Live now
Live now
Masquer
impact confinement SPF sharon-mccutcheon-unsplash
Actu en France

Sommeil, charge mentale, stress : les filles ont été durement touchées par le confinement

20 mai 2021
Selon une enquête de Santé Publique France menée auprès des 9-18 ans, l’impact moral et psychologique du confinement a été plus fort chez les filles.

« Évaluer l’état émotionnel et la détresse psychologique chez les enfants de 9 à 18 ans ». C’est l’objectif de l’étude de Santé Publique France, révélée aujourd’hui dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire.

3.898 enfants et adolescents ont été consultés entre juin et septembre 2020 grâce à des questionnaires adressés aux enfants et à leurs parents.

Premier constat : deux catégories ont été particulièrement atteintes négativement par le confinement, à savoir les ados et les filles. Ces deux groupes mentionnent davantage de problèmes liés au sommeil : difficultés à s’endormir, mais aussi des cauchemars et des réveils nocturnes.

Les filles témoignent aussi de « davantage de difficultés émotionnelles » : « elles se sentaient le matin beaucoup plus tristes, préoccupées, nerveuses et fatiguées, moins détendues et tranquilles, et elles s’ennuyaient beaucoup. »

La charge mentale dès le plus jeune âge

L’étude souligne un point important. Le mal-être plus important repéré chez les filles peut s’expliquer par le poids de la charge mentale qui pèse sur leurs épaules :

« La différence entre les filles et les garçons pourrait s’expliquer par un stress perçu plus important chez les filles que les garçons ou des différences de modalités de réponse entre sexes (les filles étant plus enclines à l’expression des émotions), mais aussi par la répartition genrée des tâches, notamment éducatives et domestiques, au sein de la famille, y compris en période de confinement.

Parmi les enfants et les adolescents ayant cité le fait de s’occuper de ses frères et sœurs comme un point négatif du confinement, les filles étaient significativement plus nombreuses que les garçons (5,2% vs 3,2%). »

Une surprise ? Malheureusement, pas vraiment. Une étude britannique montrait il y a quelques mois une tendance très similaire : 66% des filles et jeunes femmes entre 14 et 24 ans affirmaient avoir passé plus de temps à faire des tâches ménagères, les courses ou à s’occuper d’autres membres de la famille, en comparaison aux garçons du même âge, qui n’étaient que 31%. S’il nous fallait une preuve supplémentaire des conséquences de la crise sanitaire sur les atteintes aux droits des femmes…

 Ces résultats sont néanmoins à mettre en balance avec le fait que davantage de filles ont répondu au questionnaire.

De bonnes conditions de vie pour faire face au traumatisme du confinement

L’étude est très claire sur un point, qui avouons-le, ne nous surprendra pas : de bonnes conditions de vie favorisent la résilience après une période aussi bouleversante que celle vécue lors d’un confinement.

Qu’entend-on par « bonnes conditions » ? L’étude estime que le fait de vivre dans un logement avec un accès à l’extérieur (un balcon, une terrasse, voire un jardin pour les plus chanceux), de ne pas avoir de difficultés financières ni pour se nourrir, ou encore d’avoir des activités et la possibilité d’être en contact avec ses amis sont des facteurs décisifs.

« Le soutien financier aux familles monoparentales, le maintien des activités périscolaires, et les sorties régulières sont des éléments pouvant influer sur la santé mentale des enfants et des adolescents en période de confinement », préconise donc Santé Publique France, afin que les plus vulnérables puissent sortir la tête de l’eau en cette période.

Il est clair que mesurer dès aujourd’hui l’impact du confinement sur les plus jeunes constitue une première étape pour s’assurer de trouver des solutions à leur mal-être et leur permettre de grandir, de se construire de façon épanouie.

La question de la santé mentale, primordiale (et pas qu’en temps de confinement) et pourtant encore souvent négligée, devra être prise au sérieux si l’on veut faire face aux conséquences morales et psychologiques de la crise sanitaire chez les plus jeunes.

À lire aussi : On s’y attendait : avec la crise sanitaire, le moral des 15-20 ans est en chute libre

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Actu en France

Société
nadine-shaabana-DRzYMtae-vA-unsplash

Violences psychologiques : de quoi parle-t-on vraiment ?

Actu en France
Mat Napo / unsplash

Patriarcal, violent, clivé : l’enquête Fractures Françaises révèle comment les Français perçoivent leur pays

Aïda Djoupa

04 oct 2022

2
Actu en France
eddy de pretto

Eddy de Pretto victime de cyberharcèlement : son procès s’est ouvert à Paris

Maya Boukella

04 oct 2022

5
Santé
Une femme atteinte de cancer dans une chambre. © Thirdman de la part de Pexels via Canva

La pollution de l’air augmente les risques de cancer du sein, selon une nouvelle étude

Anthony Vincent

04 oct 2022

Arts & Expos
Parisiennes citoyennes, l’exposition sur les luttes féministes à Paris

Cette expo retrace les luttes féministes à Paris de 1789 à 2000, et ça redonne de l’espoir pour demain

Anthony Vincent

02 oct 2022

2
Actualité mode
Deux femmes en train de déplier des vêtements pexels-polina-tankilevitch-5585849

Le gouvernement français envisage 5 mesures pour des vêtements plus durables et contre le gaspillage

Anthony Vincent

30 sep 2022

1
Actu en France
Charles Deluvio / Unsplash

Le premier rapport parlementaire sur le porno en France s’appelle l’enfer du décor, et ses constats sont glaçants

Aïda Djoupa

30 sep 2022

14
Actu en France
[Site web] Visuel horizontal Édito (28)

Dominique Boutonnat, patron du cinéma français, sera jugé pour agression sexuelle sur son filleul

Maya Boukella

30 sep 2022

Pop culture
Interview d’Elsa Miské, co-créatrice du jeu Moi c’est Madame

Lutter contre le sexisme dès l’adolescence, c’est la promesse du jeu de cartes Moi c’est Madame

Anthony Vincent

25 sep 2022

Actu en France
livres unplash

Fin de la quasi-gratuité des frais de livraison de livres : mauvaise nouvelle pour le marché du livre ?

Maya Boukella

23 sep 2022

27

La société s'écrit au féminin