En révélant qu’il a été violé, Matthew McConaughey envoie un signal fort


Matthew McConaughey révèle, dans ses mémoires, avoir été violé plusieurs fois dans sa jeunesse. Une confession qui porte un poids particulier à l'heure où le viol des hommes reste un sujet méconnu.

En révélant qu’il a été violé, Matthew McConaughey envoie un signal fortMatthew McConaughey dans le film Serenity

La McConnaissance, vous connaissez ? Ce terme, contraction de « McConaughey » et de « renaissance », est utilisé depuis 2014 pour décrire le revirement pris par la carrière de Matthew McConaughey, passé de « jeune beau » abonné aux comédies romantiques à l’un des acteurs les plus reconnus de sa génération, réinventé par des créations exigeantes comme l’angoissante série True Detective ou le déchirant film de Christopher Nolan Interstellar.

Son visage buriné, taillé à la serpe, ses yeux d’un bleu glacial, sa musculature bien dessinée et sa capacité à porter le costume comme personne ont aussi fait de Matthew McConaughey un symbole de masculinité, et une icône de pubs bien viriles vantant des voitures de luxe ou des parfums pour hommes.

À 50 ans, l’acteur texan est au firmament. Il vient de publier aux États-Unis ses mémoires, intitulées Greenlights, dans lesquelles il revient sur sa vie atypique et révèle, entre autres, avoir été violé dans sa jeunesse.

Matthew McConaughey a été victime de viol

Comme le relaie le média britannique Metro, Matthew McConaughey fait état de deux violences sexuelles survenues pendant son adolescence.

« On m’a fait du chantage pour que j’ai ma première relation sexuelle à l’âge de 15 ans. […]

Quand j’avais 18 ans, j’ai été agressé sexuellement par un homme à l’arrière de son van, qui m’avait cogné jusqu’à me faire perdre conscience. »

L’acteur ne s’appesantit pas sur ces évènements, qui sont éparpillés parmi d’autres éléments de sa vie — des blessures, son rapport à la paternité, la mort de son père en plein ébat amoureux avec sa mère… La liste est longue.

Il évoque la culpabilité qu’il a ressentie, liée à sa religion, après le viol subi à 15 ans : « J’étais sûr que j’irais en enfer parce que j’avais eu des relations sexuelles avant le mariage. Aujourd’hui, je suis à peu près sûr que j’espère que ce ne sera pas le cas. »

Matthew McConaughey n’en dit pas plus sur ces violences sexuelles, mais rien qu’en les mentionnant, il envoie un message très fort aux hommes qui, comme lui, ont été victimes de viol.

Quand les hommes victimes de viol prennent la parole

En 2017, après la tornade #MeToo, madmoiZelle publiait Le tabou autour des hommes victimes de violences sexuelles est-il en train de disparaître ? : de nombreux hommes, plus ou moins célèbres, avaient parlé des viols ou attouchements qu’ils ont subis, dans une libération de la parole jusqu’alors inédite.

Bien que les violences sexuelles touchent en grande majorité les femmes, ces hommes existent, et il est important d’écouter, de respecter leur vécu, afin de lutter ensemble contre la culture du viol.

Matthew McConaughey n’est pas le premier acteur à parler des violences sexuelles qui lui ont été infligées : Shia LaBeouf a révélé avoir été violé pendant une installation artistique, Brendan Fraser a accusé le journaliste Philip Berk de l’avoir agressé sexuellement… des témoignages parfois reçus avec ironie et irrespect. Plus les paroles se libèreront, plus le sujet sera pris au sérieux, plus les anonymes qui se reconnaissent dans ces récits sauront qu’ils ne sont pas seuls.

Il est difficile d’imaginer un symbole de masculinité comme Matthew McConaughey confier avoir subi des violences sexuelles il y a dix ans, il y a vingt ans, au risque de se voir « dévirilisé », au risque qu’on ne le croit pas, qu’on fasse retomber la faute et la honte sur lui, la victime, qu’on se moque de son vécu.

Le viol des hommes existe, et il faut en parler

Ces confessions dans ses mémoires envoient un signal fort : celui qu’on peut être violé en tant qu’homme, qu’on n’a pas à culpabiliser, qu’on n’a pas à se taire, que ça ne rend pas moins viril, moins « homme ». L’acteur y associe même un message rassurant, rappelant que ces violences n’ont pas ruiné sa vie et son droit au bonheur :

« Je n’ai jamais eu l’impression d’être une victime. Beaucoup de choses me prouvent que le monde conspire pour me rendre heureux. »

À noter qu’il agit également pour lutter contre la culture du viol : en 2016, il a participé à un programme créé par l’université du Texas, SURE WALK, en ramenant des étudiants et étudiantes dans leurs logements pour leur éviter d’être en danger sur le campus après les soirées.

La société avance vers une meilleure reconnaissance des victimes de viol, de toutes les victimes de viol. Avec ses mémoires, Matthew McConaughey prête main-forte à cette évolution plus que nécessaire. Et c’est plus qu’« alright alright alright », comme démarche.

À lire aussi : Deux hommes célèbres racontent les agressions sexuelles dont ils ont été victimes

Mymy Haegel

Mymy Haegel

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle. Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

MorganeGirly

@Pasd'idéespourunpseudo J'avais l'impression que comme tous les personnages sont antipathiques et méchants, ça fait de Joe et Dottie (enfn je crois que c'est le nom de la jeune fille?) les personnages qu'on est censés finir par soutenir par élimination, ainsi que leur couple, et je trouvais ça vraiment dérangeant (la scène du simulacre de viol m'avait vraiment donné l'impression qu'on est censés se réjouir que la femme soit punie par Joe de cette manière!).
Mais après tu as raison, peut-être que ça change la donne de jouer un personnage aussi extrême!
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!