Comment je refoule les gros relous de la drague

La drague, ça peut être subtil comme ça peut s'avérer d'une lourdeur exaspérante. Kalindi te raconte comment elle désamorce une conversation avec un gros relou.

Comment je refoule les gros relous de la drague

Depuis quelques semaines, j’ai décidé de prendre un peu de temps pour moi en faisant une pause dans mon couple.

La drague, de la flatterie à la lourdeur

Je dois dégager une aura différente de d’habitude puisque tout à coup, les hommes s’intéressent à moi. Enfin… beaucoup plus que d’habitude.

Bien sûr, dans certains cas, se faire draguer est plutôt agréable et flatteur.

Quand le mec me plaît et qu’il est adroit dans sa manière de m’aborder, je peux même y prendre un vrai plaisir, sans toutefois aller plus loin qu’un flirt, car je n’ai actuellement pas la tête à plus.

Mais dans d’autres cas, une majorité en ce qui me concerne, les hommes m’abordent avec une lourdeur dont je me passerais bien.

L’autre jour par exemple, un type avec qui je discutais depuis un bon moment dans un commerce, et qui m’avait l’air plutôt sympa de prime abord, s’est finalement décidé à me proposer des cochonneries sans même rougir, juste avant d’ajouter qu’en plus d’être cool, j’avais franchement un beau cul.

Il avait raison sur tout : je suis cool et mes fesses sont divines. Mais là n’est pas la question.

Le problème, c’est que je n’avais absolument pas sollicité son avis, ni sur ma personnalité, ni sur mon physique, puisqu’à la base, je venais juste lui acheter un chargeur de smartphone.

Et cet homme n’a été que le premier d’une série de relous…

Vendredi dernier, lors d’une soirée plutôt arrosée, j’ai rencontré un type qui dansait de manière marrante et avec qui j’aurais pu passer un vrai moment cool à discuter.

Il était si fun que je l’ai laissé me raccompagner à mon hôtel, dans lequel il séjournait aussi, alors que nous étions tous les deux au même évènement.

Et puis une chose en entrainant une autre, il a essayé de me pécho.

Je lui ai dit non une première fois, il a insisté, a essayé de me retenir.

Une fois rentrée dans ma chambre, j’ai reçu des DM Insta, me disant que sa chambre était mieux que la mienne, et que je pouvais encore y venir lui tenir compagnie.

Depuis la semaine dernière, j’ai encore eu à faire à d’autres lourds envahissants, et ça ME LES PÈTE MENU.

Ça t’arrive aussi ? Voilà quelques pistes pour éradiquer la lourdeur.

La pédagogie cash, pour se débarrasser d’un relou

La première étape, en tout cas pour moi, consiste à essayer d’expliquer à mon interlocuteur qu’il est en train d’être relou du cul.

Le type du chargeur, je lui ai par exemple expliqué :

« Tu vois, je ne t’ai pas demandé ton avis sur mon physique. Il vaut mieux que de manière générale tu gardes ton avis pour toi, d’abord parce que ça risque de mettre ton interlocutrice mal à l’aise, ensuite parce que tu vas passer pour un bolosse, et ça ne va pas arranger ton affaire.

En gros, tu vas pas ken quoi. »

Après quelques échanges hyper calmes et raisonnés, il m’a répondu que j’avais sans doute raison, et qu’il aurait appris un truc ce jour là.

Je pense que les hommes se sentent pour certains peu à l’aise avec le concept de drague et se pensent obligés d’être lourds pour signifier qu’on leur plait.

Mais des potes avec qui j’ai discuté tranquillement, en étayant mon discours d’arguments, ont fini par admettre qu’il valait en effet mieux draguer avec subtilité, sans jamais ni forcer, ni donner un avis non sollicité.

Comme quoi, expliquer les choses calmement peut tout à fait déboucher sur des prises de conscience.

D’où le fait qu’on devrait apprendre aux mômes dès le plus jeune âge à considérer les filles comme des êtres humains avec qui il est possible d’avoir une discussion, non comme des proies à saisir le plus vite possible en jouant aux kékos de la paya.

Le mépris, pour se débarrasser d’un relou

J’avoue que c’est la méthode que j’utilise le plus souvent pour désarçonner mon interlocuteur.

Souvent, quand un type essaie de me draguer avec la lourdeur d’un pachyderme, je fais appel à toute la condescendance qui réside dans mon corps et lui jette les yeux les plus désapprobateurs possible.

Mon attitude globalement désagréable et pédante suffit dans la majeure partie des cas à décourager le lourdingue en question.

L’agressivité, pour se débarrasser d’un relou

C’est l’option pour laquelle j’opte en dernier recours, ou lorsque je suis trop fatiguée pour être aimable.

Ça fait un bail que je n’ai pas cédé à cette facilité, préférant en ce moment faire preuve d’un peu de pédagogie, mais j’ai été pas mal agressive étant plus jeune.

Il est vrai qu’un bon :

« Putain, je t’ai rien demandé. Garde ton avis pour toi et va niquer ton chien »

Ça fait en général son petit effet sur les relous ayant peu l’habitude qu’on leur réponde sur ce ton ou qu’on leur réponde tout court.

D’ailleurs j’ai souvent remarqué que les jeunes femmes se taisent et subissent les propos et avis des relous, par frayeur sans doute, et pour ne pas s’attirer de l’éventuelle agressivité en plus de la lourdeur.

Personnellement, j’essaie au maximum de répondre aux types qui se permettent des avances déplacées, pour qu’ils comprennent que leur comportement n’est pas bienvenu et qu’ils y repensent à deux fois avant d’être inconvenants.

Le recours à une tierce personne pour se débarrasser d’un relou

Je n’ai jamais eu besoin d’en arriver là pour l’instant mais on n’est jamais à l’abri.

Pour avoir des amies qui se sont fait draguer plus que lourdement dans un lieu public, je sais que ça peut être une expérience très désagréable, voire traumatisante.

Ainsi, je te suggère, si tu es dans une situation que tu ne parviens pas à gérer toute seule, de faire appel à une tierce personne.

Soit une amie qui est avec toi et peut t’aider à désamorcer la situation, soit un passant, que tu peux prendre à partie pour qu’il puisse te venir en aide.

Quoi qu’il arrive, les autres ont le devoir de t’aider, en tant que citoyens. 

Voilà douce lectrice, mes méthodes pour me débarrasser des hommes qui ont la remarque déplacée, et que je supporte de moins en moins.

Et toi mon bel esturgeon, comment fais-tu ?

À lire aussi : Je m’exhibe sur Internet contre de l’argent, et par amour du sexe

Commentaires

Chat-au-Chocolat

Perso j'aime pas du tout ce truc de "ça te plairait qu'on parle comme ça à ta soeur/mère/cousine/blablabla" ?
Parce que ça sous entend que seules les femmes de ta famille ou desquelles tu es proche sont dignes de respect, et les autres, c'est open bar, elles sont à ta disposition. Enfin s'il faut recourir à ce genre d'argument pour que ces pauvres mecs comprennent que TOUTES les femmes, inconnues comprises, doivent être respectées... C'est à la fois grave, et triste.
Après sur le moment chacune réagit comme elle peut, c'est clair qu'on n'a pas toujours le choix ni le temps d'élaborer une punchline ultra pertinente, mais bon... Je trouve quand même que c'est l'exemple type de la fausse bonne idée.
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!