Live now
Live now
Masquer
couple devant un métro
Témoignages

J’ai couché avec un inconnu rencontré sur le quai du RER (et c’était vraiment bien)

Un inconnu, le quai d’un train : cette lectrice n’aurait jamais imaginé que ces ingrédients la mèneraient à une partie de jambes en l’air. Elle raconte son aventure.

Le 18 septembre  2019

Avant de débuter ma vie sexuelle, je l’imaginais assez plan-plan, toujours dans un contexte de couple, et avec amour (voilà feu ma définition de plan-plan).

Finalement j’ai vécu des aventures sexuelles super cool qui m’ont montré des parties de moi que je ne soupçonnais pas, et celle-ci en fait partie.

« J’aimerais bien t’inviter à boire un verre ce week-end. Si tu es d’accord, et que tu n’es pas tombée amoureuse d’ici là, bien sûr ! »

Un RER raté, et une rencontre

Au début de l’été dernier, je m’étais inscrite sur un site de rencontre, juste pour sortir un peu de mon quotidien. Je parlais régulièrement avec un garçon assez mignon, et bien que nos conversations n’eussent rien de transcendant, je décidai de le rencontrer.

J’ai toujours eu pour acquis que les conversations virtuelles sont loin de révéler tout le potentiel d’une personne (à part pour quelques rares énergumènes). Mais bon, je restais tout de même sceptique.

Un après-midi de juillet donc, je prends le RER pour traverser Paris afin de rencontrer ce fameux garçon. Je rate mon train de peu, et je râle un bon coup, en chœur avec une voix masculine juste derrière moi.

Je me retourne alors et nous rions tous les deux de cette spontanéité. Une bonne petite bouille joviale, des yeux rieurs, un peu plus petit que moi : un mec ma foi sympathique.

Nous conversons simplement sur le quai, puis vient le RER et nous montons de concert, Monsieur me demande « On se met où ? ». Il avait pris la confiance et c’était charmant.

temoignage_sexe_inconnu_RER
Quai d’un RER en ïle-de-France, crédit photo : Dan Asaki / Unsplash

« J’aimerais bien t’inviter à boire un verre »

Au fil de la conversation, je me sens bien et je lui avoue que je vais à un rencard, que ça me fait tout drôle, et que je ne suis pas vraiment sûre de vouloir y aller.

Il se moque un peu de moi, me demande comment j’en suis arrivée là, me dit que lui vient de se faire larguer par une copine avec qui il est resté 5 ans et qu’il est tout perdu. C’est mignon.

Puis ma station approche, le silence aussi, et il me demande finalement mon numéro :

« J’aimerais bien t’inviter à boire un verre ce week-end. Si tu es d’accord, et que tu n’es pas tombée amoureuse d’ici là, bien sûr ! »

Il a l’air choqué de son acte, et j’aime bien ça. Il a l’air lui-même surpris de sa petite folie, et j’accepte. J’aime bien cette rencontre impromptue.

Un bon, et un mauvais rencard

On se quitte, je rejoins mon rendez-vous. Le garçon que je dois rejoindre ne ressemble en rien à sa photo. Bon. Le physique ne m’a jamais arrêtée, mais je lui en veux un peu de s’être grimé de la sorte… Il avait dû omettre la probabilité que l’on se voie en vrai un jour. Bien.

On discute tranquillement, on se balade, on se confie, on rigole, il est marrant dans son genre, mais toujours rien de transcendant malheureusement.

Il commence à me parler de futur à la 1ère personne du pluriel, je panique un peu et songe même à m’éclipser (=fuir) quand il se rend aux toilettes.

Mais ça ne se fait décemment pas ! L’après-midi se conclut tranquillement, mais je sens qu’il est sûr de lui, et qu’il l’est peut-être même depuis l’instant où j’ai accepté de le rencontrer. Quelle misère.

Ça achève de me refroidir, et je prépare déjà dans ma tête mon discours de friendzone (n’allez pas croire que ça m’arrive tous les 4 matins, j’étais totalement écarlate et bafouillante).

Je reçois deux heures plus tard un message d’un numéro inconnu :

« Alors ce rencard ? Raconte. »

Deux jours plus tard, on est assis face à face dans un bar, Mister RER et moi.

Un crochet chez l’inconnu du RER

On rit énormément, on n’a rien à voir l’un avec l’autre, il est plutôt école de commerce ascendant trader, et moi fac de sciences humaines ascendant baba cool. Pile ce qu’il me fallait pour me distraire.

On se met à parler de sexe super librement, ce qui ne m’arrive pas souvent avec un presque inconnu. C’est génial et ça fait un bien fou. Ça aura sûrement été notre seul terrain d’entente de la soirée, et c’est tout ce que je demandais.

Ça nous met quelques idées dans la tête aussi. Il glisse subrepticement (ok, pas du tout subrepticement) qu’il n’habite pas très loin. On quitte le bar bras dessus-bras dessous pour se balader. Monsieur nous dirige droit vers son immeuble ! Non mais.

Je lui fais comprendre que j’ai compris, il me fait comprendre qu’il s’en fout que j’aie compris, on rigole comme des gosses puis on finit par se pécho dans un square pour enfants.

Puis on a envie de se mettre au chaud, on s’engouffre dans son hall, puis dans l’ascenseur l’ambiance devient équatoriale, l’un de nous deux appuie sur l’étage le plus haut, va-t-on arriver un jour jusqu’à sa porte ?!

Arrivés chez lui (l’ascenseur a failli en voir de belles), je découvre une superbe baie vitrée qui offre une superbe vue à tous les voisins. Ça m’émoustille plutôt.

Monsieur va faire un raccord make-up dans la salle de bains (qui sait), je me déshabille entièrement, il revient, on se jette l’un sur l’autre.

Une partie de jambe en l’air parfaite

Il me met bien à l’aise à sa manière, c’est-à-dire buccale, et je le remercie fortement pour m’avoir confortée dans mon expérience de vie poilue et sereine.

J’ai bien envie de lui rendre la pareille, il grogne, je gémis, on gémit de concert, puis on fait un plongeon sur son lit et on le met à sac. À la fin, il n’y a tellement plus de draps qu’une table aurait été pareille. J’ai adoré.

J’ai adoré la manière dont il a oublié toute retenue, dont il a cramponné mes cuisses, dont il a été surpris de mes initiatives, dont on a ri entre nos ébats.

J’ai adoré surtout la simplicité tacite avec laquelle on s’est éclaté, on a comblé un manque mutuel ET on a passé du baume sur l’estime de l’autre, aussi. Parce qu’une telle partie de jambes en l’air improvisée, ça fait vraiment plaisir.

En le quittant, il m’a proposé d’amener une copine la prochaine fois. Moui… pas sûr que j’aie envie de le voir une autre fois. Je le quitte repue et pleine de joie, mais il me semble que la spontanéité de notre rencontre passe la porte en même temps que moi.

Merci cher presqu’inconnu, et bon vent !

À lire aussi : J’ai couché avec un inconnu dans le noir complet, et j’ai TELLEMENT joui

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
15

Avatar de BloodOfHell
16 janvier 2020 à 18h55
BloodOfHell
Bon bah on peut constater encore une fois que c'est le gars qui prend toutes les initiatives. Il l'aborde, prend son numéro et l'emmène chez lui.
Je trouve qu'en général les filles (moi incluse) on est pas mal passives et on attend que les mecs prennent les devants. Chez certaines filles, c'est normal que le gars fasse tout et elles ne voient pas pourquoi elles changeraient ça.
J'ai l'impression que cette passivité entraine des interprétations de leur part et aussi un comportement de "chasseur" qui fait que dès qu'ils voient une fille qui leur plait, ils se mettent directement en position de supériorité car c'est eux qui ont le "contrôle".
Bref, je ne sais pas si je m'exprime bien mais en tout cas faudrait qu'on remédie à cette inégalité de la drague !
J'ai déjà test aussi, souvent ça perturbe beaucoup. J'sais pas si ça fonctionne ou pas (j'ai pas tendance à plaire, mais ça c'est un autre problème x)) mais au moins je sais que je suis fixé car j'ai pas envie de juste attendre.
1
Voir les 15 commentaires

Plus de contenus Témoignages

Ivan Samkov / Pexels
Témoignages

Charlotte, 34 ans : « J’ai arrêté d’associer amour et couple »

Aïda Djoupa

03 fév 2023

1
Daria Pimkina / Unsplash
Règlement de comptes

Lina, 1 863 € par mois : « Par rapport aux gens de mon âge, je me considère dans la moyenne très haute »

Photographie prise par Madmoizelle
Témoignages

De 15 à 75 ans, des manifestantes racontent pourquoi elles se mobilisent contre la réforme des retraites

Aïda Djoupa

01 fév 2023

3
cocktail sans alcool
Témoignages

J’ai fait le Dry january et après un mois, mon foie peut faire revenir l’être aimé

Aïda Djoupa

29 jan 2023

17
photo personnelle de la témoignante
Témoignages

En tant que gitane, je cherche ma place dans la lutte antiraciste

Aïda Djoupa

28 jan 2023

19
Celib_Eden_V
Témoignages

Eden, 25 ans : « Quand je parle de polyamour, les gens sont refroidis »

Aïda Djoupa

27 jan 2023

1
zino de groot
Règlement de comptes

Assia, 2 318 € par mois : « Je ne comprends pas pourquoi je suis toujours dans le rouge »

Aïda Djoupa

26 jan 2023

22
Kinga Cichewicz / Unsplash
Témoignages

J’ai un trouble dissociatif de l’identité et je mène plusieurs vies, en toute autonomie

Aïda Djoupa

25 jan 2023

10
SEGP
Témoignages

« Je croyais que j’avais des besoins sexuels énormes » : le tabou du syndrome d’excitation génitale permanente

Aïda Djoupa

24 jan 2023

4
Pexels / George Milton
Témoignages

Vous avez des choses à dire à votre ex ? Participez à notre podcast sur les ruptures

Aïda Djoupa

23 jan 2023

Témoignages