D’où vient ce numéro anti-relous qui tourne partout ?

Le concept du numéro anti-relous est simple : faire semblant de donner ton 06 à un mec, alors que tu l'envoies en réalité vers un numéro qui lui rappellera le consentement. Mais est-ce que ça marche vraiment ?

D’où vient ce numéro anti-relous qui tourne partout ?

Ces derniers jours, tu as probablement vu tourner un nouveau « numéro anti-relous », qui se base sur le même modèle que ses prédécesseurs.

C’est tout simple : tu le donnes à un mec insistant, en lui faisant croire que c’est ton 06. Lorsqu’il essaiera de te contacter, il recevra une mise au point sur le consentement, le harcèlement de rue…

L’initiative n’est pas neuve, voici donc un petit retour en arrière sur ce concept, puis un échange avec la créatrice du plus récent numéro anti-relous, et enfin quelques réflexions sur le sujet.

Le numéro anti-relous, une initiative féministe

En 2017, deux militants féministes, Clara Gonzales et Elliot Lepers, ont lancé un numéro anti-relous qui a été très largement médiatisé.

Mais la haine misogyne s’était violemment abattue sur eux ainsi que sur d’autres personnes défendant le concept. Des hommes (pour la plupart) ont harcelé les créateurs du numéro, qu’ils ont également saturé de sollicitations.

Souviens-toi : l’affaire Nadia Daam, cette journaliste menacée de mort (entre autres…), qui a porté plainte et fait condamner plusieurs harceleurs, ça venait du numéro anti-relous !

Elle avait violemment critiqué un forum de jeuxvideo.com où s’organisaient les harceleurs, ce qui lui avait valu de subir, comme Wikipédia le rappelle, « une campagne de harcèlement, avec des menaces de meurtre et de viol, la divulgation de l’adresse de son domicile et du collège de sa fille, des tentatives de piratage de sa boîte de courrier électronique et de ses comptes Facebook, Twitter et PayPal ».

En 2019, CheckNews enquêtait sur ce qu’était devenu le numéro anti-relous, très rapidement désactivé à cause de cette déferlante de haine :

Le numéro anti-relou n’a pas été remis en fonction, et ne le sera probablement pas, répond à CheckNews Clara Gonzales. Elle explique les raisons qui ont poussé les deux fondateurs à prendre cette décision :

« À cause de ces raids, nous avons eu pas mal de dépenses. Cela représentait plusieurs milliers d’euros, sur la somme récoltée à l’époque. […]

Pour que ça marche vraiment, il aurait fallu que quelqu’un gère le système, que le numéro change souvent. Ce n’était pas viable en termes de coûts. »

Le « nouveau » numéro anti-relous de 2020

Ce « nouveau » numéro anti-relous a été partagé sur le compte féministe @afemmesegales, dans un post qui a récolté à l’heure où je tape ces lignes plus de 32 000 likes — pas mal, pour… 7000 followers !

Qui a créé le numéro anti-relous de 2020 ?

La personne derrière le site You’re Precious est aussi à l’initiative de ce nouveau numéro anti-relous. Elle se présente ainsi :

Je m’appelle Daisy, mais sur Insta, c’est Joyce. Je suis une jeune femme africaine de 24 ans habitant en banlieue parisienne, qui souhaite prendre son indépendance le plus vite possible.

J’ai fait des études de communication que j’ai ratées (autant le dire, j’aime la transparence) donc là je me forme de mon côté pour avoir un diplôme et des qualifications.

Pour me définir et surtout pour donner une base à toutes mes actions, je ne peux que citer cette phrase de ma mère : « Daisy, toi, t’aimes trop aider les autres ».

Quant à sa plateforme You’re Precious, Daisy en parle en ces mots :

You’re Precious, littéralement « Tu es précieuse », c’est une phrase que j’aimerais graver dans l’esprit de toutes les femmes pour qu’elles se rappellent à chaque instant leur valeur.

De base c’était uniquement un site Web/blog (que je continue à enrichir) où j’aborde et aborderai différents thèmes de la vie d’une femme (avenir, société, sexualité…) avec mon point de vue et mes conseils.

Puis c’est devenu un Insta pour plus de direct, et maintenant il est affilié au numéro anti-relous !

View this post on Instagram

⚠️ Lisez svp ⚠️ • IL FONCTIONNE : PAS BESOIN D’ESSAYER. – UNIQUEMENT POUR LES FEMMES : Femmes, filles de toutes origines et toutes les personnes perçues comme femmes : ayant une identité ou un genre féminin. (Si nous avons été maladroits dans nos propos nous nous excusons) – PAS D’ABUS : CE N’EST PAS UN NUMÉRO POUBELLE. • Ce numéro est un numéro que vous pourrez fournir à ces hommes trop insistants envers vous. C’est un numéro qui leur rendra la monnaie de leurs pièces à ces monstres. Que toutes les femmes puissent le connaître et puissent l’utiliser pour se défendre. Tant qu’il n’y aura pas de solution : créons notre solution ! • Ces témoignages sont les miens. Ils auraient pu être le tien, celui de ma sœur, de ta sœur, de ton amie, de ta cousine, de ta fille .. Ce ne sont que 2 histoires sur les nombreuses histoires que j’ai déjà subit, que je vais sûrement subir encore et que tu as peut-être subit, peu importe ton âge. C’est une situation que l’on connaît beaucoup trop et ce n’est pas normal, ça ne doit pas se normaliser. •

A post shared by 𝐓𝐮 𝐞𝐬 𝐩𝐫é𝐜𝐢𝐞𝐮𝐬𝐞 ! (@youre.precious_) on

Comment fonctionne le numéro anti-relous de 2020 ?

La jeune femme utilise une plateforme spéciale, découverte lors d’une de ses expériences professionnelles où elle avait besoin de contacter des dizaines de personnes sans être équipée d’un téléphone pro.

Elle a donc réutilisé cette plateforme, la société OnOff, pour acheter un numéro pro « anti-relous », ce qui lui permet de garder son 06 pour sa vie perso.

Les messages ne sont pas automatiques, comme on pourrait s’y attendre : une partie est copiée/collée, mais la créatrice de You’re Precious tient à personnaliser ses envois.

J’envoie un premier message, et selon la réaction de l’homme, je lui personnalise une réponse avec en signature un rappel sur le consentement.

J’ai beaucoup de repartie et j’aime écrire donc c’est limite un plaisir pour moi d’imaginer des réponses vraiment adaptées ! […]

Je prends le temps de répondre à chaque (vrai) message de manière personnelle, car un message impersonnel c’est moins parlant et percutant.

Tu peux retrouver des exemples de messages dans la story « À la une » du compte Instagram, en voici une capture d’écran :

Le succès du numéro anti-relous de 2020

Il n’est pas toujours facile de savoir si des meufs utilisent vraiment les numéros anti-relous, et si leur efficacité peut être estimée, même vaguement.

Eh bien à cette première question, la réponse est oui :

Quelques heures après la publication j’étais déjà à 150 relous. Au début, je les renommais et je comptais pour pouvoir bloquer… puis j’ai arrêté de compter.

Sur la plateforme que j’utilise, une pastille affiche « +99 messages à consulter », eh bien de vendredi soir à samedi matin il n’y avait qu’une barre rouge à la place. Aucun chiffre. La notification ne pouvait plus afficher le nombre !

Et ça se reproduit parfois en même pas quelques minutes, c’est fou. À un autre moment je suis sortie faire 1h de vélo, au retour sur l’écran j’avais 389 notifications !

Bien sûr parfois ce sont des campagnes de spam de certaines personnes qui souhaitent faire sauter le numéro et il y a aussi des tests (auxquels je ne réponds plus).

Quant à l’efficacité, elle est évidemment impossible à mesurer précisément, mais on peut déjà étudier les réactions des mecs qui ont été « floués » par le numéro anti-relous.

Je reçois beaucoup de réponses, autant en messages que sur la boîte vocale. Il y a des insultes, des fous rires, des « Ah, je ne pensais pas avoir été insistant », et quelques fois des excuses, même si c’est rare.

Beaucoup de femmes ont aussi réagi positivement à l’initiative, parfois avec émotion : « j’ai même eu une fille qui était tellement contente qu’elle en a pleuré et n’a pas su finir de dire pourquoi c’était si important pour elle… j’en ai eu des frissons ».

Il est important de le dire pour faciliter la vie de Daisy : si vous voulez saluer la démarche, faites-le via le compte Instagram, et non directement sur le numéro qui est déjà très utilisé !

Le « danger » des numéros anti-relous

Utiliser un numéro anti-relous, ça peut faire peur parce que si le mec vérifie en t’appelant devant lui, il peut s’énerver en constant qu’il a été « floué » et que ce n’est pas ton téléphone qui sonne.

Beaucoup de femmes préfèrent donc donner leur vrai numéro, et attendre d’être hors de portée pour bloquer le contact du relou en question.

Daisy explique comment elle aborde cette problématique :

Moi-même, j’ai déjà été bloquée plusieurs fois par des hommes exigeant mon numéro (que j’ai donc été obligée de donner), alors je suis consciente de ça.

D’abord : heureusement, tous les mecs ne sont pas comme ça, donc ce numéro peut aider dans certains cas. De plus, je fais des « tutos » en story conseillant aux femmes de penser à leur sécurité.

Enfin, j’essaie de contacter la plateforme que j’utilise, OnOff, pour une éventuelle collaboration qui pourrait permettre aux femmes d’avoir un second numéro, si possible à un prix abordable…

Mais pour l’instant, je suis « petite » en termes de visibilité donc je n’arrive pas à obtenir l’attention de l’entreprise.

L’initiative ne peut qu’être saluée : aucun outil anti-harcèlement de rue ne peut régler tout le problème d’un coup, mais plus il y en a, plus on a de moyens pour lutter contre ce fléau.

Si le sujet t’intéresse, tu peux suivre You’re Precious sur Instagram et envoyer du love à sa créatrice, qui en mérite par kilos !

À lire aussi : « Donne un faux numéro à ce mec qui te drague si tu n’es pas intéressée ! », la fausse bonne idée

Mymy

Mymy

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle et gère la rubrique masculinité (dont fait partie son podcast, The Boys Club). Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

Endless

Jamais je n'oserai tester ça. C'est une super initiative, mais j'aurais trop peur de recroiser le mec et que ça se retourne contre moi. Il m'est déjà arrivé de recroiser un harceleur que j'avais simplement esquivé, le type était déjà super violent envers moi rien que parce que je refusais ses avances, je n'ose même pas imaginer s'il avait reçu un message de ce genre, il m'aurait éclatée sur place je pense. Ca m'arrive de recroiser certains harceleurs, pourtant je ne vis pas dans une petite ville, et mon quartier est densément peuplé. Mais ils se souviennent de toi...

C'est terrible parce que c'est une super idée, mais j'aurais trop peur de l'utiliser. Je pense que ça peut plutôt fonctionner avec les mecs bourrés en soirée qui ont la mémoire qui flanche, ou ceux qui ne sont pas fondamentalement violents, ou bien si tu es loin de chez toi.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!