Live now
Live now
Masquer
club q colorado springs
Actu mondiale

États-Unis : la tuerie du Club Q, conséquence des discours de haine anti-LGBTQI+

21 nov 2022
Un homme a fait irruption dans un club LGBTQI+ de Colorado Springs avec des armes à feu et fait cinq morts ce samedi 19 novembre. Une tuerie de masse qui, pour plusieurs activistes, est le symbole d’une parole homophobe et transphobe décomplexée.

Cinq morts et 25 personnes blessées. C’est le bilan de la tuerie qui s’est déroulée samedi 19 novembre, peu avant minuit dans un club LGBTQI+ de Colorado Springs, dans le Colorado, le club Q.

Avant l’intervention de la police, plusieurs témoins affirment que ce sont des personnes présentes dans le club qui sont intervenues pour tenter de maîtriser l’assaillant.

Club Q: Witness Describes Mass Shooting Inside The Colorado Springs LGBTQ+ Club

« Nous ne sommes plus en sécurité et notre communauté est brisée », résume Joshua Thurman, témoin de l’attaque encore sous le choc, qui a répondu à de nombreux médias au petit matin. Lui était venu fêter son anniversaire dans ce lieu unique de Colorado Springs.

La date de cet attentat n’a rien d’anodin : l’attaque de ce lieu LGBTQI+ a eu lieu à la veille du TDoR, journée du souvenir trans, alors même que le Club Q allait accueillir plusieurs événements à cette occasion, un brunch et un spectacle de drag queens.

Le tueur présumé, Anderson Lee Aldrich, 22 ans, a été arrêté. Le gouverneur du Colorado a annoncé que les drapeaux seraient en berne jusqu’au 26 novembre, en hommage aux cinq personnes tuées. Parmi elles, deux barmans du Club Q, Daniel Aston et Derrick Rump :

daniel aston derrick rump

Des réactions politiques n’ont pas tardé à apparaître, dans ce pays tristement habitué des tueries de masse, y compris venant de personnalités homophobes. C’est notamment la représentante Alexandria Ocasio-Cortez qui a répondu à l’une d’elles :

aoc tweet tuerie de colorado springs

« Vous avez joué un rôle majeur dans la montée de la rhétorique anti-LGBT+ et des mensonges anti-trans alors que vous passiez votre temps au Congrès à bloquer les lois les plus sensées sur le contrôle des armes à feu. Vous ne vous en tirerez pas avec des “pensées et prières”. Faites votre examen de conscience et évoluez. »

Les conséquences d’une parole homophobe et transphobe décomplexée ?

Le signe alarmant d’un climat délétère, mais surtout d’un retour en arrière ? Viser des lieux de fête LGBTQI+ n’a rien d’insignifiant : ces attaques sèment la violence et la mort dans des endroits bâtis pour être des endroits où toute personne LGBTQI+ peut trouver un refuge et être elle-même, être protégée et faire communauté avec les siens. Ces endroits d’où sont justement partis des élans de résistance dans les années 60 contre la répression policière, à San Francisco à la Compton’s Cafeteria en 1966, puis à New York avec les émeutes de Stonewall en 1969.

La tuerie fait évidemment écho à celle du Pulp à Orlando le 12 juin 2016, l’une des attaques les plus meurtrières depuis le 11 septembre 2001 aux États-Unis, qui avait fait près d’une cinquantaine de morts et ébranlé le monde entier, mais aussi celle d’Oslo le 25 juin dernier ou de Bratislava le 13 octobre dernier.

Si les motivations du tueur présumé ne sont pas encore connues, de nombreux activistes états-uniens pointent la responsabilité de celles et ceux qui attisent et entretiennent la haine à l’égard des personnes LGBTQI+, qu’ils soient éditorialistes ou élus. Sans oublier que ces discours de haine interviennent dans un contexte de recul législatif : plusieurs États des États-Unis ont effectué des retours en arrière particulièrement inquiétants, notamment avec la loi Don’t Say Gay en Floride, mais aussi de nombreuses lois empêchant l’accès aux soins pour les personnes trans ou les restreignent dans leur pratique sportive.

À lire aussi : Alex Mahoudeau : « La majorité de la population française n’a pas grand chose à faire du wokisme »

Crédit photo : 9NEWS (capture)

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Actu mondiale

musée londres
Actu mondiale

À Londres, une expo coloniale, raciste et sexiste ferme (enfin) ses portes

Maya Boukella

28 nov 2022

Sexo
Sponsorisé

Quatre choses à savoir sur les orgasmes multiples

Humanoid Native
jon-tyson-WeK_Wc2b0Aw-unsplash
Actu mondiale

Grâce à une nouvelle loi, E. Jean Carroll relance sa plainte pour viol contre Donald Trump

Camille Lamblaut

25 nov 2022

luis-melendez-Pd4lRfKo16U-unsplash
Santé

Au Royaume-Uni, les infirmières annoncent une grève historique

Camille Lamblaut

25 nov 2022

Capture d’écran 2022-11-24 à 12.15.46
Sport

Qatar 2022 : la ministre des Sports encourage les Bleus à « exprimer leur engagement en faveur des droits humains » 

Camille Lamblaut

24 nov 2022

Capture d’écran 2022-11-23 à 18.12.16
Pop culture

Comment un concert de Taylor Swift a remis en question l’hégémonie de Ticketmaster aux États-Unis

Camille Lamblaut

24 nov 2022

Capture d’écran 2022-11-23 à 15.10.28
Actu mondiale

Qui est Nasrin Sotoudeh, l’avocate iranienne lauréate du prix Robert-Badinter ?

Camille Lamblaut

23 nov 2022

mario-gogh-VBLHICVh-lI-unsplash
Travail

Égalité pro : l’UE impose un quota de femmes dans les conseils d’administration des entreprises cotées

Camille Lamblaut

23 nov 2022

hana iran enquete cnn
Actu mondiale

En Iran, le viol est devenu une arme pour étouffer la mobilisation contre le régime

Maëlle Le Corre

23 nov 2022

1
raphael-renter-wuxdtGMNYaU-unsplash
Actu mondiale

Droits LGBTQI+ : des avancées significatives en passe d’être votées en Allemagne et en Belgique

Camille Lamblaut

22 nov 2022

markus-spiske-r1BS0pzlr1M-unsplash
Ecologie

Fin de la COP27 : pourquoi celles et ceux qui n’attendaient rien ont eu raison

Camille Lamblaut

21 nov 2022

La société s'écrit au féminin