Live now
Live now
Masquer
Source : Canva
Déclic

Maëva, 20 ans : « Ma famille s’obstine à défendre des personnes indéfendables »

Dans Déclic, des personnes nous racontent leur prise de conscience féministe et ce que cela a changé pour elles. Aujourd’hui, Maëva raconte ses échanges compliqués avec sa famille et les double standards dont elle a été victime à l’école puis dans ses jobs étudiants.
  • Prénom : Maëva
  • Âge : 20 ans
  • Occupation : En CDD dans un centre commercial
  • Lieu de vie : Petite ville de Gironde

Comment décririez-vous votre rapport au féminisme ?

Je dirais qu’il est très présent. Le féminisme m’a ouvert les yeux sur certains domaines et certaines remarques qu’on banalise trop quand on est enfant. Notamment sur le consentement, le fait d’avoir le droit de ne pas vouloir être touchée ou embrassée. Ou sur l’hypersexualisation de nos corps : quand on est gamine, on nous dit de faire attention à ce que l’on porte pour ne pas « déconcentrer » les garçons, que pour plaire, il faut être féminine. Et on ne questionne pas forcément ces injonctions.

Avez-vous grandi dans un milieu féministe ?

Pas du tout, ma famille n’a pas la fibre féministe. J’ai grandi avec un père très macho, très imprégné de misogynie et persuadé que les femmes sont des objets. Ma mère me soutient davantage. Quand elle a pris conscience de mon engagement, elle m’a dit qu’elle aurait souhaité être comme moi au même âge. Nous sommes d’accord sur le fait que les agressions sexuelles et les viols sont trop souvent classés sans suite, que le consentement et le droit à l’avortement sont primordiaux, qu’il faut lutter contre les féminicides, qu’on ne se sent jamais vraiment en sécurité en tant que femme…

Mais même sur ces sujets fondamentaux, nous avons parfois des divergences de point de vue. Si une fille a subi une agression ou un viol, elle peut encore se demander « pourquoi elle n’a pas fait plus attention ? », « n’aurait-elle pas fait quelque chose qui lui aurait fait penser qu’il avait le droit ? », « Pourquoi était-elle habillée comme ça ? Elle sait que c’est dangereux ». Ces désaccords-là me peinent, car je me dis qu’elle pourrait me tenir les mêmes propos, à moi aussi, si ça m’arrivait. 

À quand remonte votre déclic féministe ?

Je devais avoir 12 ou 13 ans. Ça a commencé au collège. J’étais dans un établissement privé catholique et beaucoup de choses interdites aux filles étaient permises aux garçons (les shorts, les tee-shirts à bretelles, les jeans troués etc). J’étais très énervée de cette injustice et je ne comprenais pas pourquoi nous, les filles, n’avions pas les mêmes droits que nos camarades.

Un autre élément qui a joué un rôle déterminant dans mon cheminement féministe, est le fait qu’il y a des antécédents de violence conjugale dans ma famille. J’ai vu des choses qu’une enfant ne devrait pas voir, encore moins à un âge si jeune. Dès l’adolescence, j’ai su que j’étais féministe sans le formuler.

La boîte à outils féministe de Maëva

Je recommande vivement de lire Virginia Woolf. Pour celles qui ne connaissent pas cette autrice britannique du siècle dernier, ses livres parlaient déjà de féminisme et d’indépendance féminine. C’est magnifiquement bien écrit, les histoires sont toujours très belles.

Comment le féminisme infuse-t-il votre vie aujourd’hui ?

Je n’écoute plus ce que dit la société, je m’habille comme je le souhaite même si ça ne plaît pas, je ne me laisse plus faire, que ce soit avec les hommes en général ou avec les pervers narcissiques que j’ai dans ma famille (ce qui d’ailleurs ne leur plaît pas du tout, car ils n’ont plus d’emprise sur moi). J’ai coupé les ponts avec des personnes qui étaient très problématiques, et j’essaie de sensibiliser les autres au féminisme. Ce n’est pas toujours évident, et je me prends parfois des remarques qui montrent à quel point le chemin reste long.

Par exemple, après mon bac, j’ai travaillé un été dans un restaurant pour me faire un peu d’argent. À cette période, je ne portais plus de soutien-gorge, car j’avais très peu de poitrine et je trouvais les soutifs désagréables. Un jour, il devait faire 38 degrés, j’étais en débardeur. On pouvait voir que je n’avais pas de soutien-gorge, mais je m’en fichais, c’était mon choix. La sous-cheffe, deux fois mon âge, m’a interpellée pendant le service pour me demander d’expliquer ma tenue (à noter que j’avais demandé l’autorisation de m’habiller ainsi au responsable, et qu’il m’avait dit oui). Elle m’a fait remarquer que je n’avais pas de soutien-gorge, s’est permis de commenter que mes seins allaient tomber dans deux ans si je n’en portais pas, que ce n’était pas professionnel, que je n’étais pas prostituée ni ne travaillais dans un club de strip-tease…

Votre féminisme est-il source de friction autour de vous ?

Ooohhh oui énormément ! Surtout avec ma famille, qui estime que j’en fais trop. Ils s’obstinent à défendre des personnes indéfendables. Par exemple, quand des célébrités sont accusées d’agressions sexuelles ou de viols, tout de suite ils me sortent des arguments du genre « ouais mais y’a des femmes qui font ça pour l’argent, hein, faut pas croire… ». À chaque célébrité mise en cause, un conflit familial éclate derrière.

Du côté amical, en revanche, je ne suis entourée que de personnes compréhensives. Avec mon caractère impulsif et têtu, je ne peux pas laisser un•e ami•e faire une remarque déplacée. Même s’iels ne sont pas aussi sensibilisé•e•s que moi, iels connaissent l’essentiel. Iels savent qu’en cas de question, iels peuvent toujours me demander. 

Avez-vous l’impression d’être arrivée au bout de votre éveil féministe ?

Non ! Tous les jours, j’apprends de nouvelles choses. En ce moment, je suis beaucoup l’actualité, je me renseigne un maximum sur les sujets que je connais moins bien, j’essaye vraiment de faire évoluer mon féminisme.

Témoignez sur Madmoizelle

Pour témoigner sur Madmoizelle, écrivez-nous à :
[email protected]
On a hâte de vous lire !


Ajoutez Madmoizelle à vos favoris sur Google News pour ne rater aucun de nos articles !

Les Commentaires

2
Avatar de Astipalaya
13 janvier 2024 à 19h01
Astipalaya
@Mary-Sue Il y a même eu une étude qui disait l'inverse, que ne pas en porter diminuerait les seins qui tombent
2
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Déclic

Source : Canva / Midjourney
Déclic

Ed, 38 ans : « Je vois le couple classique plutôt comme une TPE que comme une relation »

5
Source : Getty Image / MARIA DUBOVA
Féminisme

Ève, 42 ans : « Quand il m’a demandé où était le nettoyant après six mois de vie commune, j’ai pleuré »

5
Euphémie
Déclic

Euphémie, 28 ans : « Pour moi, on ne peut pas être féministe et de droite » 

Source : Canva
Déclic

Augustine, 25 ans : « Je me considère comme misandre »

1
Source : Midjourney
Féminisme

Laura, 37 ans : « Parfois, je regrette d’être devenue féministe »

1
Source : Midjourney
Déclic

Jeanne, 20 ans : « Mon frère trouve que je pars trop loin avec mes discours féministes »

1
Source : Midjourney
Déclic

Maëlle, 20 ans : « Je n’ai jamais autant subi de sexisme que sur les applications de rencontre »

1
Source : Midjourney
Déclic

Éloïne, 22 ans : « J’essaie de modifier les automatismes sexistes de ma famille mais je me sens de plus en plus éloignée d’eux »

Source : Midjourney
Féminisme

Elsa, 36 ans : « Chaque jour, à travers les yeux de mes enfants, je réalise à quel point le patriarcat est ancré  »

Source : sanket-mishra / unsplash
Féminisme

Lucie, 31 ans : « Il n’a pas supporté que je lui explique mon travail, que je connais évidemment mieux que lui »

La société s'écrit au féminin