Live now
Live now
Masquer
bienvenue-a-marwen
Cinéma

Bienvenue à Marwen, le nouveau Forrest Gump ?

Steve Carrell semble avoir mis toute sa délicatesse dans Bienvenue à Marwen, l’histoire d’une vie presque brisée qu’il faut rebâtir… avec l’aide de l’art, et de l’amitié.

C’est quoi, tes films feel-good préférés ? Tes longs-métrages doudou qui te réchauffent le cœur quoiqu’il arrive ?

Moi, c’est Le 5ème ÉlémentLe Seigneur des Anneaux et bien sûr Forrest Gump, surtout le moment où le Lieutenant Dan rejoint Forrest sur son bateau.

Peut-être qu’à cette liste finira par s’ajouter Bienvenue à Marwen

Bienvenue à Marwen, l’histoire d’une guérison

En 2010 est sorti Marwencol, un documentaire dédié au travail du photographe Mark Hogancamp.

En 2000, Mark Hogancamp a été brutalement attaqué par cinq hommes, qui l’ont tabassé presque à mort parce qu’il se travestissait

. Après être sorti du coma, il souffrait d’amnésie et de dommages au cerveau.

Le photographe n’avait pas les moyens de suivre une thérapie. Alors il a trouvé un moyen de se guérir tout seul, en construisant Marwencol, une ville miniature façon Seconde Guerre Mondiale peuplée de ses amis.

Là, il faisait vivre aux personnages des aventures et recréait l’attaque dont il a été victime. Sauf que cette fois-ci, ses proches étaient là pour le protéger.

Bienvenue à Marwen, avec Steve Carrell

Marwencol a inspiré Bienvenue à Marwen, le nouveau film de Robert Zemeckis (Forrest Gump), avec Steve Carrell dans le rôle-titre.

Et il semble avoir injecté dans ce personnage au moins autant de tendresse qu’il en avait mis dans Little Miss Sunshine, où il jouait avec délicatesse un oncle rescapé d’une tentative de suicide.

Devant la caméra de Zemeckis, Marwen prend vie et devient le miroir des peurs, espoirs et fantasmes de Mark Hogancamp…

Si je compare Bienvenue à Marwen et Forrest Gump, ce n’est pas simplement parce que les deux films partagent un réalisateur.

Leurs thèmes sont communs : un homme en situation de handicap cherche à donner du sens à sa vie, et puise beaucoup de soutien auprès des femmes qui l’entourent…

En tout cas, Bienvenue à Marwen est bien parti pour me faire sangloter comme un gros bébé. Rendez-vous le 9 janvier 2019 au cinéma, amenez vos mouchoirs !

À lire aussi : Cinq films « feel good » qui ne parlent pas d’amour #2


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos newsletters ! Abonnez-vous gratuitement sur cette page.

Les Commentaires

1
Avatar de minachka
25 juillet 2018 à 19h07
minachka
Super, merci pour la découverte!
1
Réagir sur le forum

Plus de contenus Cinéma

Xavier Dolan // Source : Shayne Laverdiere
Cinéma

Président d’Un Certain Regard à Cannes, Xavier Dolan veut se dédier à la « quête de vérité des films »

Mode

Prenez de l’avance pour la fête des pères avec cette sélection de parkas Celio

Humanoid Native
Judith Godrèche // Source : capture d'écran
Culture

#MeToo cinéma : pour Vincent Lindon, les violences sexuelles ne doivent « plus être la seule préoccupation des femmes »

6
Dune 2 // Source : Warner Bros
Culture

Bonne nouvelle, Dune 2 est tout ce que vous attendez de lui (critique sans spoilers)

Source : Wikimedia Commons
Société

#MeTooGarçons : André Techiné accusé d’agression sexuelle par l’acteur Francis Renaud

Universal Studios 1
Cinéma

MeToo : She Said, le film sur l’enquête qui a révélé l’affaire Weinstein, est sur Netflix

1
Mati Diop Berlinale // Source : capture d'écran
Culture

La cinéaste afroféministe Mati Diop gagne l’Ours d’Or à Berlin, et c’est la meilleure nouvelle

Judith Godrèche // Source : capture d'écran
Culture

Judith Godrèche aux César : lutter contre les VSS, « ce n’est rien comparé à deux mains dégueulasses sur mes seins de 15 ans »

Source : Capture vidéo
Cinéma

César 2024 : triomphe d’Anatomie d’une Chute, Adèle Exarchopoulos meilleur second rôle… voici le palmarès complet

Copie de [Image de une] Horizontale – 2023-12-22T201104.020
Cinéma

Les 12 meilleurs films à voir sur Netflix

1
Bye Bye Tibériade  // Source : JHR
Culture

Bye Bye Tibériade : quand filmer des femmes réhumanise la Palestine, par Lina Soualem

La pop culture s'écrit au féminin