Nos techniques WTF pour décourager les harceleurs de rue

Le harcèlement de rue, ça existe encore, malheureusement. Voilà des méthodes un peu WTF pour éviter toute interaction avec le type libidineux qui te fait des clins d'œil sur le trottoir.

Nos techniques WTF pour décourager les harceleurs de rue

Les relous, c’est…(plot twist) RELOU.

Le harcèlement de rue, encore une réalité

Se faire interpeller dans la rue, c’est non seulement emmerdant, mais ça peut surtout provoquer un sentiment de peur.

Toutefois le monde évolue (doucement) et j’ose espérer que l’on tend vers un futur dans lequel les femmes ne seront plus importunées dans l’espace public.

Personnellement je suis plutôt positive, et ça vient sûrement du fait que je me fais peu, voire jamais emmerder dans la rue.

J’ai donc un sentiment d’insécurité proche de zéro, et ce bien que j’habite dans un quartier étiqueté « populaire » — synonyme de dangereux dans la tête de beaucoup d’individus.

Si je ne me sens presque pas menacée dans l’espace public et que je refuse de céder à l’insécurité constante, il m’arrive d’intercepter un regard sur moi et de comprendre immédiatement qu’un type va venir me parler…

Ces œillades trop souvent libidineuses que je capte de loin me répugnent plus qu’elles ne m’inquiètent. J’essaie alors immédiatement de prévenir toute interaction par le biais de quelques techniques.

En partageant mes méthodes avec le reste de la rédaction, j’ai constaté que je n’étais pas la seule à donner dans l’originalité.

Voici donc quelques-unes de nos parades anti-relous.

La technique dégueu contre les harceleurs de rue

Quand je ne me sens pas de repousser normalement un type en lui expliquant de manière rationnelle pourquoi sa démarche me dérange, je décide tout bonnement de me comporter de manière immonde.

Je prends soin d’enfoncer mon index dans mon nez et d’aller trifouiller tout au fond, en roulant des yeux pour avoir l’air un peu zinzin.

En général, ça provoque le dégoût chez mon potentiel interlocuteur, qui se résigne à m’interpeller.

Yeeeeees la crotte de nez !

La technique vénère contre les harceleurs de rue

C’est ma technique préférée et la plus simple.

Si un type me regarde d’un air chelou avec l’envie de venir taper la causette, je pare mon visage de la plus belle expression haineuse possible, comme celle d’un Rottweiler enragé, et ne la quitte plus.

Il m’arrive même de plonger mon regard dans celui de l’individu tout en essayant de lui transmettre par les yeux tout ce que je lui dis dans ma tête (autant te dire qu’en général, c’est pas très sympa).

La confrontation par le regard décontenance souvent les hommes, trop habitués à ce que les femmes baissent les yeux lorsqu’ils les dévisagent ou les apostrophent.

Je suis capable d’arborer un visage d’une telle méchanceté que sans déconner, ça a fait peur à tous ceux qui ont essayé !

La technique « je connais quelqu’un » contre les harceleurs de rue

Ah là là, celle-ci, je m’en suis BEAUCOUP servie.

Mais pour qu’elle fonctionne correctement, il faut qu’il y ait beaucoup de monde dans la rue.

La situation est la suivante (attention, ça va aller très vite)…

Un type me regarde et vient dans ma direction bien décidé à m’importuner.

Je fais comme si je ne l’avais pas vu, j’ouvre grands les yeux et la bouche d’un air ravi, je lève mes deux mains et les agite pour faire signe à une personne imaginaire.

Ensuite, je marche à la hâte dans cette direction comme si j’allais rejoindre cette personne.

L’individu qui voulait tenter une approche se décourage en général, persuadé que je rejoins mon mec ou des potes !

La technique du téléphone contre les harceleurs de rue

Alix a voulu participer à cette liste de techniques.

Quand il se fait un peu tard et qu’elle rentre chez elle, dans son quartier plein de mecs chelous, elle prend quelques précautions comme… appeler son mec imaginaire. Qui est caractériel et surentraîné.

La conversation, très scénarisée, se déroule de la manière suivante, et elle peut la répéter en boucle jusqu’à arriver chez elle (donc parfois près de 30 minutes) :

« Allô bébé ? Oui c’est moi (silence).

Non mais non mais arrête t’énerve pas j’ai un peu traîné avec les copains, je suis dans la rue j’arrive dans 2 minutes (silence en attendant sa fausse réponse).

Mais calme-toi je vois la porte là je suis DANS LA RUE (silence).

Bon sinon c’était bien le rugby (silence) ? Ah mais du coup la semaine prochaine tu vas pas pouvoir à la boxe si tu vas au krav maga ? (silence)

Non mais tu fais ce que tu veux bébé, si tu penses que le krav maga c’est plus ton truc que la boxe c’est ton choix je te soutiens quoi qu’il arrive (silence).

Mais oui je te dis JE SUIS LÀ DANS DEUX MINUTES !!!! »

La technique des clés-poing américain contre les harceleurs de rue

« Hello, c’est Lucie !

Moi quand je rentre tard, je prends une clé que je cale entre mes doigts, comme ça si jamais quelqu’un vient m’emmerder, je peux lui montrer que je compte bien lui coller ça dans la gorge ou les côtes.

En vrai, ça ne m’est jamais arrivé mais ça me rassure un peu de me dire que j’ai un moyen de défense au cas où. »

En attendant la fin du harcèlement de rue

Bien sûr, les femmes ne devraient PAS avoir à rivaliser d’imagination pour être tranquilles dans la rue.

Et j’espère qu’un jour, nous n’aurons plus besoin de toutes ces méthodes pour aller d’un point A à un point B sans jamais nous faire emmerder.

Mais en attendant, voilà comment Lucie, Alix et moi nous débrouillons pour ne pas interagir avec des relous potentiels…

Et toi, mon esturgeon, quelles sont tes méthodes ?

À lire aussi : J’ai pris un coup par un harceleur de rue (et il l’a payé cher) — Témoignage

Commentaires

Math2choc

Petite technique perso, s'ils viennent quand même me parler, je reste polie et je leur dis "désolée, mais j'ai mes trois petits qui m'attendent à la maison...", en général ça les refroidis pas mal! :nod:
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!