femme-poils-aisselles
Beauté

L’épilation en 2021 : les pratiques changent, le diktat reste

04 fév 2021 44

En 2021, les femmes s’épilent moins qu’en 2013, c’est ce qu’annonce une étude de l’IFOP. Mais si les pratiques changent, le diktat de l’épilation reste la norme : les chiffres indiquent que les poils sur les corps féminins continuent à déranger.

Visiblement, ce n’est pas demain que prendra fin le diktat de l’épilation… Dans leur Enquête sur les pratiques dépilatoires et le poids des injonction liées à l’épilation* publiée ce 3 février 2021, l’IFOP et charles.co dressent un bilan du rapport des Français et Françaises aux poils. Et si la donnée phare de l’étude indique que les femmes s’épilent moins qu’avant, on en retient aussi et surtout que les poils sur les corps perçus comme féminins sont toujours considérés « inesthétiques ».

Les poils restent perçus comme inesthétiques

On aimerait pouvoir penser que la baisse des pratiques épilatoires reflète un changement dans la manière dont la société perçoit (et décrie) les poils sur le corps féminin. Mais le constat de l’étude est sans appel : dans l’imaginaire collectif, les poils sont synonymes de masculin, tandis qu’une peau glabre est associée au féminin.

Ainsi, 73% des femmes interrogées considèrent qu’il est important qu’une femme s’épile pour être considérée comme séduisante. Par ailleurs, 57% des personnes interrogées, tous genres confondus, indiquent être dérangées à la vue d’une femme portant des poils sous les aisselles. À la mention de ces mêmes poils sur un homme, ce chiffre baisse à 15%

La pilosité est même stigmatisante pour les femmes dans l’espace public : 51% des sondés et sondées estiment qu’une femme sortant de chez elle avec des poils sur les jambes se « laisse aller ». Dans le monde du travail, 60% du panel estime même qu’il n’est pas professionnel pour une femme d’afficher des poils sur ses jambes ou sur les aisselles.

Choisir de ne pas s’épiler, c’est donc s’exposer au regard sévère d’une société qui ne laisse que très peu la possibilité aux femmes de présenter leurs corps comme elles le souhaitent.

L’épilation est en baisse… quand les poils ne se voient pas

Pourtant, les chiffres de la pratique dépilatoire sont en baisse : la proportion de femmes qui déclarant ne pas s’épiler du tout le pubis est passée de 15 à 28% en sept ans. L’épilation du maillot intégrale, quant à elle, est en baisse constante.

Sur le reste du corps aussi, cette tendance se constate : même si l’épilation reste la pratique largement majoritaire, les femmes sont moins nombreuses qu’en 2013  à déclarer s’être enlevé des poils sur les aisselles, les jambes ou le maillot au cours des trois derniers mois. Ce chiffre est accru par les circonstances sanitaires, puisqu’une Française sur six déclare moins s’épiler depuis le premier confinement.

Et c’est ici que le bât blesse : il semblerait que les femmes cessent de s’épiler quand leurs poils ne sont pas vus. En d’autres termes, si les chiffres baissent, le diktat, quant à lui, reste bien présent…

L’étude révèle ainsi que l’esthétique est la première raison pour laquelle les femmes s’épilent le maillot. Par ailleurs, une Française sur deux déclare qu’elle serait prête à laisser ses poils vivre librement sur les zones du maillot et des jambes, mais ce chiffre chute à moins d’une sur cinq dans l’hypothèse de garder ses poils toute l’année, la plupart estimant qu’elles ne pourraient pas les assumer durant les saisons où ils sont le plus visibles.

Si les pratiques des femmes changent, le regard de la société (et le leur) sur leur corps ne change pas forcément avec.

Normaliser les poils, pour mettre fin au diktat

Sur la question des poils, il semblerait donc que l’on soit encore bien loin de la fin de l’injonction à l’épilation. Quand on associe systématiquement le féminin à l’imberbe, dans des contextes intimes ou professionnels, on fait peser sur les pratiques individuelles des femmes le poids d’une société qui refuse de leur laisser le choix.

Pour mettre fin au diktat de l’épilation, il faudrait peut-être avancer sur la normalisation de la pilosité féminine. Car le corps féminin n’a pas toujours dû être glabre pour être considéré comme beau ! En laissant de la place aux corps féminins poilus dans les clips, les œuvres culturelles ou sur les panneaux d’affichage (comme Adidas l’a fait en laissant Avida Bystroöm garder des poils dans la publicité ci-dessous), on cessera peut-être enfin la stigmatisation de celles qui choisissent le « naturel »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par arvida byström (@arvidabystrom)

À lire aussi : Comment l’activiste Queen Esther normalise les poils de torse sur Instagram

*Étude Ifop pour Charles.co réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 18 au 21 décembre 2020 et du 19 au 20 janvier 2021 auprès d’un échantillon de 2 027 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine

Les Commentaires
44

Avatar de vyjre
5 avril 2021 à 18h38
vyjre
Merci Mad de partager cette étude ! C'est triste que ce soit encore si présent ces injonctions

Si ça peut donner un tout petit peu d'espoir, perso je m'épile pas, et ça se passe super bien :), j'ai jamais eu de remarques de la part de mes ami.es, de mes profs ou de ma famille, et je suis contente de voir mon regard sur mes poils évoluer depuis 3 ans, maintenant ça va plutôt mieux avec les poils de moustache, mais ça va super avec mes poils d'aisselles par exemple. Quand je ne suis pas aussi optimiste, je me rappelle toutes les raisons de pourquoi j'ai arrêté de m'épiler, et que mon regard négatif est biaisé par les diktats et normes de beauté, et ça aide à tenir en quelque sorte haha. Après j'imagine que c'est peut-être plus compliqué pour d'autres, et que j'ai de la chance d'être entourée avec certaines potes à la fac qui s'épilent pas non plus.
2
Voir les 44 commentaires

Plus de contenus Beauté

Tendances maquillage
reverse-eyeliner copie

L’eyeliner inversé, nouvelle tendance beauté qui affole les réseaux sociaux, ne date pas d’hier

Barbara Olivieri

26 juil 2021

Conseils Beauté
pourquoi-certains-cosmetiques-boulochent-sur-la-peau

Et si on parlait des cosmétiques qui peluchent sur la peau ?

Barbara Olivieri

26 juil 2021

Sélection shopping
selection-piscine-enfant

Et plouf ! Voici notre sélec de petites piscines pour bébés

Manon Portanier

25 juil 2021

Conseils Beauté
recourbe-cils

Et si les recourbes-cils n’étaient pas aussi innocents qu’ils n’y paraissent ?

Barbara Olivieri

25 juil 2021

3
Conseils Beauté
se-brosser-les-cheveux-lorsquils-sont-mouilles

Question existentielle : se brosser les cheveux mouillés, ça les abîme ?

Barbara Olivieri

23 juil 2021

6
Sélection shopping
selection-shopping-bio

7 cosmétiques bio et soldés qui vont refaire votre été

Barbara Olivieri

23 juil 2021

Maquillage
glossier-solar-paint

Euh Glossier, vous n’auriez pas oublié les peaux foncées avec vos nouveaux bronzers ?

Barbara Olivieri

23 juil 2021

2
Hygiène

Le guide ultime pour tout savoir sur le déodorant

Beauté
Yseult dans le clip de Corps

Yseult ambassadrice L’Oréal : l’industrie de la beauté change-t-elle enfin ?

Anthony Vincent

20 juil 2021

1
Bien-être et soin
body-glory

Marre des brûlures des cuisses qui frottent en été ? Ces deux Françaises bossent sur un produit adapté

Pauline Thurier

20 juil 2021

1

La société s'écrit au féminin