Live now
Live now
Masquer
Image d'erreur
Témoignages

Quatre plans loose pour Halloween

31 oct 2008

Tu es peut-être de cette race étrange et farfelue des gens qui aiment se faire peur.
De ceux qui ne jubilent jamais autant que lorsqu’un sursaut de terreur les fait décoller d’un bon mètre vers le plafond, avant de les laisser retomber, pantelants, moribonds et ravis.
De ceux qui ne savent jouir que d’une décharge d’adrénaline bien profond dans le cœur. Et même pas besoin d’un docteur Carter pour pousser le piston : ton adrénaline, tu te l’administres toi-même. Saut en parachute ? Descente en canyoning ? Virée aquatique au milieu des grands blancs ? Ou, plus accessible au commun des mortels français privés de RTT : une belle collection de DVD d’horreur, à côté desquels une thoracotomie d’Urgences fait figure de clip de Cindy Sanders ?

Si tu es de cette race-là, alors, forcément, le soir d’Halloween, tu ne veux pas être en reste.

Mais n’importe quoi oh ! Halloween c’est rien qu’une fête commerciale, pas besoin d’attendre une date dans le calendrier pour se faire une soirée mortelle oh ! »

Oui oui oui.
Et donc, tu ne fais rien, pour Halloween ?

Bah on va peut-être faire un tour en ville, voir un peu quoi.

Voilà voilà.

Voyons un peu les diverses possibilités qui s’offrent à nous en cette belle soirée d’Halloween (les possibilités pouvant évidemment être mixées et additionnées les unes ou autres, on n’est pas sectaire, après tout on est là pour s’amuser s’effrayer).

Apprêtée (mais pas déguisée, tu as passé l’âge, nan mais oh!), maquillée (mais pas peinturlurée… si tu as tenté le smoky-eyes ce soir c’est uniquement pour changer un peu), et vêtue de ta petit robe noire, tu t’attables donc en compagnie de ton chéri/meilleure amie/les deux à la fois (sympa pour la copine). Et c’est éclairés à la lueur d’une citrouille (qui, vu l’odeur, commence à cramer légèrement de l’intérieur) que vous entamez cette bonne vieille soirée d’Halloween.

Évidemment, la tenancière du lieu vient vous porter la carte du menu fringuée en vilaine sorcière de Blanche-Neige. Tu pries très fort pour quelle ne trempe pas son faux nez en latex vérolé dans ton potage, mais décides, dans le doute, de ne pas prendre de potage.
Super, tu as désormais le choix entre :

  • La Tarte à la Citrouille ou Le Flan au Potimarron.
  • La Terrifiante entrecôte en sauce du Diable et sa purée de potiron ou Le monstrueux filet de saumon à l’aneth et sa purée de potiron.
  • La Dame Blanche givrée ou Le Mystérieux dessert mystère.

A la sortie, tu seras bien repu, vous aurez agréablement discuté crise financière, subprimes et moralité du port du gilet en peau de lapin, mais… pas l’ombre d’une crise cardiaque à l’horizon.

Déçue, tu décides de rentrer te coucher, après avoir ingurgité un Rennie®, parce que le potiron, y’a pas moyen ça passe pas.
Ou alors, tu te rabats sur la deuxième option de la soirée, à savoir aller boire un coup dans un bar.

Dès ton arrivée, tu as un peu l’impression de débarquer dans la tanière d’Aragog (tu sais, la vilaine araignée méchante qui veut rien que boulotter le gentil Frodon).

Ca valait bien le coup de passer 3h à finaliser ce magnifique brushing à la Morticia : avec ces bouts de toiles filandreux qui te dégoulinent du crâne comme un vieux poulpe amoureux, tu as désormais des airs du Cousin Machin.

Tu débarrasses tes yeux de ce voile inesthétique, et là, c’est le drame : mais où qu’ils sont passés, les habitués du coin, ces étudiants légèrement bobo, qui hier encore se dandinaient paisiblement sur fond de pop anglaise en sirotant des mojitos ?
Car ce soir, ce ne sont pas des étudiants classieux qui t’attendent on ze dance-floor, mais un obscur groupe de goths balançant leurs cheveux gras dans leurs pintes de bière au rythme du dernier tube de Metallica.
(Oui, ceci est un cliché. Oui, les clichés sont la réalité)
Et oui, cher adrénaline-addict, il faut le savoir, le 31 octobre, c’est LA soirée où tous les goths de ta ville peuvent enfin sortir leurs bagues armures, leurs capelines en peau de loup et leur plateforms-boots ultra-cloutées sans se faire traiter de néo-nazis par la mamie outragée à la queue du Prisunic.

Si tu n’es définitivement pas convaincue par l’ambiance locale, tu peux retourner à la case départ (dodo maison, plus ou moins le Rennie®). Sinon, prends donc la peine de boire une pinte en te désaxant une vertèbre sur ces rythmes endiablés. A ce stade, de toutes façons, plus personne ne se soucie de ton brushing.

Te voilà sortie. Tu t’es bien amusée ?
Bon, si on tentait autre chose alors… Au fond il n’est pas si tard, et l’heure du crime n’a pas encore sonné (TATATATAN !).

Tu lui avais dit que tu serais sûrement prise, mais qu’à tout hasard, tu passerais peut-être : ok, c’est un peu la loose, mais tu décides de ne pas te laisser abattre et de faire grâce de ta présence à la petite fête d’Halloween organisée par Julien, le responsable technique de ta boîte.
Te voilà débarquée dans cette petite sauterie, décidée comme jamais à vivre une véritable soirée d’Halloween.

Et là, tu es bousculé par un grand type mou habillé en salopette :

– Salut, t’es qui ?
– Euh bonsoir, je suis Boo.
– Non mais ton perso, c’est qui ?
– Ah euh… Boo.
– Ah ok, la mise en abîme de ouf, bien vu le truc ! Moi j’suis Ichiro, le plombier sourd et muet qu’on voit apparaître à la 28ème minute dans le film d’horreur coréen Chakushin Ari.
– Ah…
– Ouais mais s’tu veux c’est un perso super important en fait, parce qu’en fait c’est avec sa clef à molette que le psychopathe va tuer le caniche de Natsumi à la 45ème minute quoi. Et comme je m’appelle Clément, tu vois, Clément, clef à molette, tu vois quoi ?
– Ah…
– Ouais c’est pour ça que j’ai choisi ce déguisement quoi. C’est comme une private joke quoi.

Private joke, avec qui, on sait pas, mais on va laisser le monsieur tranquille maintenant hein.
Lui, pour le coup, il est vraiment en train de te foutre la trouille…

Il serait peut-être temps de revenir définitivement à la case départ.

De retour chez toi, tu allumes rageusement trois pauvres bougies parfumées à la vanille avant de te caler dans ton canapé favori (bon ok, dans ton canapé-tout-court : moyen la place d’en caler des dizaines, des canapés, dans 25m²).

Bon, alors ça sera quoi pour finir la soirée ? Ring, Cimetière, Shinning, Amityville, L’Exorciste ? Une copine en pyjama qui te racontera l’histoire de la Dame Blanche que tu as entendue à peu près 20 fois depuis ta première colo ? Une séance de méditation nocturne sur le parapet de ton balcon suspendu au 7ème étage ?

Bon, si tu y tiens vraiment, à ta petite trouille du 31 octobre, tu peux toujours regarder une interview de Francis Lalanne, un live de Cindy Sanders (au risque de paraître lourde… j’insiste), découvrir le top 20 des perles de la télé-réalité mouture 2008, ou encore lire un rapport sur l’élevage industriel des volailles.

Ça fait peur hein ?
Ne me remercie pas.
Moi aussi, j’aime avoir peur.

Boo !

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !

Les Commentaires
10

Avatar de Kim B
3 novembre 2008 à 02h58
Kim B
Non, non, non. C'est Simetierre et non Cimetière. J'y tiens, l'erreur n'est pas là par hasard
C'est vrai
Quand j'ai lu le livre, j'étais trop minote et sans orthographe pour comprendre que c'était une grosse fôte, et ça m'a induit en erreur pendant longtemps. Après, j'ai rectifié l'erreur... même là où elle avait raison d'être
Pinaiz vous laissez rien passer hein
Pour le prochain article je serai prévenue
0
Voir les 10 commentaires

Plus de contenus Témoignages

Femme en train de cuisiner
Règlement de comptes

Laure, mère solo avec 1 796 € par mois : « Avec ma fille, nous parlons souvent d’argent »

Aïda Djoupa

08 déc 2022

3
A propos de Madmoizelle

Chères lectrices et lecteurs, Madmoizelle a envie de mieux vous connaître !

Humanoid Native
Corps assis, avec des fleurs entre les jambes et un uterus dessiné sur le ventre
Témoignages

À 37 ans, je me suis fait retirer l’utérus et c’était la meilleure des décisions

Aïda Djoupa

07 déc 2022

Femme avec une afro vue d'en bas
Règlement de comptes

Allyson, 2 010 € par mois : « Je suis tous les mois à découvert »

Aïda Djoupa

01 déc 2022

Un couple de femmes face à face
Témoignages

Journal de bord d’une PMA, épisode 2 : « À partir de maintenant, la stimulation ovarienne peut commencer »

Aïda Djoupa

30 nov 2022

6
destinations
Témoignages

10 lectrices partagent le meilleur conseil de psy de leur vie

Aïda Djoupa

27 nov 2022

Anais Z / Les petits portraits / C stane
Témoignages

J’ai été victime de violences conjugales, et je me suis réapproprié mon histoire par la photographie

Aïda Djoupa

25 nov 2022

3
Kevin Wolf Unsplash
Règlement de comptes

Marine, 2 257€ par mois : « Pour les courses, je fais les poubelles »

Aïda Djoupa

24 nov 2022

51
Karolina Gabrowska / pexels
Témoignages

J’ai fait un AVC à 21 ans, très certainement à cause du tabac et de la pilule

Aïda Djoupa

23 nov 2022

4
Mikotoraw / Pexels
Témoignages

Mon mec m’a trompée, et tout le monde m’a encouragée à le pardonner

Aïda Djoupa

19 nov 2022

31
Sharon Christina / unsplash
Témoignages

Mon woofing en Norvège qui a tourné au cauchemar

Aïda Djoupa

18 nov 2022

7

Témoignages