Live now
Live now
Masquer
delia-giandeini-unsplash lgbtqi lives matter
Actu en France

Malgré une droite qui renâcle, la loi contre les thérapies de conversion a été adoptée au Sénat

Ce mardi 7 décembre, le Sénat a adopté la proposition de loi visant à protéger les personnes LGBTI+ des thérapies de conversion. Un pas dans la bonne direction malgré une opposition vive côté Les Républicains.

Discutée au Sénat hier, la proposition de loi pour l’interdiction des thérapies de conversion a été adoptée ce mardi 7 décembre par 305 voix pour et 28 voix contre.

Ces pratiques vont être désormais considérées comme un délit passible de deux ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende. Seront visées les pratiques « visant à modifier ou à réprimer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre, vraie ou supposée, d’une personne et ayant pour effet une altération de sa santé physique ou mentale ».

Il s’agit d’une loi pour « nommer les choses », a insisté la rapporteure Dominique Vérien. À Public Sénat, elle expliquait notamment la nécessité de ce texte, qui en créant une infraction spécifique offre une meilleure protection aux personnes LGBTI+ vulnérables :

« On pourrait dire qu’il existe déjà des délits tels que la pratique illégale de la médecine, l’abus de faiblesse ou les violences volontaires, mais ces motifs ne sont parfois pas suffisamment précis pour engager des poursuites. »

La droite mobilisée contre les personnes trans

Il a fallu néanmoins faire face à une forte opposition du côté du groupe Les Républicains, qui s’est mobilisé pour faire retirer la notion d’« identité de genre » du texte et en exclure les personnes trans.

La raison ? La notion d’« identité de genre » serait à leurs yeux trop floue. C’est notamment la sénatrice LR Jacqueline Eustache-Brinio qui a mené l’offensive, remettant sur le tapis la fumeuse « théorie du genre », mais aussi le pronom « iel » et l’idée d’un modèle de société venu de l’extérieur qu’une minorité tenterait d’imposer.

Un vent de panique morale qui reflète bien les arguments rabâchés par les milieux conservateurs, mais aussi par les féministes transphobes, qui se sont mobilisés sur ce sujet (et dont nous vous décryptons les manœuvres).

Fort heureusement, les amendements déposés et soutenus par le groupe LR ont tous été rejetés, permettant ainsi aux personnes trans d’être incluses dans cette loi et donc protégées contre les thérapies de conversion, dont elles peuvent être aussi victimes.

C’est notamment la sénatrice EELV ouvertement lesbienne Mélanie Vogel qui a porté haut et fort la voix des personnes LGBTI+ dans l’hémicycle, en rappelant les fondamentaux :

Les enfants intersexes, oubliés de la loi

Si les amendements contre les personnes trans ont finalement été balayés, on ne saurait déplorer assez le rejet de ceux consacrés à la protection des enfants intersexes.

Mélanie Vogel ainsi que la sénatrice PS Marie-Pierre de la Gontrie ont défendu des amendements visant à inclure les enfants nés avec une variation du développement génital, afin de faire interdire les opérations et traitements irréversibles qu’ils subissent parfois dès le plus jeune âge afin de normaliser leur corps et de les assigner à un genre.

amendement-enfants-intersexes-loi-therapie-de-conversion
Extrait d’un amendement rejeté dans le cadre de l’examen de la proposition de loi sur l’interdiction des thérapies de conversion.

La tentative d’ajouter cet alinéa pour protéger les personnes intersexes a cependant échoué. La ministre Elisabeth Moreno a défendu un avis défavorable au motif que cette question n’aurait rien de commun avec l’objet de la proposition de loi et que la loi bioéthique serait suffisante sur cet enjeu.

Le texte doit revenir à l’Assemblée nationale pour y être voté définitivement.

À lire aussi : 20 ans après sa sortie, la rom-com lesbienne But I’m A Cheerleader n’a rien perdu de son piquant

Crédit photo : Delia Giandeini via Unsplash

Les Commentaires
4

Avatar de hellopapimequepasa
8 décembre 2021 à 17h10
hellopapimequepasa
j'espère vraiment qu'ils vont faire une loi pour protéger les droits des enfants intersexe!
1
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Actu en France

Pop culture
Interview d’Elsa Miské, co-créatrice du jeu Moi c’est Madame

Lutter contre le sexisme dès l’adolescence, c’est la promesse du jeu de cartes Moi c’est Madame

Anthony Vincent

25 sep 2022

SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Actu en France
livres unplash

Fin de la quasi-gratuité des frais de livraison de livres : mauvaise nouvelle pour le marché du livre ?

Maya Boukella

23 sep 2022

12
Actu en France
Affaire PPDA, des plaintes s’ajoutent, mais l’impunité continue

Affaire PPDA  : les plaintes pour violences sexuelles s’accumulent, mais l’impunité persiste

Anthony Vincent

21 sep 2022

Actu en France
Corinne Masiero s’exprime sur l’inceste, au micro de France Inter

Corinne Masiero sur l’inceste : « C’est sous couvert d’amour qu’on t’agresse »

Anthony Vincent

20 sep 2022

1
Actu en France
Capture d'écran de « L'Œil du 20h » France 2.

Vous souffrez d’un cancer ? « Arrêtez votre chimio », rétorque la naturopathe controversée Irène Grosjean

Anthony Vincent

14 sep 2022

13
Actu en France
adrien quatennens

Le député LFI Adrien Quatennens visé par une main courante pour violences contre son épouse

Daronne
education-sexuelle-ecole

Parler de sexualité à l’école, c’est une obligation, n’en déplaise à Eric Zemmour

Chloé Genovesi

13 sep 2022

2
Cinéma
Jean-Luc Godard contre une grosse caméra

Jean-Luc Godard s’est éteint à 91 ans et son cinéma questionne encore les féministes

Anthony Vincent

13 sep 2022

1
Actu en France
Nicolas_Hulot_Generations_climat

MeToo : l’enquête qui visait Nicolas Hulot pour viol et agression sexuelle classée sans suite

Maëlle Le Corre

12 sep 2022

4
Daronne
contraception-masculine

La contraception masculine, grande oubliée des institutions ?

Chloé Genovesi

02 sep 2022

4

La société s'écrit au féminin