Live now
Live now
Masquer
femme-ordinateur
Société

LinkedIn est le premier lieu de rencontre pour les célibataires, selon cette étude

Une nouvelle étude états-unienne révèle la place de choix qu’occupe LinkedIn dans le paysage du dating moderne. Un brouillage des frontières intrusif pour de nombreuses utilisatrices, qui alertent depuis des années sur les dérives de la drague sur ce réseau social.

Où rencontre-t-on des partenaires romantiques en 2024 ? Selon une nouvelle étude menée par le site DatingNews.com sur 501 célibataires états-uniens âgés de 20 à 40 ans, 54% des sondés déclarent rencontrer leurs potentiels partenaires… sur des plateformes de réseautage professionnel comme LinkedIn. C’est le lieu de rencontre le plus représenté, loin devant les sites de rencontres (utilisées par 45% des répondants) ou les applications de dating (40%). Dans la tranche des 35-40 ans, ce chiffre grimpe : 61% des personnes interrogées rapportent avoir déjà rencontré quelqu’un sur LinkedIn et consorts.

Détourner l’usage de LinkedIn à des fins harcelantes

Si ces chiffres visent à dresser le portrait du dating moderne, ils sont aussi révélateurs d’une tendance sur laquelle alertent de nombreuses utilisatrices depuis plusieurs années : celle des messages non sollicités – et souvent insistants, voire déplacés – reçus sur ces plateformes. Des messages d’autant plus intrusifs que les personnes qui les reçoivent ne sont pas inscrites sur LinkedIn pour se faire draguer. Et que la lourdeur n’a sa place nulle part.

« Bien entendu, il convient de mentionner que LinkedIn, Facebook et Instagram ne sont pas des applications de rencontres, et qu’il est donc important que vous n’ajoutiez pas intentionnellement quelqu’un juste pour flirter avec lui. En réalité, de nombreuses personnes s’y opposent et ne voient pas d’un bon œil un flirt qu’elles n’ont pas encouragé » ajoute l’étude.

En 2015 déjà, l’avocate britannique Charlotte Proudman avait dénoncé sur Twitter le comportement de son confrère de 57 ans Alexander Carter-Silk, en postant une capture d’écran de leur conversation LinkedIn où ce dernier lui faisait des avances. S’en était suivi un flot de messages de soutien et de témoignages similaires. Régulièrement depuis, des utilisatrices de la plateforme dénoncent les messages lourds qu’elles reçoivent sur le site professionnel.

À bon entendeur : imposer sa drague, surtout lorsque le contexte n’indique nullement que la personne est disposée à la recevoir, n’est jamais une bonne idée. Merci de respecter les limites de chacun•e•s et d’arrêter d’embêter les gens qui cherchent juste à trouver une alternance ou à étendre leur réseau professionnel.


Écoutez Laisse-moi kiffer, le podcast de recommandations culturelles de Madmoizelle.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Société

Source : Madmoizelle
Société

Congélation d’ovocytes : « On m’avait dit que ce serait un parcours du combattant, mais c’est bien pire »

5
Source : Phillip Pessar / Flickr
Actualités mondiales

Aux États-Unis, un ado meurt après le « One Chip Challenge », énième défi dangereux

Source : Canva Pro
Société

Plusieurs associations appellent à intensifier la lutte contre la LGBTphobie en milieu scolaire

Source : Capture d'écran Youtube
Société

Poupette Kenza accusée d’avoir tenu des « propos antisémites », la Dilcrah saisit la justice

5
Source : Creative Commons
Daronne

Doliprane pour enfant : attention à certaines pipettes défectueuses, alerte l’ANSM

Damien Abad
Société

L’ancien ministre Damien Abad mis en examen pour tentative de viol

Deux femmes s'embrassent sous un drapeau arc-en-ciel, symbole LGBT © Gustavo Fring de la part de Pexels
Société

La Gen Z, plus LGBT+ que ses ainées ? Une étude le confirme

2
delia-giandeini-unsplash lgbtqi lives matter
Actualités mondiales

En Argentine, trois femmes brûlées vives parce que lesbiennes

1
Source : Canva
Société

Les actes LGBTphobes ont explosé en 2023

1
image
Culture

Dominique Boutonnat : une affaire d’agression sexuelle glaçante ignorée par le gouvernement

2

La société s'écrit au féminin