Live now
Live now
Masquer
Ces fake news autour de la variole du singe en disent long sur les dérives de TikTok et Twitter
Actu mondiale

Ces fake news autour de la variole du singe en disent long sur les dérives de TikTok et Twitter

05 août 2022
Filmée à son insu à New York, une femme atteinte de neurofibromatose a été accusée à tort, sur TikTok, d’être porteuse de la variole du singe. Même chose pour à Madrid sur Twitter pour un homme. De quoi interroger sur la propagation de fausses informations, et des réseaux comme outil de surveillance et de punition.

Alors que la pandémie de Covid-19 s’éternise, le virus de la variole du singe progresse petit à petit en France depuis mai 2022. De quoi susciter potentiellement un vent d’inquiétude, voire de panique, comme vient de l’illustrer la propagation de deux inquiétantes fausses informations, l’une à New York et l’autre à Madrid.

La fake news de la variole du singe dans le métro de New York

L’intox new-yorkaise a commencé à circuler sur TikTok, avant d’être déformée et amplifiée sur Twitter. Il s’agit d’une vidéo dans laquelle on voit une femme, filmée à son insu, et dont l’une des jambes présente des traces suspectes pouvant évoquer des boutons. Or, parmi les symptômes courants de la variole du singe, compte les éruptions cutanées douloureuses qui se transforment en pustules, avant de sécher en croûte et de finir par tomber.

Capture d’écran 2022-08-05 à 17.42.45
Capture d’écran du TikTok qui a lancé la fake news.

Un premier TikTok superpose à la vidéo un émoji de tête de singe suivi d’un point d’interrogation. Puis, de nombreuses personnes sont passées de simples hypothèses à l’invention de diagnostic et d’histoires rocambolesques, jusque sur Twitter. Si bien que cette personne a été accusée d’être porteuse de la variole du singe, et de sortir quand même avec les jambes découvertes, alors qu’elle devrait rester isolée pour éviter de contaminer d’autres personnes via ses plaies.

Accusée à tort d’être porteuse du virus monkeypox, elle avait en fait une neurofibromatose

Mais la jeune femme anonyme a finalement été retrouvée par le New York Times. Le grand quotidien confirme aujourd’hui que Lilly Simon, cheffe de projet de 33 ans, ne souffrait pas de la variole du singe, mais d’une neurofibromatose de type 1, une maladie génétique qui provoque la croissance de tumeurs au niveau de ses terminaisons nerveuses. Elle a été diagnostiquée à l’âge de huit ans, a subi de nombreuses interventions chirurgicales, et voit maintenant se développer des tumeurs dans son cerveau et ses yeux. À l’heure actuelle, il n’existe pas de remède contre cette maladie qui n’est pas contagieuse.

Tristement, Lilly Simon raconte qu’elle a l’habitude des personnes malveillantes face à son apparence depuis l’enfance, qu’on la surnommait la lépreuse dès l’école, et qu’elle s’attendait face à la montée de l’inquiétude autour de la variole du singe, à ce qu’on l’accuse d’en être porteuse.

Après avoir longuement hésité à réagir, au risque de devoir dévoiler son identité et des informations sur sa santé, la victime de cette fausse information devenue virale a fini par répondre en vidéo le 1er août 2022 sur TikTok, là où tout a commencé :

@lillysmallsz

#stitch with @fuckinfrass i have taken screen shots of the comments will be posting them…everyywhereee. For those of you who were kind thank u. Youre fine. When someone does a background search/google search on yall… theyll see who you really are.do you talk to your colleagues like this? Your patrons?#nf1warrior💚💙 #nf1awareness #nf1fighter #bodyshaming #bodypositivity #streetharrassment

♬ Oh No – Kreepa

« Les tumeurs sont bénignes, mais elles recouvrent l’ensemble de ma peau et me causent beaucoup de complications de santé, à la fois physiques et mentales.

Je ne laisserai aucun de vous réduire à néant les années de thérapie et de soin que j’ai dû endurer pour faire face à la maladie et, bien sûr, pour exister parmi des gens comme vous. »

Fake news similaire contre un homme, accusé d’être porteur du monkeypox dans le métro à Madrid

Si sa vidéo de réponse compte déjà plus d’1 million de vues sur TikTok, on ne peut que regretter que celle qui a semé le doute et la désinformation ait largement eu le temps d’y circuler davantage, avant d’être supprimée. En journalisme, on dit même souvent qu’un démenti fera toujours moins de bruit que l’intox initiale.

Le comble, c’est qu’une situation semblable vient de se produire en Espagne. Un homme, également atteint de neurofibromatose, a été filmé à son insu dans le métro de Madrid, et accusé à tort d’être porteur de la variole du singe à cause des marques sur ses jambes, rapporte le 20minutos.

Capture d’écran 2022-08-05 à 17.56.49
Capture d’écran Twitter de l’article de démenti du média espagnol 20minutos.

Comment TikTok et Twitter deviennent des outils de surveillance et de punition

Ces affaires peuvent inquiéter à plusieurs égards. Elles posent des questions de droit à l’image, d’atteinte à la vie privée, et de diffamation. Ces interrogations s’entrecroisent avec celles de discrimination, pouvant avoir de lourdes conséquences émotionnelles et psychologiques, que l’on soit vraiment atteint de la variole du singe ou non.

D’autant qu’à l’heure actuelle, en Occident, cette maladie touche principalement des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes. Rien d’étonnant, donc, à ce que des personnes malveillantes aient vite fait de tirer des conclusions sur la sexualité d’individus qui n’ont rien demandé et peuvent se retrouver outé, à tort ou à raison (situation dans laquelle un ou des tiers font le coming-out d’une personne à son insu et contre son gré, comme cela avait été le cas pour la chanteuse belge Angèle par exemple). À cet égard, le virus de la variole du singe se propage d’autant plus facilement, en partie grâce à l’homophobie, des gens ordinaires et des gouvernements, d’ailleurs.

Coup sur coup, ces intox prouvent une fois de plus (s’il le fallait) le rôle des réseaux sociaux dans la propagation des fausses informations. Mais cela soulève aussi la question du comportement de certaines personnes qui ne se privent pas d’en filmer d’autres, à leur insu. Que ce soit pour poster ensuite les pires rumeurs (ou pas), cela devient lentement, mais sûrement, de nouveaux outils panoptiques, de surveillance et de punition, qui fascineraient sûrement Michel Foucault – et restent inquiétants.

À lire aussi : En annonçant la création d’un ambassadeur aux droits LGBT+, Élisabeth Borne tente-t-elle de rattraper le coup avec les associations ?

Crédit photo de Une : Capture d’écran TikTok et Twitter.

Les Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article.

Plus de contenus Actu mondiale

solen-feyissa-UWVJaDvXW_c-unsplash
Société

Comment Google ralentit l’accès à l’IVG aux États-Unis

Elisa Covo

07 fév 2023

Lifestyle

Changer les codes de la Saint-Valentin ? Mélodie, 23 ans, m’a donné sa vision du 14 février

Humanoid Native
GGNZ_Swearing_of_new_Cabinet_-_Jacinda_Ardern_2
Actu mondiale

Jacinda Ardern, la Première ministre néo-zélandaise, démissionne, à la stupeur générale

Anthony Vincent

19 jan 2023

5
trans rights terfs fuck off flickr mat hrkac
Actu mondiale

Pourquoi une loi pour les personnes trans en Écosse a été retoquée par le Royaume-Uni

Maëlle Le Corre

17 jan 2023

Un drapeau chinois qui flotte au vent © glaborde7 de la part de pixabay via Canva
Actu mondiale

En Chine, la population décroit pour la première fois en 60 ans

Anthony Vincent

17 jan 2023

Femme dépitée
Psychologie

Le Blue Monday, le jour le plus déprimant du monde, n’existe pas

Emilie Laystary

16 jan 2023

25
Le footballeur français Benjamin Mendy a été reconnu non-coupable de six viols
Actu mondiale

Le footballeur français Benjamin Mendy reconnu non-coupable de six viols

Anthony Vincent

13 jan 2023

11
lisa marie presley
Pop culture

Lisa Marie Presley, fille unique du King est morte à 54 ans

Maya Boukella

13 jan 2023

libraire jaredd craig unsplash
Actu mondiale

Filippo Bernardini, l’éditeur qui volait des livres très attendus avant leur publication

Maya Boukella

10 jan 2023

Le palais de Westminster, chambre des députés britanniques © NenonJellyfish de la part de Getty Images Signature
Actu mondiale

Sept députées dénoncent le sexisme toxique au Parlement britannique

Anthony Vincent

10 jan 2023

golden-globes-2021
Pop culture

Enlisés dans les scandales, les Golden Globes misent sur des mesures inclusives (et des stars) en 2023

Maya Boukella

09 jan 2023

La société s'écrit au féminin