Live now
Live now
Masquer
Instagram // Source : Solen Feyissa
Féminisme

Féminismes et réseaux sociaux : une histoire d’amour-haine ?

La vague #MeToo, qui a principalement déferlé sur le terrain des réseaux sociaux, n’a pas eu pour seul bienfait de faire enfin reconnaître la présence de harcèlement et d’agressions sexuelles dans tous les milieux professionnels. Elle a aussi considérablement augmenté la présence féministe sur Internet. Mais de quoi cette présence est-elle réellement le nom ?

Entre les féminismes et les réseaux sociaux, c’est « une histoire d’amour ouvrant tous les possibles, une histoire de vies sauvées, mais aussi une histoire de haine » qui s’écrit. C’est en tout cas ce que pense Elvire Duvelle-Charles, la créatrice du compte Instagram @clitrevolution, dans son livre Féminisme et réseaux sociaux paru cette année (Hors d’atteinte).

On se souvient des balbutiements du féminisme version réseaux sociaux, du compte Tumblr « Paye ta shneck » par exemple, qui rassemblait les témoignages de harcèlement de rue. Sur Instagram, où se sont depuis déplacées les cyber-féministes, de nombreux comptes liés à la sexualité et/ou à l’éducation sexuelle ont vu le jour : @jouissanceclub, @mercibeaucul_ ou encore @jemenbatsleclito. 

Toutes ces cyber-activistes ont participé à la visibilisation des idées féministes, permettant à de nombreuses personnes de se reconnaître dans les témoignages d’autres femmes et rendant ainsi accessibles et ludiques des concepts parfois complexes.

Elvire Duvelle-Charles a été l’une des premières françaises à intégrer le mouvement Femen, au sein duquel elle a milité plusieurs années. À la fin de l’année 2017, elle a créé le compte Instagram @clitrevolution, suivi aujourd’hui par plus de 124 000 abonnés.

Niche féministe

Lors de l’entretien qu’elle nous a accordé, Elvire Duvelle-Charles nuance l’importance du féminisme sur les réseaux et son influence sur la société : « Ce sont des bulles algorithmiques, en tant que féministes, on est poussées vers des contenus similaires à ceux qu’on consomme déjà, ce qui donne l’impression que ces contenus sont partout, mais cela reste une niche ». Surtout, elle insiste sur les violences auxquelles sont souvent confrontées les créatrices.

Le constat est partagé par Josiane Jouët, chercheuse et professeure à Paris II, dans son livre Numérique, féminisme et société (Presses des Mines, 2022) :

« La visibilité des féministes sur la toile se heurte à la montée de la haine en ligne ; luttant contre toutes les dominations patriarcales, les féministes sont la cible des misogynes et des courants conservateurs. »

Josiane Jouët.

Et l’ensemble des créatrices de contenu se plaignent en effet du cyberharcèlement qu’elles subissent, des injures sexistes, menaces de viols et autres dickpics qu’elles reçoivent. 

Mais la violence misogyne que sont susceptibles de subir les cyber-féministes n’émane pas seulement de quelques individus isolés. Elle peut aussi prendre la forme de censure – directement mise en place par les plateformes elles-mêmes. En 2019, une trentaine de comptes liés à l’éducation sexuelle ou au féminisme ont ainsi été censurés par Instagram. Elvire Duvelle-Charles prend alors conscience que « [son] travail et [ses] espaces de discussions ne tiennent qu’à un fil »

Sur Internet, les conflits d’idées deviennent de véritables campagnes de harcèlement ciblé

Le féminisme 2.0 a aussi malheureusement donné naissance à un autre type de violence. Ce que constatent Josiane Jouët et Elvire Duvelle-Charles, c’est que les réseaux ont amplifié les conflits entre militantes, les ont rendus plus violents. 

elvire-duvelle-charles-1024×576
Crédit : Clit Révolution/Francetv Slash

Pour comprendre ce phénomène, Elvire Duvelle-Charles explique :

« Il y a deux types de trajectoires possibles, sur les réseaux sociaux. Il y a des personnes comme moi, qui ont commencé par être activistes de rue et qui se sont emparées des réseaux comme un outil pour donner de la visibilité à leurs actions. Et il y a des personnes chez qui #MeToo et la vague d’investissement des réseaux par les féministes a fait naître une vocation, et qui ont commencé en ligne, sans passer par le terrain. C’est une différence notable, parce que les plus véhémentes sont souvent celles qui n’ont en fait pas l’expérience des collectifs hors ligne. »

Elvire Duvelle-Charles.

Car les conflits ont, bien sûr, toujours existé dans les milieux militants, mais ils étaient gérés et modérés par les collectifs. Sur Internet, les échanges sont plus facilement déshumanisés, et les conflits d’idées se changent alors parfois en véritables campagnes de harcèlement ciblé.

Malgré ces constats mitigés, Elvire Duvelle-Charles insiste : « mon propos n’est pas de dire qu’il faut arrêter de militer sur les réseaux, mais qu’il ne faut pas investir seulement ce terrain-là ; il faut investir aussi la culture, l’éducation, la recherche ».

Un peu de féminisme sur les réseaux, donc, pour la visibilité et la démocratisation qu’ils permettent, et beaucoup sur le terrain, dans les associations et dans les collectifs. Car dans ce domaine, comme dans d’autres, les réseaux sont certes utiles, mais la vie est ailleurs…

Photo de Une : Unsplash / Solen Feyissa

À lire aussi : 5 livres pour (re)découvrir le féminisme cet été


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

Les Commentaires

2
Avatar de Mentalofresh
28 août 2022 à 15h08
Mentalofresh
Je trouve très intéressant la différence notable entre les féministes qui sont passés par le terrain et celles qui sont seulement sur les rs. Je pense qu'être derrière un écran permet à beaucoup de gens de se lâcher beaucoup plus, que ce soit pour du féminisme ou du sexisme, ou un autre sujet. C'est bien aussi de se confronter à la réalité et à des gens en face de nous.
5
Voir les 2 commentaires

Plus de contenus Féminisme

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Humanoid Native
Source : Canva
Déclic

Sandrine, 48 ans : « J’en demandais plus à mes filles qu’à mon fils pour les tâches ménagères »

gloria-steinem-feminist-litterature-
Livres

Gloria Steinem, féministe incontournable, fête ses 90 ans

1
Source : Midjourney
Déclic

Suzy, 27 ans : « Aujourd’hui, j’ai peur d’avoir des relations sexuelles avec les hommes »

1
Source : Cerise Sudry-Le Dû / Damien Platt de Getty Images
Féminisme

« Le viol est une bombe à fragmentation particulièrement cruelle » : Laurène Daycard, lettre d’Ukraine

tribune_une_v
Tribune

Aujourd’hui, je suis au tribunal parce que je suis féministe, on ne me réduira jamais au silence

2
Source : Canva
Déclic

Joséphine, 22 ans : « Concernant mon féminisme, je me demande souvent si je suis dans l’excès »

1
Source : Madmoizelle
Féminisme

Annie Chemla : « Avorter des femmes clandestinement m’a apporté un sentiment intense de puissance »

1
Source : adrianvidal / Canva
Société

Ces associations se battent pour nos droits toute l’année et elles ont besoin de nous

3
Source : Gustave Deghilage / Flickr
Féminisme

« C’est une nécessité vitale » : elles font la grève féministe et nous expliquent pourquoi

La société s'écrit au féminin