins. Insupportable !

Je préfère garder mes ambitions secrètes, au moins comme ça, personne ne le saura si je ne les atteins pas. En théorie, c’est un bon plan, mais en pratique, évidemment, c’est une connerie.

Si je ne suis même pas capable d’assumer à haute voix mes ambitions, qui plus est auprès de personnes proches dont la bienveillance n’est pas en doute, c’est donc que je ne me fais pas confiance pour réussir à les réaliser.

Sinon, pourquoi j’aurais aussi peur de les admettre ? Je n’y crois pas suffisamment, c’est tout.

Assume tes ambitions, une habitude à prendre

Je veux avancer dans la vie, je veux devenir une meilleure version de moi-même, et l’important n’est pas de participer. L’important, pour moi, dans ma vie, c’est de me développer, de grandir, de devenir puissante, etc.

Tous ces #62jours n’ont aucun intérêt si je ne suis pas prête à assumer mes ambitions.

Ça commence par me fixer des objectifs ambitieux, que j’ai envie de poursuivre. Et ne pas les garder pour moi, comme des secrets honteux, inavouables.

Si ce sont mes projets, si j’y crois, alors j’en serai fière.

L’ambition est un muscle qui se travaille

C’est inconfortable, au début. Comme un muscle qu’on n’exerce pas assez souvent, ça tire, ça fait des courbatures, et parfois peut-être, ça claque ou ça se déchire.

Mais ça guérit. Et on progresse.

Je vais travailler mes ambitions comme je bosse ma foulée, en ce moment. Me faire confiance, me savoir capable, et développer l’envie d’avancer plus sereinement, d’aller plus loin.

7 surprises culinaires personnalisées par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Clemence Bodoc

Anciennement Marie.Charlotte, Clémence Bodoc a été jeune cadre dynamique dans une autre vie, avant de rejoindre la Team madmoiZelle. Elle s’intéresse à l’actualité et à l’écologie, aime la politique et les débats de société. Grande fan de sport (mais surtout à la télévision), et de cinéma (mais seulement en VO), son nom de scout est dinde gloussante azurée. Elle ne mord pas mais elle rit très fort.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Agathe_5doigts
    Agathe_5doigts, Le 7 septembre 2017 à 14h45

    Bonjour, ton article "Te repose pas sur tes acquis, cours après les progrès " est très inspirant ! Si le minimaliste t'intéresse davantage n'hésite pas à aller faire un tour sur notre boutique https://5doigts.fr/ ! Tu trouveras une multitude de chaussures minimalistes pour débuter ta transition ! Si tu as des questions tu peux nous contacter via les réseaux sociaux (pseudonyme : 5doigts) ! En espérant suivre tes prochaines aventures minimalistes !
    Le Team 5doigts :taquin:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!