Will Smith et son dadbod instrumentalisent-ils la grossophobie à des fins marketing ?


Les photos de Will Smith dénudé, vêtu seulement d’un boxer, affolent Internet. L'acteur a pris quelques kilos avec la pandémie, comme beaucoup de monde... Sauf qu’il en fait le point de départ d’une émission en partenariat avec Youtube. De quoi régaler la grossophobie.

Will Smith affiche son dadbod sur InstagramCompte Instagram officiel de Will Smith @willsmith

S’il a davantage tourné habillé dans des œuvres du registre de la comédie plutôt que torse nu dans des blockbusters d’action, Will Smith peut quand même prétendre au rôle de sex-symbol comme en atteste son rôle dans Hitch, où il tient le rôle d’un coach en séduction.

Alors quand il poste un selfie en sous-vêtement à ses 53 millions d’abonnés sur Instagram, cela suscite forcément des réactions.

Le 3 mai 2021, l’inoubliable Prince de Bel-Air légendait un cliché de lui en veste zippée ouverte sur son boxer et des chaussons, avec en légende :

« Je vais être honnête avec vous, les gens, je n’ai jamais été aussi mal gaulé de ma vie. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Will Smith (@willsmith)

« Tu es Will Smith !! Tu peux être gaulé comme tu veux. »

Un ressenti personnel et sans doute une réalité qu’on ne cherche aucunement à nier. Mais qui interroge puisque pour un homme de 52 ans — ou même n’importe quel âge d’ailleurs — l’acteur paraît plutôt en forme.

Ce selfie lui a attiré beaucoup de commentaires élogieux, comme celui du producteur de musique Questlove qui récolte 19.000 likes pour lui avoir écrit : « C’est le meilleur post de l’histoire des réseaux sociaux. » Ou la chanteuse Sonna Rele qui obtient 36.000 likes pour lui rappeler : « Tu es Will Smith !! Tu peux être gaulé comme tu veux. » Ce qui sonne autant comme un compliment que comme une façon de lui rappeler ses privilèges sociaux…

En plus d’être surprenant, ce selfie semble également avoir rassuré beaucoup de personnes car il rappelait que les stars hollywoodiennes sont des êtres humains comme tout le monde. Mais cela a pris une autre tournure le lendemain. En légende d’un boomerang (sorte de gif animé en boucle, propre à Instagram) pour qu’on puisse mieux voir la banalité de son corps, l’acteur a ainsi légendé :

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Will Smith (@willsmith)

« Voici le corps qui m’a porté tout le long de la pandémie et d’innombrables jours à paître dans mon garde-manger. J’adore ce corps, mais je veux me sentir mieux. Fini les muffins à minuit… Ça y est, je vais obtenir la meilleure forme de ma vie !!!! En partenariat avec Youtube pour remettre ma santé et mon bien-être sur les rails. J’espère que ça va marcher ! »

Ecce Hollywood Homo

Loin d’être d’innocents selfies pour montrer un corps sans retouche, ces autoportraits dénudés visent en fait à assurer la promotion de la chaîne Youtube de l’acteur où sera diffusé prochainement un programme de remise en forme. Will Smith s’avère également à l’affiche de Amend, une série documentaire sur les droits civiques dont l’épisode 1 est sortie sur la chaîne YouTube de Netflix le 4 mai 2021. Un bon moment pour faire un peu de promo, en somme.

Si tous les moyens peuvent être bons pour parvenir à ses fins selon Le Prince de Machiavel, cette stratégie promotionnelle de l’acteur de Men In Black pose question. Car elle nous rappelle la pression qui pèse sur les acteurs et surtout les actrices d’Hollywood afin de cultiver un corps qui colle le plus possible aux standards de beauté dominants, d’une part.

D’autre part, en affichant publiquement son corps plutôt ordinaire comme une source d’insatisfaction, Will Smith peut également blesser malgré lui beaucoup de personnes qui souffrent de leur propre image corporelle.

Une campagne de promo qui alimente la grossophobie ?

C’est là toute la complexité de la récupération du mouvement politique bodypostive à des fins marketing par des entreprises et des personnes aux corps pourtant en apparence proches des standards (même si elles peuvent avoir un mal-être invisible, comme souffrir de TCA ou de dysmorphophobie, par exemple).

Heureusement, les mots de Will Smith sont relativement pesés, puisqu’il insiste sur la reconnaissance et l’amour qu’il porte à son corps. Mais cette mise en scène alimente la grossophobie structurelle, qu’il le veuille ou non, malheureusement.

C’est précisément cette violence systémique qui donne aux photos de Will Smith une dimension amusante mais aussi courageuse, voire héroïque, et donc rend sa campagne de promo aussi virale que pernicieuse. Car elle raconte en creux que ce corps pourtant bien ordinaire mérite d’être corrigé.

Pendant que Will Smith aura toute une équipe de coaches sportifs et de nutritionnistes pour l’accompagner dans sa remise en forme ultra-médiatisée qui lui rapportera même de l’argent, sa campagne nourrira l’insatisfaction corporelle de beaucoup de personnes, surtout en ce climat de crise sanitaire et sociale durant laquelle nous sommes beaucoup à avoir pris de poids.

C’est ce que résume bien le conférencier et activiste afro-américain Dana White dans plusieurs tweets :

« Will Smith n’est pas en train “d’embrasser son corps”. Il estime que son type de corps pourtant assez commun est “la pire forme de sa vie”. Il affirme publiquement, en tant que célébrité internationale, que son corps a besoin d’être amélioré car il n’a pas d’abdos visibles, alors que des millions de personnes sont en train de mourir.

Oui, des personnes peuvent et auront des idéaux corporels, des régimes alimentaires et des habitudes d’exercices physiques.

Non, on ne peut pas séparer cela de la grossophobie qui est envahissante/systémique.

Non, on ne peut pas utiliser sa célébrité pour faire de son corps un exemple de “mauvaise forme” sans causer de tort. »

À lire aussi : Arrêtez de me « féliciter » d’avoir perdu du poids !

Anthony Vincent

Anthony Vincent


Tous ses articles

Commentaires

Slippin

@PingouinMasqué Il me semble pourtant bien dire dans mon message que je ne niais absolument pas l'invisibilisation des personnes obèses et handicapés à cause de la réappropriation des personnes qui ont un corps dans les normes de beautés.
Je répondais simplement à ta définition du bodypositivisme dans ton premier message qui m'a surprise, et effectivement j'étais apparemment dans le vrai. Tu disais que c'est destiné seulement aux personnes dont le corps sort des normes standards, moi je disais que c'est destiné à toute les personnes dont le corps sort des normes de beauté. C'est tout, je n'ai même pas donné mon avis sur Will Smith, c'est juste ton message qui m'a fait tilté et qui m'a donné envie d'y répondre, je ne débat pas sur l'acteur, je ne le défend pas, et honnêtement ça m'intéresse pas vraiment des masses.
Et c'est pas parce que je n'étais pas d'accord avec ta définition dans ton premier message que je ne vois pas quels corps sont mis en avant à chaque fois qu'on parle de bodypositif. Si c'est des corps obèses c'est des corps blancs, si c'est des corps poilus, c'est des corps minces, si c'est de l'acné, c'est un visage "parfait", etc...

Et pour ce qui est de checker des privilèges je ne sais pas si tu parles de moi ou pas mais si c'est le cas je te rappelle qu'on ne se connait pas et que je n'ai pas à faire un barème sur les oppressions que je subis avant de donner mon avis sur un forum. Si ce n'est pas le cas alors oublis juste ce que je viens de dire.

Bref j'espère qu'on s'est mieux comprise !
 
Dernière édition :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!