Giflée pour avoir allaité dans un lieu public : non mais ça va pas bien ?


Il y a quelques jours, une jeune mère a raconté dans une vidéo l'agression dont elle a été victime, pour avoir osé allaiter son bébé dans l'espace public. Décidément on est en 2021, et la société a toujours un gros problème avec nos seins.

Giflée pour avoir allaité dans un lieu public : non mais ça va pas bien ?Wendy Wei / Pexels

Décidément, la connerie et l’hypocrisie des gens n’ont pas fini de me surprendre. Si vous vous demandez d’où vient ma colère en ce lundi matin, laissez-moi vous recontextualiser l’affaire qui me met hors de moi :

La semaine dernière, Maÿlis, jeune mère du petit Nino âgé de six mois, a raconté dans une vidéo postée chez Doctissimo l’agression qu’elle a subie de la part d’une autre femme, dans un espace public, pour avoir allaité son enfant.

Allaiter dans l’espace public, ce scandale pour certains

Maÿlis raconte s’être rendue dans un point relais pour récupérer un colis avec son fils, et que ce dernier s’est réveillé avec une grosse dalle de bébé. Qu’est-ce qu’une grosse dalle de bébé ? Les parents ici savent de quoi l’on parle : si vous ne nourrissez pas l’enfant là-maintenant-tout-de-suite, vous êtes foutue. Les vitres des fenêtres risquent d’éclater, les oreilles vont saigner, le bébé va se transformer en Gremlin, et personne n’a envie de voir ça.

Alors que fait cette jeune femme ? Elle allaite son enfant. Point. Il a faim, il mange, c’est aussi simple que ça. Sauf que cet acte, ô combien naturel, a fait péter un plomb à une autre femme qui se trouvait là, et qui a décidé, après moult insultes, de tout simplement gifler Maÿlis, qui, je le rappelle, était en train d’allaiter son fils et le tenait donc dans ses bras.

Toute cette scène est racontée dans la vidéo ci-dessous, mais je vous préviens, elle vous donnera peut-être envie de péter des chaises face à tant d’injustice et d’hypocrisie.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Doctissimo (@doctissimo)

L’histoire de Maÿlis ne s’arrête pas là, malheureusement

On pourrait penser que le fait d’être giflée par une inconnue pour avoir allaité son enfant est déjà suffisamment scandaleux, mais l’histoire ne s’arrête pas là : après avoir pris son courage à deux mains et décidé de porter plainte auprès de la police pour son agression, Maÿlis s’en reprend plein la tronche. La personne en charge de son dépôt de plainte lui demande, en toute décontraction « quel pourcentage de sa poitrine était visible au moment des faits ». Oui, vous avez bien lu.

L’horreur ne s’arrête toujours pas, puisque le policier insiste, comme le raconte Maÿlis :

« Il m’a gentiment dit que c’était un peu de ma faute et que je l’avais cherché ».

Ce genre de propos ne vous rappellent rien ? Oui, c’est exactement le même genre de phrase que les forces de l’ordre peuvent sortir aux femmes victimes d’agressions sexuelles ou de viols, en demandant comment la victime était habillée au moment des faits.

Est-ce que l’attitude de la personne qui a agressé la jeune mère aurait été la même si cette dernière avait donné un biberon à son bébé ? Bien sûr que non. Le problème, pour cette personne, c’est que Maÿlis a donné son sein à son bébé, et sans se cacher dans une ruelle.

Les seins des femmes dans la société

Le problème pour cette dame, et pour malheureusement beaucoup d’autres personnes qui peuvent partager ses idées, c’est que cet acte naturel a été considéré comme une exhibition sexuelle. Pourtant, la fonction primaire du sein d’une mère est d’allaiter, pas d’exciter qui que ce soit. Il n’y a rien de sexuel dans un allaitement bordel, on parle de nourrir un bébé, pas de vouloir aguicher qui que ce soit.

Encore une fois, cette agression est une énorme hypocrisie, en plus d’être d’une violence inouïe. Dans nos sociétés occidentales, on passe notre temps à voir des seins dans les pubs, les films, les séries, sans sourciller. Mais quand c’est pour nourrir un enfant, là, ça joue les choqués.

Il est temps de désexualiser le corps de la femme, et de banaliser l’allaitement dans l’espace public. Déjà, il serait judicieux qu’on arrête de dire que les femmes « allaitent en public » comme s’il s’agissait d’une sorte de spectacle, de mise en scène. Toutes les personnes qui le souhaitent devraient pouvoir allaiter dans l’espace public comme elles le veulent, sans avoir à se planquer, ou à couvrir ce sein, que nous ne saurions voir.

On est en 2021 bon sang, on devrait pouvoir allaiter partout et tout le temps sans avoir peur du jugement ou des gifles des autres.

Merci de lâcher la grappe à celles qui doivent sortir un bout de téton pour nourrir leur enfant, où qu’elles soient. Promis, vos yeux ne se mettront pas à fondre parce que vous aurez vu la bouche d’un bébé autour d’un mamelon.

En fait, merci de lâcher la grappe à tout le monde : aux mères qui allaitent, à celles qui n’allaitent pas, à celles qui préfèrent se planquer, à celles qui le font sur un banc public : lâchez -nous les seins ! C’est vous, le problème.

À lire aussi : Instants libres, le compte Instagram qui célèbre l’allaitement

Manon Portanier

Manon Portanier


Tous ses articles

Commentaires

Mymy Haegel

Je vous propose qu'on en reste là sur le débat ayant suivi les posts de @Mijou (je te mentionne juste pour clore la discussion). Pas de souci pour parler d'allaitement dans les lieux publics mais au niveau des réponses à ce message-ci, je pense que tout a été dit, et Mijou préfère qu'on stoppe là, donc arrêtons avant que ça ne s'envenime ! Chacune a expliqué son point de vue, ça enrichit la discussion, et ça nourrira des réflexions :fleur:
 

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!