Santé

Crise cardiaque : les femmes mettent plus de temps à appeler les secours

11 mar 2019

Une récente étude suisse montre que les femmes mettent plus de temps que les hommes pour appeler les secours en cas de crise cardiaque. En cause : une difficulté à identifier les symptômes de l’infarctus du myocarde.

Dans les films, la crise cardiaque est souvent représentée comme une douleur fulgurante dans la poitrine et le bras gauche, avec un personnage – très souvent masculin – portant la main à son cœur. Une représentation qui fait parfois oublier que les femmes peuvent être elles aussi victimes d’un infarctus du myocarde (le petit nom savant de la crise cardiaque). Les maladies de l’appareil circulatoire (infarctus, AVC, etc) sont même la première cause de mortalité des Françaises.

Chaque minute compte

Il faut dire que les femmes qui font une crise cardiaque sont moins rapidement prises en charge que les hommes. Or, quand une artère liée au cœur se rétrécit ou se bouche, chaque minute compte pour pouvoir limiter les dégâts en revascularisant le cœur.

Une étude suisse réalisée au sein de l’hôpital de Zürich auprès de 4.300 patient·es montre que les femmes mettent en moyenne 37 minutes de plus que les hommes à appeler les secours. « Les femmes faisant une crise cardiaque sont moins susceptibles que les hommes d’attribuer leurs symptômes à une situation nécessitant des soins d’urgence », explique le Dr Matthias R. Meyer, coauteur de l’étude parue dans l’European Heart Journal: Acute Cardiovascular Care, 

[optin-monster-shortcode id= »lhakywoglmenrtsgvem1″]

Le cardiologue explique également que « les femmes ressentent le même niveau de douleur que les hommes pendant une crise cardiaque, mais que celle-ci peut être localisée différemment ». En effet, les hommes sont plus susceptibles lors d’un infarctus de ressentir une douleur vive dans la poitrine ou le bras gauche tandis que les femmes, ressentent elles souvent la douleur dans le dos, l’épaule ou l’estomac.

Des symptômes différents

Une analyse partagée par la Fédération Française de Cardiologie, qui explique que près de la moitié des femmes victimes d’un infarctus n’ont pas eu de symptômes classiques. Elle liste les autres signes qui doivent alerter : des palpitations, un sentiment d’oppression au niveau de la cage thoracique, des difficultés à respirer, un essoufflement à l’effort (et parfois au repos), une grande fatigue, des troubles digestifs et nausées…

La Fédération Française de Cardiologie a également réalisé un spot vidéo pour sensibiliser au problème. On y voit plusieurs comédiennes invitées à passer un casting devant une caméra. Elles n’ont aucun difficulté à jouer des émotions ou scènes de la vie quotidienne, jusqu’à ce qu’on leur demande d’incarner une personne faisant une crise cardiaque…

https://www.youtube.com/watch?v=A-oQ3_MwC1g

Si les infarctus concernent en général plutôt des femmes âgées, 25% des cas se produisent chez des femmes de moins de 65 ans. Plusieurs facteurs peuvent augmenter le risque de faire une crise cardiaque : le fait de ne pas faire d’activité physique régulière (je plaide coupable), le tabac (et encore plus s’il est associé à une pilule contraceptive – demande conseil à ton ou ta gynéco), le niveau de stress, le diabète, le cholestérol ou l’hypertension artérielle…

Une mortalité plus élevée chez les femmes

Cette difficulté à repérer les symptômes d’une crise cardiaque chez les femmes, et le délai plus long avant de prévenir les secours a bien entendu des conséquences. Ainsi, selon les résultats de l’étude suisse, le taux de mortalité des femmes admises à l’hôpital de Zürich pour un infarctus était de 5,9%, contre 4,5% pour les hommes.

Comme l’explique la Professeure Claire Mounier-Vehier, présidente de la Fédération Française de Cardiologie, « les artères des femmes sont plus difficiles à revasculariser, car plus fines et plus fragiles que celles des hommes… » Tout retard dans la prise en charge peut donc être dramatique.

Si un jour tu ressens une douleur vive et soudaine, pas nécessairement dans la poitrine, mais aussi dans le dos, l’épaule, ou l’estomac, accompagnée d’essoufflement, d’épuisement ou de nausées, prends-la au sérieux, et appelle les Urgences (le 15 en France, et le 112 si tu es en vadrouille en Europe). Et fais passer le message aux femmes de ton entourage…

Pour aller plus loin :

Et toi, tu connaissais ces symptômes ? N’hésite pas à continuer la discussion dans les commentaires.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Réagir sur le forum

Plus de contenus Santé

Actu mondiale
equipe_norvege

« Je serai heureuse de payer vos amendes » : P!nk soutient les handballeuses norvégiennes

Aïda Djoupa

26 juil 2021

16
Food
barbecue-vegetarien-recette

Un barbecue sans viande ? Mais si, c’est possible

Manon Portanier

22 juil 2021

8
Bien-être et soin
body-glory

Marre des brûlures des cuisses qui frottent en été ? Ces deux Françaises bossent sur un produit adapté

Pauline Thurier

20 juil 2021

1
Sport
jeux-olympiques-tokyo

Bah bravo : les JO de Tokyo ont voulu faire des lits écolos et tout le monde pense au sexe

Maëlle Le Corre

20 juil 2021

6
Voyages
instagram – the bam bus

Elles sortaient avec le même mec sans le savoir, elles l’ont lourdé et sont parties en road-trip ensemble

Maëlle Le Corre

16 juil 2021

11
Body positive
no-bra-soutien-gorge

J’ai testé pour vous : passer un été sans soutien-gorge

Clémence Boyer

15 juil 2021

16
Sport
semi-marathon-paris-2021

Ça y est, on connaît la date du semi-marathon de Paris, alors hop hop hop on retourne s’entraîner

Marie Vrignaud

13 juil 2021

11
Couple
demande-mec-mariage-nathan-dumlao

Comment demander son mec (ou sa meuf) en mariage

Clémence Boyer

12 juil 2021

2
Témoignages
mec_mediocre

Lettre ouverte à tous les mecs médiocres de mes potes

Aïda Djoupa

10 juil 2021

10

La société s'écrit au féminin