Live now
Live now
Masquer
asthme-inégalités-femmes-hommes
Santé

Pour changer, les femmes sont ignorées par les recherches sur l’asthme et les conséquences sont mortelles

28 avr 2022
Selon Asthma + Lung UK, un organisme scientifique, deux tiers des décès dus à l’asthme au Royaume-Uni concernent des femmes. Les recherches médicales, par faute de moyens, occultent l’impact des hormones sexuelles féminines sur cette pathologie. Et pourtant… 

Outre-Manche, les femmes sont deux fois plus susceptibles de mourir d’une crise d’asthme que les hommes, d’après la nouvelle étude scientifique Asthma + Lung, relayée par The Guardian, le 27 avril 2022. Les experts de la santé appellent à des recherches urgentes sur les différences liées au sexe face à cette maladie. 

L’asthme est une pathologie inflammatoire qui s’attaque aux bronches et aux conduits impliqués dans le transit d’air vers les poumons. Parfois, les bronches peuvent mal réagir à certains stimuli comme des acariens, du pollen, de la poussière, la pollution atmosphérique, la fumée du tabac ou encore certains virus et mêmes aliments. Conséquence ? Leur paroi s’enflamme vivement et on a tout simplement l’impression de s’étouffer. 

Les femmes et les hommes inégaux face à l’asthme 

Plus susceptibles de développer la maladie, d’en développer une forme grave et même de mourir d’une attaqueL’asthme n’épargne pas les femmes. Au Royaume-Uni, au cours des cinq dernières années, elles représentent plus des deux tiers des décès dus à cette pathologie. 

L’organisme scientifique a assuré que l’approche actuelle du traitement de l’asthme « ne fonctionne pas ». En effet, il ne tient pas compte de l’impact que les hormones sexuelles féminines durant la puberté, les règles, la grossesse et la ménopause peuvent avoir sur les symptômes et les crises d’asthme. 

Sous assistance respiratoire à 22 ans à cause de l’asthme et de ses règles 

Poppy Hadkinson, 30 ans, présentatrice de télévision locale, a confié à The Guardian, que son asthme diagnostiqué à l’âge de 11 ans, en pleine puberté, s’aggravait en fonction de son cycle menstruel. 

« Il semblait y avoir un schéma réccurent dans mes symptômes, liés à mon cycle menstruel. Presque tous les mois avant mes règles, j’étais vraiment malade à cause de mon asthme. J’avais du mal à respirer, ce qui était terrifiant, et je me retrouvais souvent à l’hôpital. Les crises d’asthme que j’ai subies étaient si graves que j’ai été sous assistance respiratoire quatre fois lorsque j’avais 22 ans et je me demandais si j’irais jusqu’à mon prochain anniversaire. »

Poppy Hadkinson a alors été mise sous traitement : un médicament biologique, l’omalizumab qui lui a changé sa vie, mais qui malheureusement ne fonctionne pas sur tout le monde. 

sincerely-media-Vs6FihuzxCg-unsplash
© Sincerely Media – Unsplash

Aucun moyen financier accordé aux recherches sur l’asthme féminin

Asthma + Lung UK encourage donc les médecins généralistes à étudier tous les déclencheurs potentiels avec leurs patients afin de créer des ajustements personnalisés dans leur traitement. L’organisme scientifique conseille aussi aux femmes de prendre leurs médicaments préventifs, à bien assister à leur examen annuel de l’asthme et à tenir un journal de bord de leurs symptômes. 

Les femmes elles-mêmes doivent donc participer à des recherches scientifiques oubliées par la médecine… Un comble ! Sarah Woolnough, directrice générale d’Asthma + Lung UK, dénonce le manque de moyens financiers pour mener ces études. 

«  En ce qui concerne le financement de la recherche, les femmes asthmatiques ont tiré la courte paille. Les lacunes dans nos connaissances laissent tomber les femmes, les laissant avec des symptômes d’asthme débilitants, coincées dans un cycle d’hospitalisation et, dans certains cas, perdant la vie. »

Une première étude sur les inégalités des sexes face à l’asthme réalisée en France 

Retour en France où plus de 4 millions de personnes souffrent d’asthme, d’après l’Assurance Maladie. La pathologie est loin d’être bénigne : environ 900 personnes en décèdent chaque année. 

En 2018, une équipe de chercheurs français du centre de physiopathologie de Toulouse-Purpan, menée par Jean-Charles Guéry, s’est penchée sur ce possible lien entre le système immunitaire et les hormones sexuelles qui pourrait expliquer les inégalités hommes/femmes face à l’asthme. 

Premier constat : durant l’enfance, avant l’âge de 10 ans, précisément, on observe une plus grande prévalence à développer cette pathologie chez les garçons que chez les filles. Toutefois, au moment de la puberté, la tendance s’inverse : chez l’adulte l’asthme est deux fois plus fréquent chez les femmes et ces dernières développeraient des formes plus sévères de la maladie. 

La testostérone empêcherait-elle l’asthme ? 

Les cellules lymphoïdes innées de type 2 (ILC2) sont les cellules immunitaires impliquées dans le développement de l’asthme. Après plusieurs expériences sur des souris mâles et femelles, castrées ou non, les scientifiques français ont émis l’hypothèse que les hormones mâles, telles que la testostérone, auraient un rôle clé dans le développement de l’asthme. 

Après de multiples expériences in vitro, les chercheurs ont démontré que la testostérone empêchait le déploiement des cellules immunitaires ILC2. Pour valider leur hypothèse, ils ont prouvé qu’un anti-androgène, une molécule diminuant l’activité des hormones mâles avait l’effet inverse sur les cellules lymphoïdes innées de type 2. 

La testostérone serait-elle la solution ? Toujours est-il qu’aucun traitement miracle n’a été trouvé… Et que la recherche française semble s’être arrêtée là. C’est vrai, pourquoi se presser pour les femmes asthmatiques qui suffoquent ?… 

À lire aussi : Le sexisme à l’hôpital ne maltraite pas que les patientes : 85% des femmes médecins se sont déjà senties discriminées

Image en Une : © Sahej Brar – Unsplash

Les Commentaires
1

Avatar de Budgies
28 avril 2022 à 22h58
Budgies
Merci pour cet article intéressant, je ne savais que c'était un problème pour l'asthme en particulier, mais malheureusement, ce genre de constat ne m'étonne plus...
C'est tragique, mais banal : le corps des femmes et ses différences sont rarement pris en compte, et quand on daigne reconnaître qu'il y en a, c'est toujours secondaire. Nous ne sommes pas des citoyens de seconde zone. Les femmes ne sont pas juste des "modèles réduits" des hommes, ou une variation des hommes qui seraient eux "standards". La totalité du corps humain est sexué, pas seulement (comme certains le croient parfois) nos organes reproducteurs. Notre santé et notre corps méritent d'être étudiés, d'être au centre d'études et de préoccupations, pas une préoccupation secondaire, ou pire un dommage collatéral.
On peut donc ajouter l'asthme à la longue liste des maladies où le sexe joue un rôle sur la fréquence, la sévérité, les conséquences, etc , entre les maladies auto-immunes, l'ostéoporose, Alzheimer, les problèmes liés à l'alcool... Sans compter les cas où le problème se présente autant ou presque chez les hommes que chez les femmes, mais où les symptômes diffèrent souvent, comme les crises cardiaques, l'autisme, les AVC...
0
Réagir sur le forum

Plus de contenus Santé

ok-jada-2
Santé

Qu’est-ce que l’alopécie, la maladie dont Edouard Philippe et Jada Pinkett Smith sont atteints ?

Barbara Olivieri

03 fév 2023

6
cocktail sans alcool
Témoignages

J’ai fait le Dry january et après un mois, mon foie peut faire revenir l’être aimé

Aïda Djoupa

29 jan 2023

17
ok-2
Santé

Voici les 5 activités physiques les plus bénéfiques pour la santé selon une étude d’Harvard

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l'alcool dans un podcast décomplexant
Actu en France

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l’alcool dans un podcast décomplexant

Anthony Vincent

26 jan 2023

Une modélisation 3D d'utérus entre des mains gantées © Kalinovskiy de la part de Getty Images via Canva
Santé

Recommandé pour les filles et les garçons, le vaccin contre le papillomavirus toujours boudé en France

Anthony Vincent

24 jan 2023

20
msa-memo-sante-carnet-de-sante-virtuel-suivi-sante
Daronne

Mémo Santé Enfant : mes trois fonctionnalités anti charge mentale préférées

gayatri-malhotra-unsplash-abortion-is-healthcare
Santé

Restreindre le droit à l’IVG peut-il avoir des conséquences sur la santé mentale et le taux de suicide ?

Maëlle Le Corre

30 déc 2022

4
louane
Société

TDAH, TCA, pensées suicidaires : Louane couche ses pires souffrances dans une lettre bouleversante

Maya Boukella

27 déc 2022

pexels-andrea-piacquadio-malade grippe
Santé

Vous aussi, vous vous demandez pourquoi la grippe est aussi violente cette année ?

Maëlle Le Corre

27 déc 2022

13
Le podcast Les Maux bleus raconte la santé mentale avec expertise et sensibilité
Psychologie

Le podcast Les Maux Bleus déstigmatise la santé mentale, avec expertise et sensibilité

Anthony Vincent

22 déc 2022

2

La vie s'écrit au féminin