Le jour qui m’a fait croire aux fantômes


« Je ne croyais pas aux fantômes, jusqu'à ce que... » : voici plusieurs témoignages sur ce thème, du très flippant au profondément touchant.

Le jour qui m’a fait croire aux fantômes

Le 1er août 2019

Vous le savez si vous êtes assidue sur madmoiZelle, chère lectrice : je ne crois absolument pas aux fantômes. J’en parlais avec Dorothée dans un Sister Sister dédié.

En plus de ça, je n’ai pas ENVIE de croire aux fantômes. Car j’ai très peur du paranormal, et ouvrir la porte des âmes qui squattent revient pour moi à laisser entrer tout un tas de créatures bien moins sympa dans ma réalité.

Des histoires de fantômes compilées

J’espère, logiquement, ne jamais commencer une phrase par « Je ne croyais pas aux fantômes, jusqu’à ce que… ». Mais ça ne m’empêche pas d’être passionnée par la question !

J’ai donc sauté sur ce fil de discussion Reddit demandant aux internautes quel événement les a menés et menées à croire aux fantômes.

Vous pouvez bien sûr aller lire toutes les réponses (en anglais), mais je vous ai choisi mes préférées… car je sais que le sujet vous intéresse au moins autant que moi !

Une histoire de fantôme courte mais intense

Simple. Efficace.

« J’ai vu mon reflet au fond d’un couloir dans l’immeuble d’un ami, sauf qu’il m’a dit le lendemain qu’il n’y a aucun miroir dans les couloirs. »

Ma réaction :

Eh oui car je vous rappelle que j’ai aussi TRÈS peur des dopplegänger. Ma vie est une fête.

Une histoire d’enfant fantôme

L’histoire suivante est un peu longue mais elle vaut le coup !

« Quand j’étais au lycée, j’organisais des anniversaires pour les enfants. Ça se passait dans un genre d’immense gymnase, où avaient aussi lieu des cours de danse et de sport.

Un jour, une de mes collègues (très religieuse, très croyante) était dans tous ses états. Ce matin-là, pendant le cours de gym, l’un des élèves fixait le plafond. Elle lui a demandé ce qu’il faisait, et il a répondu :

— Il y a un petit garçon là-haut.

Ok, chelou, mais bon les gosses sont bizarres.

Plus tard, deux collègues sont sorties du gymnase, visiblement secouées. Deux jumeaux de 5 ans avaient glissé sur le toboggan puis fixé le plafond.

Ils disaient tous les deux qu’il y avait un petit garçon « là-haut », pile au même endroit que l’élève du cours de gym du matin.

On a inspecté le plafond. Bien sûr ce n’était qu’un banal plafond gris. Mais on flippait déjà beaucoup à ce moment-là.

Pendant la fête que je gérais, je poussais un petit garçon sur la balançoire géante installée dans le gymnase. Lui aussi a commencé à fixer le plafond.

Il m’a dit DROIT DANS LES YEUX « Hé, y a un petit garçon là-haut ! ».

On a raconté à nos collègues et managers ces 3 incidents séparés pendant lesquels des enfants avaient dit voir un petit garçon au plafond.

Le lendemain, c’était repos entre deux fêtes, personne n’était au gymnase. Il y a des caméras à l’intérieur qui permettent aux parents de regarder leurs enfants jouer depuis l’accueil.

Mon manager nous a appelés pendant notre pause : « Venez voir ça ».

On vient, et sur l’écran (qui diffuse depuis le gymnase), la balançoire géante va d’avant en arrière. Il n’y a personne. Juste une balançoire qui se déplace.

J’aime à penser que le fantôme était vraiment un petit garçon ayant envie de jouer, et il a finalement réussi à monter sur la balançoire.

Ça pourrait être pire. »

Je trouve cette histoire plus triste et touchante qu’effrayante, même si le motif de la balançoire me rappelle un peu trop le terrifiant générique de Fais-moi peur

Souvent, dans les histoires paranormales, les enfants semblent voir des choses invisibles pour les adultes. C’était déjà le cas dans ces récits de maisons hantées qui m’avaient terrorisée !

Une histoire de fantôme protecteur

L’histoire ci-dessous ne fait pas vraiment peur. Elle m’a plutôt émue, à vrai dire.

« J’étais chez mon psy, que j’ai consulté 2 fois par semaine pendant 5 mois durant mes études. Ce jour-là, il était bizarrement silencieux donc je lui ai demandé si tout allait bien.

Il m’a dit que oui, et a continué dans ce qui est devenu une de nos sessions les plus productives. Beaucoup de mes souvenirs enfouis sont remontés, et ça m’a aidée à guérir.

À la fin de la session, je lui ai demandé pourquoi il avait une attitude différente des autres jours. Il m’a dit que quand je suis entrée, j’étais accompagnée par une sorte de… guerrier.

Il a eu le sentiment très puissant de devoir travailler de son mieux ce jour-là, et aussi l’impression que ce « guerrier » avait combattu à de nombreuses reprises pour me protéger.

10 ans plus tard, je vis à l’autre bout du monde. J’ai un voisin portoricain et je finis par être assez proche de lui et de sa famille.

Un jour, alors que je passe devant lui, il devient bizarrement silencieux et me demande, dans un anglais approximatif :

— Tu sais qu’il y a un soldat qui te suit ?

J’ai su immédiatement à qui il faisait référence.

Dans les deux cas, le guerrier/soldat a été décrit de la même façon : environ 1m80, des cheveux blonds bouclés, une armure primitive, et il est blanc.

Aucune de ces deux personnes n’aurait pu savoir que le frère dont j’étais la plus proche, qui est mort quand il avait 14 ans, faisait 1m80, avait des cheveux blonds bouclés, et m’a toujours protégée. »

Ok bye allez j’avais pas besoin d’être émotionnellement stable aujourd’hui de toute façon.

Une histoire de chat fantôme

Un internaute explique avoir recueilli une chatte qui errait dans un fossé et a fini par s’installer chez lui. Il en était très proche, mais elle était malheureusement malade.

Le cœur brisé, son maître s’est décidé à la faire piquer chez le vétérinaire.

« Je l’ai enterrée dans le jardin, pour qu’elle ne soit pas loin, et j’ai essayé de m’endormir, assommé par le deuil.

En m’allongeant, j’entends quelque chose… un bruit familier.

Je vis dans une vieille maison et ma chambre n’a pas de porte donc j’ai installé une porte coulissante en plastique. Elle fait du bruit quand elle bouge, par exemple quand un chat l’éloigne du chambranle.

J’entends ça, et un instant plus tard, je sens le bout du lit s’affaisser, je sens le matelas se déformer autour de mes pieds, le long de ma jambe, jusqu’à ma hanche… je regarde…

Pas de chat.

Je ne sais pas comment expliquer ça. Je ne crois pas aux fantômes et je sais que le deuil peut causer de sérieuses perturbations psychologiques. […] J’aimais cette chatte plus que tout au monde.

[…] Je sais que les hallucinations liées au deuil existent. Mais sentir mon matelas s’affaisser ainsi… pile de la même façon dont elle s’enroulait autour de mes pieds avant de s’allonger contre moi…

Je ne sais pas quoi penser. »

Bon, ok, je suis prête à faire une dérogation pour valider l’existence des animaux de compagnie fantômes qui continuent à veiller sur nous après leur décès.

Parce que la mort de mon chat… je te le dis tout net, je suis pas prête.

Voici pour cet échantillon d’histoires de fantômes effrayantes ou touchantes. Si vous en avez une à raconter, n’hésitez pas à foncer dans les commentaires !

À lire aussi : 4 histoires vraies de phénomènes « paranormaux » qui nous sont arrivés

Mymy Haegel

Mymy Haegel

Mymy est la rédactrice en chef de madmoiZelle. Elle est aussi dans la Brigade du Kif du super podcast Laisse-Moi Kiffer. Elle aime : avoir des opinions, les gens respectueux, et les spätzle.

Tous ses articles

Commentaires

PetitOiseau

Pendant un été chez ma tante, j'ai vu qqch dans la chambre que je partageais avec ma sœur. J'étais presque en train de m'endormir qd je me suis détournée du mur vers la chambre. J'ai entrouvert les yeux et j'ai vu ma sœur accroupi par terre, devant mon lit et qui me regardait. J'ai eu la peur de ma vie, je l'ai engueulé pourquoi elle me fait une peur pareille, j'ai allumé la lumière et ma sœur était pépère dans son lit.
Aucune idée de ce que c'était. Explication rationnelle: peut-être une hallu pré-rêve puisque je somnolais déjà?
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!