Ces acteurs de plus de 50 ans qui me font vibrer — Les Fantasmes de la Rédac

Jack Parker aime les vieux, voilà, c'est dit. Et les vieilles, aussi. Les gens de 50 à 90 ans, disons. Et elle assume !

Ces acteurs de plus de 50 ans qui me font vibrer — Les Fantasmes de la Rédac

Si j’ai tendance à avoir un faible pour les petits jeunes, je ne reste pas pour autant insensible au charme des « séniors », surtout quand ils ont autant de chien, de classe et de charisme que ceux qui figurent sur cette liste. Voici donc les dix acteurs et actrices de 50 ans ou plus qui me font perdre les pédales.

Jessica Lange (64 ans)

Si j’ai toujours admiré Jessica Lange pour ses talents d’actrice, il a fallu attendre son arrivée dans la série American Horror Story pour que son potentiel sexuel me soit révélé.

Avant, c’était une « grande actrice ». Maintenant, c’est une femme extrêmement sexy, au charme magnétique, qui me fait complètement chavirer et qui me rend totalement débile dès qu’elle apparaît à l’écran.

À travers les personnages différents qu’elle incarne dans chaque saison, elle a su me terrifier, me mettre hors de moi et me donne envie de me jeter dans ses bras en la suppliant de me faire un câlin. J’aimerais pouvoir m’imprégner de la féminité féroce qu’elle dégage. Même juste un petit peu.

Katey Sagal (59 ans)

Il est loin le temps de Mariés, Deux Enfants, où Katey Sagal se pavanait dans son salon en body léopard, le crâne orné d’une immense choucroute et la mâchoire déformée par la mastication d’un gros chewing-gum. Depuis, on a pu la voir dans Touche Pas à mes Filles, Futurama (c’est elle qui double Leela) et dans Sons of Anarchy, où elle s’éloigne complètement de ses rôles de maman-de-sitcom.

Et à en croire ses diverses interventions, Katey est plus proche du personnage qu’elle incarne dans Sons of Anarchy que d’une Peggy Bundy. Elle a du chien, la langue bien pendue, un caractère en acier trempé et n’hésite pas à taper du poing sur la table quand quelque chose la chiffonne. Le tout en restant incroyablement sexy, tant qu’à faire, sinon c’est pas marrant.

Wesley Snipes (50 ans)

Wesley Snipes, c’est mon amoureux de toujours, pour toujours, jusqu’à la fin des temps et même un peu après. Depuis Demolition Man, lorsqu’il incarnait le psychopathe Simon Phoenix en salopette et cheveux peroxydés, je suis tombée sous son charme. Et quand il a endossé le long manteau en cuir de Blade, j’ai perdu ma culotte, ma dignité, mon sang-froid et deux ou trois litres de sueur. Depuis, Wesley et moi, c’est pour la vie.

Et comme il vient de sortir de prison, y a moyen qu’on concrétise d’ici quelques semaines, je vous tiendrai au courant. Au pire, vous me verrez sûrement à son bras à l’avant-première de The Expendables 3, dans lequel il devrait tourner bientôt.

Sean Bean (54 ans) 

Ah, Sean Bean, ce bon vieux spoiler vivant qui décède salement dans 90% des oeuvres dans lesquelles il joue — c’est injuste, mais ça renforce mon amour pour lui à chaque mort.

Parce que forcément, à force de m’attacher à lui, ça me fait de plus en plus mal quand il crève, et j’ai l’impression d’avoir déjà vécu quinze ans de deuil pour le même homme, c’est bien malheureux. Fort heureusement, il revient toujours, plus fort qu’avant, et ne perd pas une miette de charme malgré ses nombreux passages dans l’au-delà.

Seule ombre au tableau, et pas des moindres, il a été accusé par une ancienne petite amie de lui avoir tapé dessus, d’avoir envoyé des messages un peu vilains, et d’avoir été globalement un gros trou du cul — et bien que les plaintes aient été retirées du jour au lendemain, ça me donne moyennement envie de tenter l’expérience avec lui.

Sean Connery (82 ans)

Alors là, je tombe dans la gérontophilie sans complexe avec Sean Connery, octogénaire au charme légendaire qui restera, pour moi, l’unique James Bond, le seul, le vrai, le plus beau des plus beaux. Parce qu’il est bien mignon Daniel Craig, vraiment, mais il ne fait pas vraiment le poids à côté du bel écossais.

Je nous vois déjà, dans une grande maison, nous cachant de son auxiliaire de vie pour jouer à devine-ce-que-je-cache-sous-mon-kilt en riant comme des grands enfants. Ce sera beau, ce sera fort, ce sera probablement de courte durée, mais on saura tirer parti des années qu’il nous reste à vivre ensemble.

Vanessa Williams (50 ans)

Découverte dans le rôle de la cruelle Wilhelmina Slater, fille cachée d’Anna Wintour et Cruella D’Enfer, dans Ugly Betty, Vanessa Williams possèe tous les attributs qui me font rêver. Je pense qu’il n’y a pas grand chose de plus beau au monde qu’un-e Noir-e avec les yeux clairs, c’est ma kryptonite absolue, la preuve que les dieux existent et qu’ils ont imposé une hiérarchie au niveau des physiques et que nous ne sommes pas tous égaux devant le miroir.

Alors certes, depuis Vanessa a vraisemblablement fait appel à un ou deux spécialistes pour s’assurer de garder sa plastique de rêve, mais ça ne change rien à ce que je ressens pour elle.

Je trouve qu’elle dégage beaucoup de classe, elle m’impressionne au point que si par hasard je devais la croiser un jour, je tomberais probablement à ses pieds en convulsant et en l’implorant de bien vouloir me laisser lui toucher au moins le petit doigt.

Gina Gershon (51 ans)

Découverte dans Volte/Face, un autre de mes films préférés, Gina Gershon m’a toujours intriguée. Les proportions de son visage, avec ses petits yeux, son nez tout fin et sa looooongue bouche, m’ont toujours laissée perplexe. Mais c’est aussi pour ça que je suis tombée amoureuse d’elle — en plus de son attitude et de ses rôles qui me font toujours craquer, année après année.

Elle fait partie de ces femmes que j’aimerais être, ne serait-ce qu’un tout petit peu, pour avoir l’impression d’avoir du chien, moi aussi. Et accessoirement, si elle pouvait me faire un gros câlin, je ne serais pas tellement contre.

Clint Eastwood (83 ans)

Retour à la case gérontophilie avec Clint Eastwood qui, s’il m’a beaucoup énervée pendant la campagne Romney/Obama, n’en reste pas moins l’un de mes plus vieux fantasmes (dans les deux sens du terme).

Ça dû commencer entre la fin de la maternelle et le début de la primaire, lorsque j’ai posé les yeux sur son visage pour la première fois. Tant de classe, de prestance, de badasserie dans une seule personne, ça m’a fracassée d’entrée de jeu. J’avais envie de faire plein de petits bisous sur son grain de beauté.

Et quoiqu’on en dise, il porte relativement bien ses 83 ans et son charme ne semble pas s’atténuer au fil des années, bien au contraire. Il est sexy et effrayant à la fois, et c’est pas habituel comme combo, alors forcément, ça fonctionne.

Harrison Ford (70 ans)

Qui peut lutter contre le charme d’Indiana Jones et Han Solo roulé dans une seule et même personne, QUI ? C’est absolument impossible, quand on a grandi devant les films de George Lucas et Steven Spielberg, de nier la puissance de l’explorateur/pilote de l’espace. Sans compter qu’Harrison Ford a vraiment ce qu’on appelle une « bonne tête ». Il a l’air gentil, doux, attentionné, et on a envie de lui ébouriffer les cheveux avec les seins mains.

En plus, ça a vraiment l’air d’être un type cool. Alors ça veut rien dire hein, ça se trouve c’est un gros enfoiré de première catégorie, mais au moins il le cache bien. Et si Calista Flockhart voulait bien le lâcher deux minutes, j’irais bien le vérifier par moi-même.

Jeff Bridges (63 ans)

Alors là ça devient limite oedipien parce qu’il se trouve que mon père ressemble énormément à Jeff Bridges depuis qu’il a dépassé la cinquantaine (The Big Lebowski est donc devenu très perturbant puisqu’il s’agit, dans ce film, de son sosie absolu).

Du coup, ce que je ressens pour Jeff Bridges ne peut pas réellement être sexuel, sinon ce serait beaucoup trop bizarre, alors je me contente d’imaginer qu’on puisse devenir très potes et qu’il devienne une sorte de mentor et en fait c’est toujours chelou, mais c’est pas tellement ma faute, qui peut résister à Jeff Bridges ?

Cet homme dégouline de cool par tous les pores et crève l’écran à chaque fois qu’il apparaît, et puis son album accompagne beaucoup de mes sessions de boulot, alors c’est assez difficile à vivre. Mais y a pire, comme situation. Si j’apprenais par exemple que mon père et Jeff Bridges ne sont en réalité qu’une seule et même personne, là j’aurais vraiment un souci, mais pour l’instant ça va, je gère.

Voilà.

J’aurais bien rajouté David Duchovny, mais Sophie-Pierre Pernaut s’est déjà largement étendue sur le sujet.

Et vous, qui sont les « vieux » qui vous font chavirer ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 50 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • WonderLeez
    WonderLeez, Le 16 novembre 2015 à 12h57

    Et Timothy Omundson, on en parle ou pas ??
    [​IMG]

    Avec barbe, parce que sans c'est moins sexy

    Spoiler: Le rasage, c'est le mal

Lire l'intégralité des 50 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)