Live now
Live now
Masquer
pexels-karolina-grabowska-mathematiques-filles
Actu en France

Décrochage des filles en maths : Blanquer propose une solution qui ne manque pas de culot

Que faire pour réenchanter les maths, et surtout, parvenir à ce que ces filières ne soient plus des bastions masculins d’où les filles se sentent exclues ? Attention, la solution proposée par Jean-Michel Blanquer va probablement vous agacer…

C’est une alerte qui a retenti en ce début d’année 2022 : les inégalités entre les filles et les garçons dans les formations en mathématiques se sont aggravées.

Ce sont les chiffres de 2021 de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance du ministère de l’Education qui permettent de constater cette évolution plus qu’inquiétante.

« Seules 40% des filles de terminale suivent encore la spécialité mathématiques en 2021 », détaille L’Étudiant ; « Elles sont seulement 36% à opter pour la doublette mathématiques-physique-chimie alors qu’elles représentent 56% des élèves de terminale. »

Un constat loin d’être anodin : « Les conséquences de cette rupture sont désastreuses, tant pour l’avenir des filles que pour la formation en mathématiques de l’ensemble des citoyennes et citoyens », estiment neuf sociétés savantes et associations de mathématiques.

« En se coupant d’une formation mathématique au lycée, les filles se ferment les portes de la plupart des études scientifiques, qui mènent aux emplois et aux carrières parmi les mieux valorisés.

La société se voit donc privée d’une part importante de jeunes scientifiques pour faire face aux nouveaux enjeux économiques, technologiques et environnementaux. »

Et cette évolution est très récente, comme le montre ce graphique de Libération. On peut le voir, le nombre de filles qui choisissaient la spécialité mathématiques au lycée était pourtant en augmentation constante, avant de chuter de façon spectaculaire

Avec la réforme du lycée initiée par Jean-Michel Blanquer, qui a signé la fin des filières L, ES et S, les matières scientifiques ont été très touchées et cela est particulièrement palpable pour les mathématiques : -18% d’heures consacrées à cette matière entre 2018 et 2020.

En cause, la disparition des mathématiques du tronc commun en 2019, qui sont désormais enseignés dans le cadre d’une spécialité.

Jean-Michel_Blanquer_lancement_strategie_autisme_2018-2022_2
Crédit photo : Amélie Tsaag ValrenCC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

« Un élève sur trois décide d’arrêter la discipline dès la fin de la classe de seconde générale. En terminale, seuls 37 % des élèves conservent la spécialité de six heures par semaine », constate Le Monde.

Moins de filles en maths : une évolution aux lourdes conséquences

La pratique des mathématiques a chuté chez l’ensemble des élèves, mais c’est notamment parce que la baisse est importante chez les lycéennes, qu’elle inquiète autant.

Dans Le Monde, Véronique Slovacek-Chauveau, qui enseigne la matière en lycée et est membre de l’association Femmes et mathématiques montre en quoi la réforme a un impact sur les inégalités de genre :

« Plus on demande aux élèves de faire des choix précoces d’orientation, plus ils font des choix stéréotypés. Conserver un enseignement de mathématiques, c’est se laisser une porte ouverte plus longtemps. »

Sur Twitter, cette professeur de mathématiques fait un constat qui va dans le même sens :

Une solution aux allures de rétropédalage pour Jean-Michel Blanquer

Alors quelle solution ? C’est là que la situation prend une tournure très ironique.

Interviewé ce matin sur CNews, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a évoqué une piste potentielle… celle de réintroduire les mathématiques dans le tronc commun en classes de première et de terminale.

Oui, oui, vous avez bien compris : la solution est de revenir sur la propre réforme qu’il avait engagé.

On n’est plus à une contradiction près.

À lire aussi : Et si on sortait enfin des polémiques sur les crop tops dans les écoles ?

Crédit photo : Karolina Grabowska via Pexels

Les Commentaires
16

Avatar de haleyo
23 septembre 2022 à 10h43
haleyo
Je suis tombée sur ce document de la société mathématique de France concernant les impacts de la réforme du lycée sur la formation en maths et en sciences pour les filles
Poster : Filles, maths et sciences, du lycée à l’université
Je trouve qu'il illustre très bien le problème présenté dans l'article, d'autant plus qu'il met en évidence que c'est l'enseignement de l'ensemble des sciences au lycée qui a été réduit pour les élèves, pas seulement des mathématiques.
3
Voir les 16 commentaires

Plus de contenus Actu en France

Pancarte de manifestation
Société

Inscription de l’IVG dans la Constitution : réelle avancée ou mesure symbolique ?

Sihem Belouahmia
Société

Féminicide de Sihem Belouahmia : pourquoi les mots sont importants

Elisa Covo

03 fév 2023

1
Julien Bayou à l'Assemblée nationale
Société

La cellule d’enquête interne d’EELV annonce la clôture du dossier Julien Bayou

Elisa Covo

02 fév 2023

hemicycle-2017-300
Société

Le Sénat se prononce en faveur de la constitutionnalisation de l’IVG

eric dupond moretti loi protection mineurs crimes sexuels
Actu en France

Eric Dupond-Moretti : son fils Raphaël accusé de violences conjugales

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l'alcool dans un podcast décomplexant
Actu en France

Élodie Frégé se confie sur son rapport compliqué à l’alcool dans un podcast décomplexant

Anthony Vincent

26 jan 2023

Capture d’écran 2023-01-25 à 10.19.09
Actu en France

Condamné pour « corruption de mineurs », le président de la Ligue nationale de handball démissionne

darmanin
Actu en France

Le non-lieu pour viol de Gérald Darmanin a été confirmé en appel

Manon Portanier

24 jan 2023

1
women-protesting-together-for-their-rights
Société

L’accès à l’IVG est loin d’être acquis dans les campagnes françaises

Élodie Potente

24 jan 2023

1
pexels-markus-spiske-3671136
Société

Le sexisme a encore de beaux jours devant lui en France, selon le HCE

La société s'écrit au féminin