Live now
Live now
Masquer
pollution-mort-monde-écologie-
Actu mondiale

La pollution cause 1 décès prématuré sur 6 chaque année dans le monde

18 mai 2022
Tous les ans, neuf millions de décès prématurés sont liés à la pollution sur notre planète Terre, d’après une étude états-unienne publiée le 18 mai. Les pays en développement en sont les premières victimes. Qu’attend-on nous pour agir ?

Aux quatre coins du globe terrestre, chaque année, neuf millions de personnes décèdent à cause de la pollution, ce qui fait un décès sur six (16%). Cela s’explique par une exposition à l’air, une eau ou encore à des sols contaminés par des substances toxiques. Aujourd’hui, la pollution est devenue le facteur de risques environnemental principal en ce qui concerne les maladies et les décès prématurés. C’est trois fois plus de décès que ceux cumulés des suites du sida, de la tuberculose et du paludisme.

Ces données proviennent d’une étude scientifique publiée, le 18 mai, dans la revue The Lancet Planetary Health qui a créé ces dernières années un programme de commissions afin de travailler avec des partenaires universitaires pour identifier les problèmes les plus urgents en science, en médecine ou encore en santé mondiale. Après un premier rapport réalisé en 2017, plus d’une trentaine de chercheurs internationaux se sont à nouveau penchés sur l’impact global de toutes les formes de pollution au sein de la commission « pollution et santé » du Lancet.

Entre 2015 et 2019, le nombre de décès liés à la pollution est resté stable

Pour bâtir cette estimation, les chercheurs ont analysé des données d’un programme international de recherche en épidémiologie, Global Burden of Disease (« charge mondiale des maladies »), réalisé par l’Institute for Health Metrics and Evaluation à Seattle aux États-Unis. La première édition reposait sur les données de l’année 2015, la seconde sur celles de 2019.

Il est un premier constat : avec neuf millions entre 2015 et 2019, le nombre de décès prématurés liées à la pollution est resté stable, comme l’a constaté la commission du Lancet auprès de The Lancet Planetary Health :

« Ces données montrent que la situation ne s’est pas améliorée et que la pollution reste une menace globale majeure, en particulier pour les pays à bas et moyens revenus. »

Toutefois, des progrès ont été observés : les décès causés par des formes anciennes de pollution, telles l’utilisation du charbon ou encore l’accès restreint à l’eau potable, reflétant les conditions de vie précaires de certains endroits du monde, ont diminué, particulièrement en Afrique, depuis le début du siècle, grâce à l’instauration de politiques hygiénistes.

Malheureusement, toutes ces évolutions positives sont anéanties par l’augmentation des décès liées aux formes plus « modernes » de pollution, telle que celles aux particules fines ou chimiques. En 2019, on recensait seulement 6,3 millions de morts causées par cette pollution nouvelle. Ce chiffre a augmenté de 7% en quatre ans et de plus de 66% depuis 2000 où 3,8 millions de décès était alors constatés.

D’après les scientifiques, plusieurs explications justifient cette dégradation : une industrialisation massive et sans retour en arrière possible, une urbanisation excessive et incontrôlée ainsi que l’explosion démographique.

muhammad-numan-ZVgxiKJlMk0-unsplash
© Muhammad Numan – Unsplash

Les pays en développement, premières victimes de la pollution

Toujours selon l’étude : plus de 90% des décès liés à la pollution ont lieu dans des pays à revenus faibles et moyens, même si aucune région du monde n’est totalement épargnée. L’Asie du Sud, avec l’Inde, le Pakistan, le Bangladesh, est la première victime de la pollution.

En tête des facteurs risques, il y a la pollution de l’air (extérieur et intérieur) qui provoque environ 75% des décès. 6,7 millions de morts prématurées, soit 200 000 de plus depuis la première étude en 2017, sont ainsi donc liés à une exposition aux particules fines et autres oxydes d’azote. En deux décennies, le nombre de victimes de la pollution de l’air extérieur est passé de 2,9 millions à 4,5 millions.

En deuxième position des facteurs de risques arrive la pollution de l’eau qui représente environ 1,4 millions de décès prématurés chaque année. Le plomb, extrêmement dangereux pour les enfants, qui contamine l’eau, l’air et les sols, ferait à lui seul plus de 900 000 morts par an dans le monde.

Les autres métaux lourds et dioxines provenant des rejets industriels, pesticides ou encore ceux que l’on surnomme les « polluants du quotidien » (retardateurs de flamme, composés perfluorés, bisphénols, phtalates…) omniprésents dans les produits de grande consommation, seraient à l’origine d’environ 1,8 millions de décès.

Selon les auteurs du rapport, dans la réalité, ce chiffre serait beaucoup plus important. Actuellement, seulement une pauvre part des substances chimiques utilisées par les industriels fait l’objet d’une surveillance accrue, grâce à des évaluations sanitaires avec tests de toxicité. Et bien sûr, essentiellement dans les pays riches.

Créer un « GIEC » sur la pollution, est-elle une solution ?

Le 25 avril dernier, l’Union européenne a présenté un plan de grande ampleur ayant pour objectif d’éliminer massivement d’ici à 2030 les substances chimiques les plus néfastes pour la santé et l’environnement des produits de grande consommation. Néanmoins, pour Richard Fuller, auteur principal du rapport de la commission Lancet, ce n’est pas « assez » :

« En dépit d’énormes répercussions sur la santé de mieux en mieux documentées et de préoccupations grandissantes dans la population, l’attention et les moyens portés à la lutte contre la pollution n’ont que très peu augmenté depuis 2015. »

D’après la commission Lancet, il est temps de prendre de grandes mesures efficaces telle que la création d’un groupe dédié à la pollution, sur le même modèle que le Groupe d’experts intergouvernemental consacré à l’évolution du climat (GIEC). Pour Rachael Kupka, coautrice du rapport et directrice de l’Alliance mondiale sur la santé et la pollution basée à Genève : « La pollution, le changement climatique et la perte de biodiversité sont étroitement liés. Ce sont des menaces qu’il faut combattre simultanément. »

Mais alors, quelle serait la stratégie à adopter pour éviter ces nombreux décès liées à la pollution ? Un plan de lutte contre les pollutions dues par l’exploitation des énergies fossiles serait « doublement bénéfique », d’après la commission Lancet, pour la santé et le climat.

Il y a urgence à donner une réponse adéquate pour lutter contre ce fléau de morts prématurés causé par la pollution, selon Rachael Kupka :

 « La pollution a longtemps été considérée comme un problème local à traiter avec des réglementations nationales. Or, comme le réchauffement, la pollution est une menace globale qui ne s’arrête pas aux frontières et nécessite donc une réponse mondiale»

L’assemblée des Nations Unies pour l’environnement a commencé à s’emparer du sujet : en mars dernier, une résolution visant à la création d’un « GIEC des produits chimiques » a été adoptée. C’est un premier pas vers la création d’un futur traité international contre la pollution… Plastique. « Quand on commence à agir, l’espoir est partout. Alors, au lieu d’attendre l’espoir, cherchez l’action », dirait la jeune militante écologiste Greta Thunberg. Bref, c’est seulement un début.

À lire aussi : WWF alerte : la pollution plastique dans les océans doit être traitée en urgence

Image en Une : © Maxim Tolchinskiy – Unsplash

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Actu mondiale

GGNZ_Swearing_of_new_Cabinet_-_Jacinda_Ardern_2
Actu mondiale

Jacinda Ardern, la Première ministre néo-zélandaise, démissionne, à la stupeur générale

Anthony Vincent

19 jan 2023

5
beauté

Comment consommer des cosmétiques de manière plus raisonnée ?

Humanoid Native
trans rights terfs fuck off flickr mat hrkac
Actu mondiale

Pourquoi une loi pour les personnes trans en Écosse a été retoquée par le Royaume-Uni

Maëlle Le Corre

17 jan 2023

Un drapeau chinois qui flotte au vent © glaborde7 de la part de pixabay via Canva
Actu mondiale

En Chine, la population décroit pour la première fois en 60 ans

Anthony Vincent

17 jan 2023

Femme dépitée
Psychologie

Le Blue Monday, le jour le plus déprimant du monde, n’existe pas

Emilie Laystary

16 jan 2023

25
Le footballeur français Benjamin Mendy a été reconnu non-coupable de six viols
Actu mondiale

Le footballeur français Benjamin Mendy reconnu non-coupable de six viols

Anthony Vincent

13 jan 2023

11
lisa marie presley
Pop culture

Lisa Marie Presley, fille unique du King est morte à 54 ans

Maya Boukella

13 jan 2023

libraire jaredd craig unsplash
Actu mondiale

Filippo Bernardini, l’éditeur qui volait des livres très attendus avant leur publication

Maya Boukella

10 jan 2023

Le palais de Westminster, chambre des députés britanniques © NenonJellyfish de la part de Getty Images Signature
Actu mondiale

Sept députées dénoncent le sexisme toxique au Parlement britannique

Anthony Vincent

10 jan 2023

golden-globes-2021
Pop culture

Enlisés dans les scandales, les Golden Globes misent sur des mesures inclusives (et des stars) en 2023

Maya Boukella

09 jan 2023

docu netflix complot
Pop culture

Ce documentaire est une théorie du complot, mais Netflix ne fait rien

Maya Boukella

09 jan 2023

5

La société s'écrit au féminin