Live now
Live now
Masquer
Source : Scopio Images / Canva
Santé

« Réarmement démographique » : 3,3 millions de Français sont concernés par l’infertilité

Si Emmanuel Macron préconise un « réarmement démographique » afin de palier la baisse de la natalité en France, la réalité est plus complexe. De nombreux Français·e·s sont touché·e·s par l’infertilité, notamment à cause de la mauvaise prise en charge de certaines maladies, dites « féminines ».

« La natalité baisse parce que l’infertilité progresse. [… ] Les mœurs changent, on fait des enfants de plus en plus tard, l’infertilité masculine comme féminine a beaucoup progressé ces dernières années et fait souffrir beaucoup de couples » C’est avec ce discours que le 14 janvier dernier, Emmanuel Macron a enclenché sa campagne de « réarmement démographique ». Un discours nataliste, dont les fondements cachent une vraie réalité médicale.

À lire aussi : Réarmement démographique : « Ce discours nataliste fait écho à un imaginaire très ancré à l’extrême droite »

Alors que le nombre de naissances est à son niveau le plus bas depuis la Seconde Guerre mondiale, si les Français·e·s ont de moins en moins d’enfants, les causes médicales sont bien nombreuses. Et pour cause, selon une étude commandée par le gouvernement, et publiée en février 2022, 3,3 millions de Français·e·s sont stériles.

De nombreuses causes médicales à l’infertilité

Un chiffre colossal qui s’explique pour plusieurs raisons. Chez les femmes, cela est notamment dû aux maladies dites « féminines », encore trop peu, voire mal, prises en charge. Comme l’endométriose, dont les chiffres sont sous-évalués, ou encore le syndrome des ovaires polykystiques, dont il n’est plus à prouver que sa prise en charge médicale peut s’avérer sexiste.

Chez les hommes, aussi, l’infertilité est présente, bien qu’elle soit bien moins représentée. Il faut noter une baisse de la qualité du sperme, qui peut être partiellement liée à des facteurs environnementaux.

Et pour cause, dans une interview accordée à Ouest-France en mars 2022, le co-auteur de l’étude et chef du service biologie de la reproduction au CHU de Montpellier, Samir Hamamah, déclarait : « On est exposé sans le savoir à une centaine de molécules par jour. Les perturbateurs endocriniens sont responsables d’une baisse de notre fertilité. » Ainsi, de nombreux spécialistes préconisent une grande campagne de prévention sur l’infertilité et ses causes, comme le rapporte Le Parisien.


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Santé

Reproductive Health Supplies Coalition – unsplash pilule contraception
Actualités mondiales

États-Unis : dans l’Oklahoma, la contraception d’urgence bientôt interdite ?

Culture

« Le goût des fraises » : 3 bonnes raisons de découvrir ce délicieux manga

Humanoid Native
À cause des douleurs menstruelles, les femmes perdraient jusqu'à 36 jours de vie sociale par an // Source : Pexels
Santé

Congé menstruel : arrêt maladie, télétravail… tout savoir sur la proposition de loi examinée par le Sénat

3
Pancarte de manifestation "pas ton corps, pas tes choix"
Actualités France

IVG : le Sénat « pas défavorable » à son inscription dans la Constitution

1
Copie de [Site web] Visuel vertical Édito
Bien-être

Mieux vaut éviter de toujours se faire vacciner sur le même bras et voici pourquoi  

1
Source : Unsplash
Santé

Contraception : en douze ans, les vasectomies ont explosé en France, selon une étude

Elifight
Santé

Mon cancer m’a laissé un handicap invisible, et j’en ai marre de devoir sans cesse me justifier

22
epidemie-gastro-enterite-guide-survie
Santé

Guide de survie à une épidémie de gastro

11
Food

Boire du café au réveil : la mauvaise habitude qui nous coûte de l’énergie 

Source : @cottonbro studio
Santé

Désinfecter votre maison pourrait faire plus de mal que de bien à votre santé 

2
Source : Canva
Santé

Selon une étude, les femmes atteintes du SOPK ont un risque plus élevé de faire une tentative de suicide

La société s'écrit au féminin