Les pubs ont-elles été moins sexistes en 2018 ?

La publicité n'est pas connue pour sa vision très nuancée de la réalité. Où en sont les marques qui usaient et abusaient des stéréotypes de genre ?

Les pubs ont-elles été moins sexistes en 2018 ?

Cela ne vous aura pas échappé : depuis les mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc en 2018, on ne peut PLUS RIEN DIRE.

Prenons donc quelques nouvelles de la pub afin de voir comment elle s’en sort pour vendre des yaourts sans femmes à poil.

La publicité, moins sexistes en 2018 ?

La chaîne YouTube SousLeLogo a réalisé pour l’Observatoire des slogans une rétrospective des publicités de l’an dernier qui met en avant une certaine évolution des mentalités.

Depuis le début des années 2000, de nombreuses marques ont remis en question leurs stratégies de communication, entre autres pour contrer la critique de l’omniprésence de la nudité féminine.

Les campagnes se veulent plus éthiques, montrant la diversité, libérées des standards et des clichés.

La vidéo prend l’exemple de Contrex qui, après avoir vendu de l’eau qui fait maigrir pendant de longues années, embrasse désormais un message empouvoirant.

Certaines pubs se montrent ouvertement féministes, et du côté de la masculinité, les choses avancent aussi.

Les injonctions toxiques autour de la virilité laissent de plus en plus de place à la redéfinition des modèles masculins, à l’inversion des clichés ou encore à une mise en scène inédite de la paternité.

Des clichés persistants dans la publicité

Les stéréotypes de genre n’ont plus le vent en poupe dans la pub et, si tout n’est pas parfait, la plupart des annonceurs évitent au moins l’écueil de « surjouer la puissance féminine » pour adopter des messages plus subtils.

Mais de nombreux clichés continuent à être véhiculés par la publicité et ils le sont parfois de manière plus insidieuse…

La vidéo met par exemple en avant une pub Uber montrant un homme, dont le slogan vante l’ambition professionnelle, et une autre montrant une femme, « maman avant tout ».

Les choses progressent lentement, mais elles progressent !

Et toi, tu trouves que les pubs sont moins sexistes ?

À lire aussi : Le sexisme dans la publicité, à nous de l’éradiquer !

QueenCamille

QueenCamille


Tous ses articles

Commentaires

Pelleas

Ok, l'obésité ne vient pas nécessairement de l'alimentation, c'est un fait. C'est aussi un fait (la flemme de sourcer mais c'est facilement vérifiable) que l'obésité est PRINCIPALEMENT causé par un mauvais équilibre alimentaire et un manque d'activité.

Donc est ce que l'on peut aussi dire, qu'objectivement, l'obésité est mauvaise pour la santé ? Dire qu'une mauvaise alimentation (sous réserve d'avoir les moyens financier, et donc d'avoir le choix de bouffer correctement) est un comportement à risque, au même titre que le tabagisme, le manque d'activité, etc ? Et la on parle bien d'obésité dans le cas du père noël. Et pas juste de quelques kilo en trop pour être beach body ready. Pas de rentrer dans un standard de beauté artificielle imposée par une société oppressive.

Bien sur il manque par contre un point capital dans cette publicité. A savoir demander son avis au père noël plutôt. Lui demander ce qu'il en pense, à envie de faire, etc. Et puis bon, dans les yeux de l'enfant c'est une créature magique, qui a toujours eu cette carrure et a quand même toujours fait le boulot. Dans les yeux des parents (et donc de l'adulte qui regarde la pub) on voit par contre l'obésité de l'acteur qui joue le faux père noel. Même si ça peut juste être du rembourrage.

Est ce que l'on ne peut pas aussi apprécier cette publicité pour essayer d'inciter les gens à plus cuisiner par eux même ? Monter que les légumes et les produit frais peuvent être appétissants, même pour des enfants. Que l'alimentation ne passe pas forcement par la consommation de viande (ok il y a un peu de poisson dans le tas mais cela reste très raisonné par rapport au volume de végétal dans cette pub). Apprécier le fait que ce soit un petit garçon qui se mette à la cuisine. Qu'il fasse du "care". Que sont premier réflexe ne soit pas de se jeter sur les cadeaux mais dans le bras de sa sœur. Cadeaux (et donc matérialisme) qui sont finalement montrés comme secondaires vis à vis des rapports humains. Donc à priori évolution du gamin entre le début et la fin de l'histoire.

Et pour en revenir au sujet des pub sexiste. On a justement une publicité ou ont à majoritairement des plans ou l'on voit le père et non la mère s'occuper des enfants. Ou les courses sont principalement faites par le père qui en même temps gère les enfants. Avec tout se petit monde qui semble tout à fait épanoui avec ce partage des taches ménagères.

Donc oui je trouve personnellement que les choses s'améliorent. Hélas pas aussi vite qu'il le faudrait, mais parfois je pense qu'il faut aussi voir les victoires et les apprécier. Il est important de garder sa vigilance vis à vis du sexisme et des autres oppression. Mais il est, je trouve, tout aussi important de rester ouvertes aux bonnes choses qui arrivent. De garder espoir, de voir que les choses avancent et que le combat n'est pas vain. Qu'il y a des résultats.

Et bien sur de continuer à faire avancer les choses.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!