Live now
Live now
Masquer
Étudiante harcelée par deux hommes
Féminisme

Une étudiante sur 20 victime de violences sexuelles : les facs et grandes écoles sous le feu des projecteurs

Depuis le début de l’année 2021, une vague de dénonciations des violences sexuelles entre étudiants déferle sur les établissements universitaires et les grandes écoles. Les bancs de la fac sont-ils des endroits privilégiés pour les agressions ?

En février 2021, des centaines de témoignages d’étudiantes victimes de viols et d’agressions sexuelles au sein d’instituts d’études politiques ont ressurgi sous la houlette du hashtag #sciencesporcs.

Plus récemment, au début du mois d’octobre, la direction de l’école d’ingénieurs CentraleSupélec s’est saisi de la justice après une enquête dévoilant une centaine d’agressions sexuelles et viols pendant l’année scolaire 2020-2021.

Y a-t-il plus de violences dans les établissements d’enseignement supérieur ? Pourquoi les facs et grandes écoles croulent-elles sous les témoignages accablants ? Et comment prennent-elles le problème en main ?

On cultive la culture de viol sur les bancs de l’école

Les jeunes filles entre 13 et 17 ans sont les plus exposées aux viols, et cette propension décroît jusqu’à 25 ans. D’après les chiffres de l’Observatoire étudiant des violences sexuelles et sexistes dans l’Enseignement supérieur révélés par 20 Minutes en 2020, une étudiante sur 20 auraient été victime de violences sexuelles.

Pas très étonnant, donc, que bon nombre de grandes écoles et d’universités récoltent un paquet de témoignages d’étudiantes violées ou agressées dans leurs établissements.

Ça n’a pas dû vous échapper : au début de l’année 2021, la sacro-sainte institution Sciences Po était dans la sauce. Réunies sous le hashtag #SciencesPorcs, les preuves de comportements sexistes et d’agressions sexuelles se sont accumulés et ont révélés les coulisses sordides des IEP jusqu’ici tenues secrètes.

C’est au tour de la prestigieuse école d’ingénieurs CentraleSupélec de faire face au même type. Mais cette fois-ci, les dénonciations ont été récoltées par la direction de l’établissement elle-même.

En tout, une centaine d’agressions sexuelles et de viols ont été rapportés, uniquement sur l’année scolaire 2020-2021.

C’est beaucoup. Mais on peut facilement imaginer que les chiffres sont en réalité bien plus hauts puisqu’on connaît la réticence — légitime — de certaines victimes à parler et la méconnaissance générale sur le sujet (beaucoup pensent, par exemple, qu’une main aux fesses n’est que le fait de lourdauds tactiles alors qu’il s’agit en fait d’une agression sexuelle)…

Il faut dire que sur les bancs de la fac et des écoles supérieures, la culture du viol va bon train. L’association féministe Consentis, qui lutte contre les violences sexuelles et sexistes en milieux festifs, est régulièrement appelée par des BDE pour intervenir dans de grandes écoles.

Outre les chants sexistes soi-disant fédérateurs et traditionnels, les concours et challenges misogynes, les soirées étudiantes et les week-ends d’intégration sont les lieux privilégiés de ces violences. Mais pourquoi ?

Fête étudiante
Dans un environnement festif, beaucoup voient, à tort, s’effacer les limites du consentement

Quels profils et quelle prise en charge ?

Le cadre étudiant, surtout en soirée, peut faciliter ce type de violences. Une étudiante de CentraleSupélec témoigne auprès du Figaro :

« Il y a un côté vase clos qui fait que les choses peuvent déraper : dans les soirées, on sait qu’on peut vite se faire embêter. »

Le profil des étudiants agresseurs est souvent le même. Dans un environnement festif, beaucoup voient, à tort, s’effacer les limites du consentement et font glisser le curseur de la culpabilité vers la mauvaise personne en déresponsabilisant les agresseurs et en blâmant les victimes pour leur tenue vestimentaire, leur prétendue promiscuité ou le fait qu’elles aient bu de l’alcool, par exemple. 

Pourtant, bien loin d’être une excuse, l’alcool est au contraire une circonstance aggravante. Si une personne est trop intoxiquée et se trouve incapable de donner son consentement, aucune activité sexuelle ne devrait être engagée. Et ça, beaucoup peinent à l’entendre.

Suite au #SciencesPorcs, de nombreuses plaintes ont été déposées et les IEP ont ouvert une cellule d’enquête. Du côté de CentraleSupélec, le parquet a été saisi.

Mais dans la plupart des cas, tout ne se passe pas aussi « bien » : ces violences sont malheureusement souvent passées sous le tapis par les établissements pour ne pas ternir leur réputation, et la prise en charge de ce problème est souvent faite par les étudiants eux-mêmes ou par des associations extérieures.

Malgré les soubresauts de tentatives du gouvernement, il serait grand temps que l’État prenne le taureau par les cornes et que les directions s’impliquent davantage pour garantir la sécurité de leurs élèves et qu’ils et elles puissent étudier en paix.

À lire aussi : À Sciences Po, dysfonctionnements et omerta maintiennent l’existence des violences sexuelles

Crédits photos : Maurício Mascaro et Keira Burton (Pexels)

Les Commentaires
1

Avatar de ampw
23 octobre 2021 à 10h22
ampw
Coucou la relève de Darmanin !
On se demande après pourquoi la connerie des adultes et le manque de sanctions ont des répercussions sur les générations suivantes...
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Féminisme

Féminisme
Rihanna

Laissons Rihanna et son utérus tranquille, bon sang

Camille Abbey

03 déc 2021

2
Santé sexuelle
Portrait de Camille Spire

La présidente de AIDES explique pourquoi la lutte contre le VIH concerne aussi les femmes

Féminisme
Ndèye Fatima Dione

« L’affaire du viol suivi de la grossesse dont a été victime la Miss Sénégal est représentative de la culture du viol dans le pays »

Santé sexuelle
Main touchant une mangue

S’ausculter la chatte pendant des ateliers d’auto-examen, un acte aussi militant que rassurant

Féminisme
Madonna

« Sexisme, âgisme et misogynie » : Madonna s’oppose à la censure d’Instagram

Camille Abbey

30 nov 2021

2
Témoignages
maid-violences

C’est un épisode de Maid qui m’a aidée à réaliser que j’avais subi des violences conjugales

Aïda Djoupa

29 nov 2021

9
Féminisme
camille-lellouche-7-a-8-TF1

« J’étais complètement sous son emprise » : Camille Lellouche se livre sur les violences conjugales qu’elle a subies

Maëlle Le Corre

29 nov 2021

Sport
Photo Didier Bonin

On vous emmène dans un cours de strip tease visant à… piétiner le patriarcat

Mathis Grosos

28 nov 2021

Série télé
Extrait de la docu-série Le Petit Bleu avec Lexie du compte Instagram @aggressively_trans

Toute la pluralité des transidentités est explorée dans cette série-documentaire aussi accessible que passionnante

Anthony Vincent

27 nov 2021

Actualités
Kim-Kardashian-ou-le-victim-blaming

Cinq ans après, les leçons à tirer du cambriolage de Kim Kardashian et des réactions du grand public

Anthony Vincent

26 nov 2021

La société s'écrit au féminin