Live now
Live now
Masquer
jamie lee curtis

Jamie Lee Curtis en a marre de rentrer le ventre, et on parie qu’elle n’est pas la seule

L’actrice rendue culte pour son rôle dans la saga Halloween pousse un bon coup de gueule contre les injonctions à cacher nos défauts et nos bourrelets. Et ça fait sacrément du bien.

Que ce soit quand elle soutient les personnes trans, dont sa propre fille Ruby, face aux lois transphobes votées aux États-Unis, ou bien quand elle continue de botter le cul de Michael Myers dans l’increvable saga Halloween, on est fan de la toujours badass Jamie Lee Curtis.

Dans le très attendu Everything Everywhere All at Once, qui sort dans quelques jours aux États-Unis et dont on attend avec impatience une date de sortie française, l’actrice apparait en chair et en os comme la femme de 63 ans qu’elle est.

Elle y partage l’affiche avec l’actrice Michelle Yeoh, qui joue une femme sino-américaine qui doit vraisemblablement remplir sa déclaration fiscale, et se retrouve projeter dans une multitude d’univers parallèles…

jamie lee curtis everything everywhere at once
Jamie Lee Curtis dans Everything Everywhere All at Once – A24

« Je veux qu’on ne corrige rien »

Pas de gaine, pas de Botox pour Jamie Lee Curtis, qui a tenu à incarner sans artifice ce rôle.

« Je voulais être digne de confiance envers cette femme » a-t-elle expliqué à Entretainment Weekly à propos de son personnage.

« Dans le monde, il y a une industrie – une industrie qui charrie des millions, des milliards de dollars – pour dissimuler les choses. Des correcteurs. Des remodelants. Des remplisseurs. Des opérations. Des vêtements. Des accessoires pour cheveux. Des produits pour cheveux. Tout pour corriger la réalité de ce que vous êtes.

Et ma demande à tout le monde était : je veux qu’on ne corrige rien. Je rentre mon ventre depuis que j’ai 11 ans, à l’âge où l’on prend conscience des garçons et des corps, et où les jeans sont super serrés. J’ai décidé très spécifiquement de renoncer et de relâcher chaque muscle que j’avais l’habitude de contracter pour cacher la réalité. C’était mon but. »

Ce que confirme d’ailleurs le réalisateur de Everything Everywhere All at Once Dan Kwan : « Tout le monde croit que son ventre dans le film est une prothèse, mais c’est son vrai ventre. Elle a été reconnaissante de pouvoir le faire. »

De quoi nous donner encore plus envie de voir cet étrange film dont les quelques minutes de trailer donne déjà l’eau à la bouche :

Comme Kate Winslet, qui confiait avoir du batailler pour que son ventre ne soit pas coupé au montage ou gommé en post-prod dans l’excellente série HBO Mare of Easttown, Jamie Lee Curtis fait partie de ces quelques actrices hollywoodiennes qui n’hésitent pas à apparaitre telles qu’elles sont, sans avoir peur de casser l’image glamour que leur confère leur statut de star.

À lire aussi : Peut-on pardonner le fat suit de Sarah Paulson ? Non, ni aucun fat suit d’ailleurs

Crédit photo : Gage Skidmore from Peoria, AZ, United States of America, CC BY-SA 2.0, via Wikimedia Commons


Écoutez l’Apéro des Daronnes, l’émission de Madmoizelle qui veut faire tomber les tabous autour de la parentalité.

Les Commentaires

1
Avatar de KtyKoneko
15 mars 2022 à 15h03
KtyKoneko
j'avoue que je ne l'aurai pas reconnue, sur la photo de ce film
elle a l'air... bin, d'une femme normale (attention, mettre d'énormes guillemets à normale)
Nous somme tellement à lui ressembler
je veux dire, elle pourrait être une collègue, avec laquelle je papote à la pause café
en plus, elle a beaucoup d'humour et de malice dans le regard, moi ça me donne envie d'échanger des plaisanteries
5
Réagir sur le forum

La société s'écrit au féminin