Deux femmes qui portent le foulard en train de travailler
Actu mondiale

La justice européenne a (re)tranché : interdire le voile au travail n’est pas discriminatoire

Cette interdiction doit s’appliquer à tous signes religieux, rappelle la Cour de Justice de l’Union Européenne. L’employeur doit en revanche prouver qu’un signe religieux visible pourrait causer un préjudice afin de justifier cette directive.

En Allemagne, deux femmes musulmanes qui portent le foulard ont entamé une procédure judiciaire, suite à l’interdiction du voile sur leur lieu de travail respectif, au retour de leur congé maternité. Les contestations des deux femmes, dont l’une exerce en tant qu’employée dans une pharmacie, tandis que l’autre s’avère être puéricultrice, ont fini par atteindre la Cour de justice européenne située au Luxembourg.

La garderie où travaille la puéricultrice interdit au personnel tous signes religieux, et l’a suspendue à deux reprises, en plus d’émettre un avertissement écrit, qu’elle a contesté auprès de la justice allemande.

Quant à la pharmacie, elle a demandé à l’employée de ne pas porter de signes politiques, philosophiques ou religieux ostensibles. Ce qu’elle a refusé, considérant son foulard comme obligatoire en vertu de sa religion, et elle a, elle aussi, commencé par se tourner vers la justice allemande.

L’employeur doit démontrer la nécessité d’une telle politique de neutralité

Les tribunaux allemands ont alors renvoyé ces affaires devant la Cour de Justice européenne afin d’obtenir des directives de la part de l’UE concernant l’égalité de traitement au travail et d’accès à l’emploi. Ce à quoi le tribunal luxembourgeois a répondu que, s’il y a interdiction, elle doit s’appliquer à tous les signes religieux. Et c’est aux employeurs de démontrer un véritable besoin d’interdiction de ces symboles visibles, comme le relaie l’AFP :

« Il est particulièrement important que l’employeur ait démontré qu’en l’absence d’une telle politique de neutralité, sa liberté d’entreprendre serait entravée parce qu’il subirait des conséquences négatives en raison de la nature de ses activités ou de l’environnement dans lequel elles sont exercées. »

Une décision différente de celle de la CEDH concernant le port d’une croix

La Cour de Justice de l’Union européenne vient ainsi de réitérer une décision déjà émise en 2017 : les employeurs privés de l’Union européenne peuvent interdire à leurs salariés de porter des symboles religieux, dont le foulard, afin de présenter une image de neutralité.

Sauf que ces directives de 2021 et 2017 concernant le foulard semblent aller à l’encontre d’une autre décision de la Cour européenne des droits de l’homme en 2013 autour du port d’une croix au travail. C’était l’affaire de Nadia Eweida, une hôtesse d’accueil de la compagnie aérienne British Airways, licenciée sans indemnités, car elle refusait d’enlever pendant ses heures de travail son collier orné d’une croix. Le tribunal de Strasbourg avait finalement décidé que les droits de Nadia Eweida avaient été bafoués et qu’elle devait donc être indemnisée.

Ce qui rappelle que la CEDH diffère bien d’un tribunal de l’Union européenne, même si tous les États membres de l’UE ont signé la convention européenne des droits de l’homme. Un casse-tête juridique qui illustre combien il peut être compliqué quand on est une femme qui porte le foulard de trouver et conserver un emploi en Europe. Ou même d’accompagner bénévolement des enfants en sorties scolaires en France.

À lire aussi : La France accepte enfin le foulard ! Mais celui des modeuses, pas des musulmanes

Les Commentaires
63

Avatar de Rose_Eth
23 juillet 2021 à 13h55
Rose_Eth
@Rose_Eth "Certains peuvent méconnaître leurs propres religion".
Ça a été répété plusieurs fois que la religion est sujette à interprétation, que chacun la pratique comme il ou elle veut.

Et c'est bien là le problème. Une personne mal intentionnée n'aura aucun mal à manipuler des textes sacrés pour légitimer une forme de despotisme.
0
Voir les 63 commentaires

Plus de contenus Actu mondiale

Société
Assemblée_Nationale_Paris

La loi séparatisme a été votée. Mais qu’est-ce qu’elle va changer, en réalité ?

Maëlle Le Corre

26 juil 2021

Actu mondiale
Passeport argentin

La non-binarité sur les papiers d’identité en Argentine, c’est officiel

Aïda Djoupa

26 juil 2021

7
Actu mondiale
equipe_norvege

« Je serai heureuse de payer vos amendes » : P!nk soutient les handballeuses norvégiennes

Aïda Djoupa

26 juil 2021

16
Féminisme
women who do stuff numero 3

Pour son troisième numéro, la revue Women Who Do Stuff se penche sur les corps

Maëlle Le Corre

24 juil 2021

Féminisme
Photo_libre_de_droit_Gérald_Darmanin_ministre_de_l’Intérieur_2021

La dernière trouvaille de Darmanin pour l’accueil des victimes de viols ? Des gommettes

Maëlle Le Corre

23 juil 2021

9
Société
tommy dorfman time

L’actrice Tommy Dorfman (13 Reasons Why) annonce son coming out trans

Maëlle Le Corre

23 juil 2021

Actu en France
PPDA

Une nouvelle femme accuse PPDA de viol : elle était mineure au moment des faits

Mymy Haegel

23 juil 2021

5
Féminisme
piscine jean bron action alliance citoyenne juillet 2021 photo en une

À Grenoble, des féministes militent pour le droit de se baigner en maillot couvrant comme en bikini

Maëlle Le Corre

22 juil 2021

7
Sciences
bezos dans l’espace

En 10 minutes de vol spatial, Jeff Bezos a réussi à me mettre en rogne

Maëlle Le Corre

21 juil 2021

9
Médias
La Rue Montorgueil, Monet

A-t-on vraiment besoin de prêter attention aux conseils antivax des influenceuses ?

Anthony Vincent

21 juil 2021

43

La société s'écrit au féminin