« Justice League » prétend se réinventer, mais les femmes y semblent toujours au second plan


Après plusieurs années d'attente, le trailer du fameux Snyder Cut de Justice League vient de tomber… Et le film s'annonce, comme prévu, riche en testostérone.

« Justice League » prétend se réinventer, mais les femmes y semblent toujours au second plan

On pourra dire que Justice League aura fait beaucoup de bruit, et pas que sur l’écran.

Après des années d’attente, ça y est, il est enfin là : voici, sous vos yeux ébahis, le nouveau trailer du Justice League remonté par Zack Snyder, qui sera diffusé sur la plateforme de streaming HBO Max aux États-Unis (et OCS en France).

Si vous avez l’impression que ce film est déjà sorti au cinéma, vous ne perdez pas la boule : à son arrivée en 2017, il était censé être le point d’orgue des superhéros brandés DC Comics. Mais aujourd’hui, Justice League re-revient pour une durée de… quatre heures. Avec ce trailer, vous avez devant les yeux les prémices du #SnyderCut, la vision pure de Zack Snyder.

La super-team de cette histoire, blindée de stars jusqu’au cou (Ben Affleck, Henry Cavill, Gal Gadot, Jason Momoa, Ezra Miller et Ray Fisher) monte une alliance pour sauver la Terre de l’ignoble Darkseid et du terrifiant Steppenwolf.

Jusqu’ici, rien d’anormal dans le monde merveilleux et violent des superhéros…

Les femmes dans Justice League, c’est un peu la dèche

Alors certes, côté femmes, on trouve Diana, l’impossiblement parfaite Wonder Woman, qui fait office de Schtroupmfette de ce groupe de superhéros musclés : s’il y a une femme à retenir dans le cast principal, c’est elle. Mais côté meufs de premier plan, on reste loin du compte. Et rendons à Snyder ce qui est à Snyder, il n’est pas le seul à proposer une représentation catastrophique des personnes minorisées (en vrai, Marvel ne fait pas vraiment mieux, si ce n’est pour des scènes de fan service qui embarrassent tout le monde).

Certes, il semblerait que le film réussissait in extremis le fameux test de Bechdel (deux femmes avec des noms se parlent d’autre chose que d’un homme), mais en l’année de grâce 2021, en est-on encore à traquer une ligne de dialogue telle une miette de brioche pour calmer notre faim de personnages féminins consistants ?

Mise à part Diana, on trouve donc deux personnages féminins, qui endossent le bon vieux rôle des petites amies désemparées et incapables de faire face au danger sans l’aide des gros bras musclés de leurs héros : respectivement Loïs Lane (Amy Adams, sous-exploitée), qui semble perpétuellement prise dans une tempête au Kansas, et Iris West (Kiersey Clemons) qui avait été sans états d’âme coupée au montage de la version ciné. Maigre bilan.

L’histoire complexe du Snyder Cut de Justice League

À sa sortie sur les écrans, Justice League s’était ramassé à l’atterrissage, avec des chiffres au box-office décevants (657,9 millions de dollars alors que la Warner attendait le milliard) et surtout une réception critique calamiteuse.

Il faut dire qu’en coulisses, la tragédie avait frappé. La fille du réalisateur Zack Snyder (300, Sucker Punch) s’est donné la mort en 2017 à l’âge de 20 ans, et le réalisateur avait immédiatement quitté son poste pour être auprès de sa famille dans cette épreuve douloureuse.

Joss Whedon (Avengers) avait repris le bâton, causant plusieurs polémiques dans son sillage. Non seulement le produit final portait les stigmates d’une réalisation hybride pas toujours heureuse (le ton sombre et sérieux de Zack Snyder mêlé aux répliques comiques, parfois bancales de Whedon s’avère parfois involontairement cocasse) mais en plus, l’acteur Ray Fisher, qui incarne Cyborg, avait fait remonter une plainte formelle auprès de la Warner, accusant Whedon de mauvais traitements et de racisme sur le plateau.

Des accusations qui seraient reprises et confirmées des mois plus tard par le cast de Buffy contre les vampires, le grand œuvre de Joss Whedon.

Les fans déçus réclament donc ce Snyder Cut depuis bien longtemps. Mais de notre côté, à l’aube de son arrivée sur les petits écrans, difficile de ne pas remarquer combien les femmes sont encore reléguées au second plan du trailer de cette œuvre. Allez, comme on est bon esprit, espérons une bonne surprise au final !

Bien sûr, les fans de DC Comics et de Wonder Woman se précipiteront sur cette nouvelle version du film, et on ne leur jette pas la pierre. En France, Justice League arrive sur OCS le 22 avril 2021.

À lire aussi : « Wonder Woman » pulvérise le box-office et ne compte pas s’arrêter là

Mélanie Wanga

Mélanie Wanga


Tous ses articles

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!