Live now
Live now
Masquer
[Site web] Visuel horizontal-2
Actu sexe

Un politicien canadien s’autoproclame « soldat de la rétention à l’éjaculation », un bien beau programme

Si le Parti populaire du Canada (PPC) est connu pour ses positions anti-vax et anti-immigration, il l’est moins pour les convictions anti-éjaculation de l’un de ses candidats. Un programme politique des plus couillus !

Le jour, Nicholas Pereira est candidat du Parti populaire du Canada dans la circonscription de Saint John-Rothesay, au Nouveau-Brunswick. Mais à ses heures perdues, l’homme politique endosse sa deuxième casquette : celle de Nakula Das, un influenceur qui pousse ses abonnés à ne pas éjaculer pour devenir « de vrais hommes ».

« À l’heure actuelle, le monde a besoin d’hommes avec des couilles pleines », a déclaré Nicholas Pereira sur sa chaîne YouTube où il promeut des programmes de formation anti-éjaculation de six semaines.

Se retenir juste avant d’évacuer son sperme serait la clé du bonheur ultime.

Pas d’éjaculation, plus de testostérone ?

Dans ses vidéos, qu’il fait parfois payer sur Patreon, le candidat canadien s’adresse à son « armée de rétention » et explique à ses « soldats » pourquoi se retenir juste avant d’évacuer son sperme serait la clé du bonheur ultime.

Entre quelques digressions pseudo-philosophiques, Nicholas Pereira leur révèle comment atteindre leur potentiel maximal pour transformer leur vie grâce à la « respiration testiculaire ».

« La plupart des hommes ne respirent jamais consciemment dans leurs couilles. Cette pratique simple peut être utilisée pour stimuler votre #sexenergy et commencer à la faire tourner autour de l’orbite microcosmique. »

Le candidat au Parti populaire n’est pas le premier à promouvoir ce genre de pratiques d’abstinence masculine. Des mouvements comme « No Fap » ou encore « No Nut November » encouragent chaque année les personnes pourvues d’un pénis à s’abstenir de s’astiquer.

Contrairement à ces challenges temporaires, qui se concentrent sur la masturbation et durent tout au plus quelques mois, la vision que promeut le candidat met l’accent sur « un style de vie » apportant des prétendus avantages pour la santé physique et mentale.

Parmi les bénéfices cités par l’homme politique, s’empêcher d’éjaculer augmenterait le taux de testostérone, donnerait plus d’énergie, et aiderait à combattre la dépendance au porno. Au contraire, céder à l’éjaculation serait un signe de faiblesse. Des arguments qui n’ont jamais été prouvés par la science.

De plus, se retenir d’éjaculer nécessite de savoir contrôler la flexion de ses muscles pelviens, ce qui n’est pas une mince affaire. Pire, le NoFap et la rétention du sperme priveraient des nombreux avantages de la masturbation et de l’éjaculation — qui sont, eux, scientifiquement prouvés.

Les vrais hommes n’éjaculent pas.

Un coup de pub pour la droite ?

Se challenger à s’abstenir de se branler ou de « finir » est, dans la plupart des cas, un défi totalement inoffensif. Seulement voilà, le mouvement semble avoir été récupéré par une horde de misogynes, d’Incels et de partis d’extrême droite. 

Récemment, par exemple, certains candidats au No Nut November ont harcelé et menacé des sites porno et des travailleurs du sexe en appelant à les tuer et en proférant des propos antisémites. Si les organisateurs du challenge condamnent fermement ces actes, la plupart des adeptes de l’abstinence masculine sont connus pour leurs discours sexistes.

« Les vrais hommes n’éjaculent pas » ; « la masculinité n’est pas toxique, c’est l’absence de masculinité qui l’est », peut-on lire sur le profil du candidat au Parti Populaire du Canada. 

Maxime Bernier, le chef du Parti Populaire du Canada, n’a jamais donné son opinion sur les convictions du candidat anti-éjaculation qui n’accumule que quelques milliers de vues sur YouTube. Mais on peut se demander si l’affaire n’est pas une tentative de coup de pub déguisé pour gratter quelques votes des masculinistes d’extrême-droite…

Car certes, le soutien au PPC augmente depuis 2019, boosté par ses positions anti-vaccin, mais il en faudrait, des influenceurs anti-branlette, pour faire oublier les 3% seulement des suffrages que le parti a remportés en 2019 !

À lire aussi : Comment mon rapport à la masturbation a évolué au fil de ma vie

Crédit photo : Nakula Das sur Youtube

Les Commentaires
3

Avatar de Ariel du Pays Imaginaire
12 septembre 2021 à 19h18
Ariel du Pays Imaginaire
@KtyKonéko : d'accord avec toi mais j'aurais dit "malheureusement" à la place d'"heureusement"
La première partie de l'article m'a quand même bien fait rire même si la fin l'est beaucoup moins. Mais d'un côté ce serait une bonne chose que tous les machos d'extrême droite arrêtent d'éjaculer et donc de se reproduire... Dans 30 ans ça pourrait donner un monde cool
0
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Actu sexe

Conseils sexe
Accessoires érotiques

5 clichés sur les sextoys qu’on aimerait voir disparaître

Actu sexe
Femmes – Europe -sexualité

La crise sanitaire provoque un pic de masturbation

Santé
crampe-menstruelle

Vaccin contre le Covid et endométriose : « encore une fois, on ne nous prend pas au sérieux »

Élodie Potente

14 sep 2021

15
Santé
pexels-cottonbro-endometriose

On a identifié le gène responsable de l’endométriose ! « Y a plus qu’à » trouver le remède, maintenant…

Maëlle Le Corre

13 sep 2021

3
Conseils sexe
épilation-femme

Faut-il prévenir son partenaire qu’on n’est pas épilée avant un rapport sexuel ?

Sexo
ananas-vert

Il paraît que l’ananas change le goût de la vulve : intox ou vérité ?

QueenCamille

10 sep 2021

9
Quizz et Tests
bdsm-telephone

TEST — À quel point êtes-vous kinky au lit ?

Santé sexuelle
Pertes-vaginales-culottes-trous

Votre cyprine ronge le fond de vos culottes préférées (mais c’est normal, pas de stress)

Sexo
femme-tire-langue

« Mes pipes sont bof » ?! Eh bien j’ai appris à m’améliorer

Santé sexuelle
spermatozoide

L’ivermectine, faux « traitement » dangereux du Covid, ruine les spermatozoïdes des personnes qui le prennent

La société s'écrit au féminin