Live now
Live now
Masquer
Femmes-conversation-mémoire-covid
Psychologie

« Je l’ai sur le bout de la langue » : la pandémie nous fait perdre nos mots

Depuis qu’on a été relâchés en société après des confinements successifs, nos skills en communication en ont parfois pris un coup. Pire, quand on réussit à vaincre notre anxiété sociale, les mots nous échappent !


Rien de plus agaçant que d’être coupée dans son élan parce qu’on cherche ses mots et que, malgré tous nos efforts pour les déterrer de notre mémoire, ils semblent coincés. 

Récemment, ce bug frustrant de notre cerveau semble avoir connu un pic, favorisé par l’accumulation de stress et le manque d’interactions sociales. En d’autres termes, notre cerveau est engourdi et ne sait plus comment gérer de simples discussions

Ce phénomène s’appelle l’aphasie léthologique , un nom barbare que les internautes paniqués qui en sont atteints traduisent plus modestement par l’expression « pourquoi oubli de mots » sur Google. Et à en croire le pic de ces requêtes depuis le début de la pandémie, ce brouillard de vocabulaire n’est pas si rare !

Pour les personnes qui ont été touchées par le virus, le brouillard peut être encore plus épais !

À court de mots

Les restrictions sanitaires nous ont coupées des interactions classiques, et nous ont poussées à communiquer davantage via écrans interposés. Résultat, nous sommes nombreux et nombreuses à nous sentir rouillées quand il s’agit de discuter en face-à-face, et à avoir plus de mal à trouver le bon vocabulaire.

Ce bug linguistique, la neuropsychologue Sanam Hafeez l’explique par l’augmentation des niveaux de stress : « La pandémie a conduit de nombreuses personnes à devenir des stressés chroniques, ce qui signifie que les hormones de stress sont libérées dans le corps à des taux beaucoup plus élevés que d’habitude », expliquait-elle dans un article pour Bustle.

Selon elle, ces hormones auraient un impact négatif sur la capacité du cerveau à penser, à retrouver des souvenirs et à apprendre de nouvelles choses.

Depuis près d’un an et demi, nos habitudes ont été drastiquement chamboulées, ce qui, pour la psychologue clinicienne Mary Bethpeut, a pu conduire à un sentiment général de confusion et de fatigue mentale. D’après elle, cela rendrait la concentration et la résolution de problèmes beaucoup plus compliquée. Pas étonnant, donc, si trouver le bon mot lors de conversations est devenu un casse-tête :

« Lorsque le stress et l’inquiétude sont élevés, le centre émotionnel de notre cerveau s’active, ce qui interfère avec notre capacité à penser clairement et logiquement, et à fonctionner efficacement. »

Le contexte de la crise sanitaire nous a amenées à ressentir ces symptômes à grande échelle.

Pour les personnes qui ont été touchées par le virus, le brouillard peut être encore plus épais ! Outre les difficultés respiratoires, la perte de goût et d’odorat, la perte de mémoire et les difficultés cognitives s’ajoutent à la liste. Des symptômes inattendus du Covid ! Sanam Hafeez explique :

« Lorsque le cerveau est enflammé, certaines fonctions cérébrales sont affectées, ce qui contribue probablement au brouillard cérébral. »

Vous perdez vos mots ? Ne paniquez pas

Le fait d’avoir un mot sur le bout de la langue sans pouvoir mettre la main dessus n’est pas propre à la pandémie. Bien avant le Covid, le manque de sommeil, l’anxiété, la dépression ou d’autres maladies altéraient déjà momentanément nos capacités à mobiliser notre vocabulaire.

Mais, comme le note la sociolinguiste Kelly Elizabeth Wright pour le magazine Sharp, le contexte de la crise sanitaire nous a amené à ressentir ces symptômes à grande échelle.

« Avec l’augmentation des interactions sociales cet été, les projecteurs ont été braqués sur ce trouble qui était jusque-là invisible pendant la majeure partie de l’année et demie écoulée. »

Ajoutons qu’il est tout à fait normal de ne pas se souvenir des 60.000 mots de la langue française — sans parler des néologismes et autres anglicismes ! Chercher ses mots est très commun. Le professeur Demonet explique très bien la bataille qui se joue dans notre cerveau à ce moment-là :

« Une partie de notre cerveau (siège de la mémoire lexicale) va sortir un nom, mais qui ne convient pas à une autre (hôte de la mémoire sémantique), détentrice, elle, des indices. Il y a alors discordance et blocage, puisque le nom énoncé va momentanément faire écran à toute autre possibilité. »

Dans ce cas, pas d’autre solution que d’attendre et d’éviter de s’alarmer sur l’état de notre mémoire.

Pas de quoi s’inquiéter si vous êtes ponctuellement à court de lexique, c’est aussi une question d’âge  ! « À partir de la fin de la vingtaine, notre flexibilité mentale commence à devenir un peu moins efficace », rappelle Sanam Hafeez. En revanche, si vous repérez des oublis fréquents et des pertes de mémoire répétées, parlez-en à votre médecin. 

Et puis, la mémoire, ça se travaille ! L’exercice physique, les interactions sociales, une bonne qualité de sommeil et des exercices de relaxation comme la méditation peuvent aider à acquérir une mémoire d’éléphant. Les bons vieux mots croisés et le Sudoku sont également de bons moyens d’entraîner sa mémoire pour ne plus être à court de mots !

À lire aussi : « C’était mieux pendant le confinement » : avec les 18-25 ans qui passent un sale été 2021

Crédit photo : Tirachard / Pexels

Les Commentaires
3

Avatar de Ariel du Pays Imaginaire
16 septembre 2021 à 07h42
Ariel du Pays Imaginaire
C'est marrant car j'ai connu ça pendant quelques mois après la naissance de ma fille. Je perdais complètement mon vocabulaire même sur des mots simples alors que je suis plutôt très littéraire, ce qui m'exaspèrait. Puis petit à petit c'est revenu à la normale.
3
Voir les 3 commentaires

Plus de contenus Psychologie

Psychologie
Megan Thee Stallion a ouvert un site pour la prise en charge de la santé mentale

Megan Thee Stallion crée un site pour une meilleure prise en charge de la santé mentale

Anthony Vincent

27 sep 2022

Développement personnel
pexels-koolshooters-attente waiting mode – format vertical

Un rendez-vous à 14h, et bloquée dès le matin ? Pas de panique, c’est le waiting mode

Parentalité
trouble-bipolaire-maternite-verticale

« Ça m’inquiète de faire subir ça à mon enfant » : les mères bipolaires témoignent

Clémence Boyer

18 août 2022

23
Santé
On ne devient pas trans par pression sociale prouve une étude sur la dysphorie de genre

On ne devient pas trans par « pression sociale » prouve une étude sur la dysphorie de genre

Anthony Vincent

16 août 2022

10
Psychologie
Le podcast Les Maux bleus raconte la santé mentale avec expertise et sensibilité

Le podcast Les Maux Bleus déstigmatise la santé mentale, avec expertise et sensibilité

Anthony Vincent

10 juil 2022

2
Témoignages
deux personnes en train de boire un verre avec leurs masques

« C’est plus facile de me trouver jolie » : celles qui aiment sincèrement le masque témoignent

Aïda Djoupa

11 mai 2022

16
Féminisme
Violences_sexuelles_TCA_V

Quand les violences sexuelles causent des troubles du comportement alimentaire

Marie Chéreau

29 avr 2022

3
Amour
Les hommes hétéros disent « je t’aime » en premier, surtout avant le sexe

Qui l’eût cru ? Les hommes disent « je t’aime » avant les femmes

Anthony Vincent

14 avr 2022

Psychologie
pexels-andrea-piacquadio- generation Z solitude

La génération Z est plus solitaire que jamais, et on sait qui blâmer

Maëlle Le Corre

13 avr 2022

6
Société
steinar-engeland-écran-smartphone

La France passe son temps devant les écrans, toutes générations confondues

Marie Chéreau

11 avr 2022

La société s'écrit au féminin