Live now
Live now
Masquer
DoNotTouchMyClothes proclament des Afghanes sur Twitter contre les talibans
Actu mondiale

#DoNotTouchMyClothes : les Afghanes résistent au niqab imposé par les talibans

Alors que le gouvernement afghan a perdu le contrôle du pouvoir, laissant le pays aux mains des talibans, des femmes font de la résistance — notamment pour continuer à pouvoir s’habiller librement.

Depuis que Kaboul, la capitale de l’Afghanistan, est tombée aux mains des talibans (une formation politique armée, nationaliste et islamiste qui se fait également appeler Émirat islamique d’Afghanistan) autour du 15 août 2021, beaucoup de droits sont menacés, dont ceux des femmes, notamment les droits à disposer de leur corps et de le vêtir comme elles l’entendent.

Tenue « correcte » exigée pour les femmes selon les critères des talibans

Depuis cette prise de pouvoir, les femmes semblent contraintes à porter la chadari (vêtement semblable à la burqa), ont interdiction de sortir dans l’espace public à moins d’être accompagnées par un marham (un homme de la famille servant de chaperon), et leur possibilité de poursuivre leurs études se trouve fortement menacée (si une université n’a pas les moyens de pouvoir créer des classes non-mixtes, alors les femmes n’ont pas le droit d’y étudier, par exemple). 

D’après les rares photos prises récemment en provenance de Kaboul, dans les espaces mixtes, les femmes sont désormais enjointes de porter de longues abayas noires qui recouvrent presque intégralement leur corps, ainsi qu’un niqab doté d’un sitar (un voile qui recouvre les yeux, mais juste assez fin pour qu’on puisse entrevoir l’extérieur à travers), selon l’interprétation de la charia faite par les talibans. 

#DoNotTouchMyClothes, la campagne de femmes afghanes pour s’habiller librement

Dans ces conditions, ce qui peut sembler trivial — tel que pouvoir s’habiller comme on l’entend — devient un acte de résistance périlleux que certaines femmes revendiquent.

Sur le réseau social Twitter, des Afghanes emploient les mots clés #AfghanistanCulture et #DoNotTouchMyClothes pour partager des photos de robes traditionnelles colorées qu’elles ne peuvent plus porter.

Comme le rapporte la BBC, ce mouvement a été lancé par la docteure Bahar Jalali, ancienne professeure d’histoire à l’Université américaine d’Afghanistan qui a initié le mouvement en postant un cliché d’elle en robe traditionnelle afghane le 12 septembre 2021, ci-dessus. 

« L’une de mes plus grandes préoccupations, c’est que l’identité et la souveraineté de l’Afghanistan sont attaquées. Je voulais informer le monde que les tenues que vous avez vues dans les médias [en référence à celles portées par les femmes lors de rassemblements pro-talibans] ce n’est pas notre culture, ce n’est pas notre identité. »

— Dr Bahar Jalali à la BBC
« Merci au Dr @RoxanaBahar1 (Dr Bahar Jalali) pour l’inspiration.
Notre tenue culturelle n’est pas ce costume de Détraqueur que les talibans font porter aux femmes. »
« #DoNotTouchMyClothes Quelle campagne forte pour montrer à quel point les femmes afghanes sont colorées. Nous sommes toutes fortes, belles et AUDACIEUSES !! »
« Voici ma robe culturelle afghane depuis des milliers d’années. Qui diable sont les talibans pour changer notre robe traditionnelle. Nous ne voulons pas non plus nous cacher dans une burqa noire draconienne. Il n’existe qu’un chadari simple dans la culture afghane pour les femmes afghanes. »
« Nous nous habillons ainsi, nous les femmes afghanes. Certaines d’entre nous portent des vêtements traditionnels, d’autres occidentalisés, certaines portent le hijab et certaines s’habillent modestement, mais le niqab est imposé par les talibans, le niqab n’est pas notre code vestimentaire. »
« Ma mère, mes soeurs, dans des robes afghanes. »

En effet, les tenues traditionnelles afghanes ressemblent plutôt à des vêtements certes couvrants, mais colorés, richement brodés, ornés de petits miroirs pour un effet chatoyant, et ils ne masquent évidemment pas les visages de celles qui les portent.

Bien plus que des robes, c’est donc une partie de leur culture, de leur identité, et du patrimoine du pays que les Afghanes tentent de sauvegarder.

À lire aussi : Quelles associations soutenir pour aider le peuple afghan ?

Crédit photo de Une : captures d’écran Twitter

Les Commentaires
8

Avatar de hellopapimequepasa
16 septembre 2021 à 12h06
hellopapimequepasa
c'est terrible..
0
Voir les 8 commentaires

Plus de contenus Actu mondiale

Actu mondiale
Todd Cravens / Unsplash

Autour de New York, les baleines reviennent après des décennies de travail de préservation

Aïda Djoupa

27 sep 2022

SEXO
Sponsorisé

Oubliez tout ce que vous savez sur les sextoys, LELO présente sa dernière création

Humanoid Native
Actu mondiale
giorgia meloni vox – vertical

En Italie, la possible arrivée au pouvoir de Giorgia Meloni fait craindre le pire aux féministes

Actu mondiale
adnan

Aux États-Unis, Adnan Syed est libéré après 23 ans de prison grâce au podcast Serial

Maya Boukella

21 sep 2022

1
Actu mondiale
Israel Sunseth / Unsplash

Les villes d’Europe s’éclairent à la lumière bleue, et ce n’est pas une bonne nouvelle

Aïda Djoupa

21 sep 2022

4
Actu mondiale
manifestation mahsa amini iran

Vent de révolte en Iran après la mort de Mahsa Amini, arrêtée par la police des mœurs

Maëlle Le Corre

20 sep 2022

2
Actu mondiale
R. Kelly reconnu coupable de pédopornographie, ce qui ajoutera à sa peine de 30 ans de prison

Déjà condamné à 30 ans de prison, R. Kelly est aussi reconnu coupable de pédopornographie

Anthony Vincent

16 sep 2022

2
Actu mondiale
mort-reine-elizabeth

La Reine Elizabeth II est décédée

Manon Portanier

08 sep 2022

1
Actu mondiale
Elizabeth_II_in_Berlin_2015_wikimedia commons – polizei berlin

Que va changer la mort d’Elizabeth II pour les Britanniques ?

Maëlle Le Corre

08 sep 2022

2
Actu mondiale
reine-elizabeth-discours-games-of-thrones

Elizabeth II : voici comment suivre l’évènement historique en direct

Actu mondiale
sareh iran 6rang

En Iran, deux militantes lesbiennes condamnées à mort en raison de leur engagement

Maëlle Le Corre

06 sep 2022

2

La société s'écrit au féminin