Live now
Live now
Masquer
fille-boit-lait
Food

Vive la science : voici un vrai lait « de vache », mais sans vaches, donc vegan !

Une société a développé une levure capable de produire les protéines du lait pour recréer une boisson au goût et aux propriétés semblables à celles du lait de vache. Vegan et cruelty-free, elle convient aux intolérants et à tous ceux qui cherchent des alternatives aux produits animaliers. 

Vous avez beau avoir goûté tous les laits végétaux — de soja, riz, noisette ou épeautre — du marché, rien ne convient à votre palais aiguisé ? Rassurez-vous, la science fait des miracles et celui-ci n’est pas des moindres.

La société californienne Perfect Day a trouvé le moyen de produire un lait au goût et aux propriétés similaires à celles du lait de vache, mais sans vaches

Une histoire de champignon et de gènes

Née en 2014, l’entreprise a vu le jour après une terrible expérience vécue par Ryan Pandya, son co-fondateur : celui-ci, vegan à l’époque, aurait goûté un bagel dont le fromage végétal avait un goût proche de celui du « plastique fondu », peut-on lire sur le site de Perfect Day !

Frustré, Pandya décide de faire des recherches pour étudier « ce qui manque » au lait végétal par rapport au lait animal ; avec Perumal Gandhi, ingénieur et également vegan, ils trouvent une solution innovante. 

Les deux scientifiques développent, en 2014, une culture de champignons capable de produire des protéines laitières « moléculairement identiques » à celles du lait de vache, raconte Ryan Pandya à CNN. Le secret ? Lui et son équipe ont introduit une séquence de l’ADN bovin — plus précisément le gène qui code pour les protéines de lactosérum — à une levure du Département américain de l’agriculture. Après fermentation des champignons, ceux-ci produisaient des protéines de lait. CQFD.

Il suffit ensuite de les mélanger à des graisses et des nutriments issus de plantes pour obtenir un « vrai » lait, sans lactose, et sans vaches

Au fait, vous vous demandez sûrement pourquoi l’entreprise est baptisée Perfect Day ? Il s’agit d’une référence à une chanson de Lou Reed ! Une étude de 2001 menée par des chercheurs de l’Université de Leicester explique qu’une musique douce et relaxante stimulerait la production de lait des vaches laitières, et Perfect Day serait particulièrement efficace pour cela.

Ils sont quand même fous, ces humains. 

Lou Reed - Perfect Day

Bon pour nous, les vaches et la planète

Bien que la protéine révolutionnaire de Perfect Day ne contienne ni lactose, ni hormones, ni cholestérol, elle ne convient pas aux personnes allergiques aux produits laitiers. Mais elle est qualifiée de « vegan-friendly » par Pandya, puisqu’aucun animal n’est impliqué dans son processus de fabrication.

De nombreuses associations de défense du bien-être animal, L214 étant l’une des plus connues, dénoncent depuis des années les réalités brutales induites par la production de lait. En plus d’être séparées de leurs veaux très tôt, les vaches laitières sont souvent écornées et finissent leur vie à l’abattoir après huit années de « production » — les autres bovins d’élevage, eux, vivent jusqu’à vingt ans en moyenne. 

Boire du lait fabriqué sans vaches épargne des animaux, mais aussi la planète. La production d’un lait comme celui de Perfect Day émettrait 97% de gaz à effet de serre de moins que les produits laitiers conventionnels, selon M. Pandya.

Pour rappel, l’élevage est responsable à lui seul de 14% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. L’industrie laitière participe aussi au déclin des insectes pollinisateurs causé par l’usage de pesticides sur les cultures de maïs, soja, colza, etc. dont elle dépend.

Pour toutes ces raisons, Greenpeace recommande une consommation maximum d’environ 26 kg de lait par personne par an (soit un demi-litre de lait par semaine).

Des alternatives qui séduisent de plus en plus 

Début 2019, Perfect Day a obtenu l’approbation réglementaire pour sa protéine et a pu se lancer dans le développement d’un produit très attendu : la crème glacée !

Un an plus tard, l’entreprise en lance une baptisée Brave Robot avec The Urgent Company, et s’associe aux marques de glaces  N!ck’s et Graeter’s. Leurs produits, dont le goût serait similaire à celui des marques de supermarchés ordinaires, sont disponibles aux États-Unis et à Hong Kong.

Le prochain aliment en cours de développement est le fromage frais, dont la sortie est prévue fin 2021, indique M. Pandya à CNN. 

De plus en plus d’entreprises se tournent vers la science pour trouver des solutions alternatives et durables aux produits animaliers.

Selon les chiffres du Good Food Institute (un organisme à but non lucratif qui vise à stimuler l’innovation dans les protéines alternatives), 590 millions de dollars ont été investis dans les protéines alternatives fermentées en 2020, et 300 millions de dollars sont allés à Perfect Day.

Cette dernière aimerait d’ailleurs obtenir l’approbation réglementaire pour ses protéines au Canada, en Inde et en Europe afin de s’exporter et se développer encore plus.  

Et en France, ça donne quoi ? 

Pour l’instant, impossible d’acheter le lait ou les glaces de Perfect Day dans nos commerces français. Mais les alternatives au lait de vache sont pléthores et le marché est en pleine croissance !

En 2020, 78 millions de bouteilles de lait végétal ont en été vendues en France, pour 3€ le litre en moyenne. Des entreprises comme la bretonne Sojasun ou encore Bjorg proposent une sélection toujours plus variée de « laits » à base de riz, avoine, épeautre, avoine ou encore noisette.

Depuis 2017, la réglementation européenne interdit d’utiliser la dénomination « lait » lorsqu’elle est associée à un produit végétal, mais dans les faits ces boissons font le même job dans votre bol de céréales. 

Attention toutefois, ces alternatives ont souvent un apport en calcium, protéines et vitamines limités et contiennent beaucoup de glucides. Leur utilisation est aussi peu recommandée pour les enfants en bas âge, les femmes enceintes et les personnes âgées. Les autres, vous en reprendrez bien un verre ?

À lire aussi : La recette de foie gras vegan qui va mettre tout le monde d’accord

Crédit photo : Cottonbro / Pexels

Les Commentaires
15

Avatar de Nienke
16 août 2021 à 14h57
Nienke
Et moi ce qui m'inquiète et me mets en colère c'est le risque que les gens préfèrent compter sur des alternatives qui peuvent être questionnables plutôt que de changer les choses pour de bon dans le "bon" sens. Je sais pas si je suis claire.
En fait quand je vois ce genre de news je me sens en danger, parce que ça me donne l'impression que l'être humain (oui je ratisse large) s'en balec de la nature et donc par extension de la planète et qu'il préfère faire comme il veut lui plutôt que prendre en compte les réalités de la science et de la nature justement. Pour moi c'est la porte ouverte à toutes les fenêtres en fait.
Disons qu'en soit, je pense que tu n'as pas tort. Il y a beaucoup, beaucoup de choses qui ne vont pas du tout dans notre société, et le fait que ce soit une société de consommation est le premier problème.
Sur le sujet, je suis certainement pessimiste parce que je pars du principe que la majorité des gens s'en foutent effectivement parce que c'est plus facile et plus confortable de consommer de la sorte. A moins que notre gouvernement ne se décide à faire des actions concrètes pour changer les choses, je ne crois pas en des changements suffisant. En partant de là, je suis beaucoup plus dans une optique où je pense encore préférable de limiter la casse plutôt que de laisser les choses telles quelles. "Mieux que rien", en somme.
0
Voir les 15 commentaires

Plus de contenus Food

Food
bubble-tea-choisir

Perles de tapioca, jolie déco : comment reconnaître un vrai bon bubble tea

Eva Levy

18 sep 2021

14
Bons plans high-tech
le smartphone OnePlus Nord 2 5G
Sponsorisé

Enfin un smartphone chargé entièrement en 20 minutes !

Sport
simone biles testify us senat

« Ils voulaient étouffer l’affaire » : les victimes de Larry Nassar pointent la responsabilité du FBI

Maëlle Le Corre

17 sep 2021

3
Quizz et Tests
crepe-600

TEST – Quelle crêpe êtes-vous ?

Manon Portanier

17 sep 2021

8
Food
rachel-chandler-tarte-sol-600

Peut-on vraiment manger un aliment tombé au sol avant cinq secondes ?

Manon Portanier

16 sep 2021

Psychologie
Conversation-mémoire-covid

« Je l’ai sur le bout de la langue » : la pandémie nous fait perdre nos mots

Psychologie
Consultation-psychologue-tarifs

Le coût de la thérapie : en France, aller voir un psy reste un luxe

Développement personnel
etudiante-triste

Comment s’intégrer quand on est la petite nouvelle et que tout le monde se connaît déjà ?

Psychologie
Femme-fatigue-flemme

Trop de glande tue la glande : quand ne rien branler devient déprimant

Bien-être et soin
la-lumiere-pulsee-va-devenir-une-pratique-plus-encadree

Brûlures, cloques… l’épilation à la lumière pulsée dans le viseur des autorités sanitaires

Barbara Olivieri

14 sep 2021

La société s'écrit au féminin