Live now
Live now
Masquer
alaska-critique
Cinéma

« Alaska », une histoire d’amour épique à ne pas rater au cinéma

Mélissa a vu Alaska, un film intense montrant un jeune couple passionnel dans sa quête de bonheur et de réussite. Ça sort ce 10 février et c’est à ne pas rater !

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec Bellissima. Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

En allant voir Alaska, je pensais passer 1h30 à suivre l’histoire d’amour des deux personnages principaux, Fausto (joué par Élio Germano) et Nadine, (Astrid Bergès-Frisbey) en tout sérénité. C’est ce qui semble s’amorcer les dix premières minutes, avant de complètement basculer dans une intrigue plus complexe, en faisant un film passionnant et nerveux. Et qui ne se regarde clairement pas dans la sérénité !

Le réalisateur, Claudio Cupellini, et l’acteur principal d’Alaska, Elio Germano, ont eu la gentillesse de répondre à nos questions pour une interview franco-italienne, à l’image de ce beau long-métrage, en salles le 10 février 2016 !

Amour et réussite, l’impossible association

Fausto est italien et travaille comme serveur à Paris dans un grand hôtel ; c’est là qu’il rencontre Nadine, venue passer un casting pour devenir mannequin. Chacun•e plaît beaucoup à l’autre, mais la situation dégénère, les séparant de longs mois tandis qu’ils sont à des extrémités opposées de l’échelle sociale. Et ce schéma va se reproduire. Nadine remarque rapidement :

« C’est bizarre, on dirait que ça va mieux pour moi parce que ça va pas bien pour toi. »

En effet, tout au long du film, chaque fois que l’un•e réussit dans sa vie professionnelle cela semble être au détriment de celle de l’autre — ce qui les sépare à plusieurs reprises. Et en même temps, ils restent très amoureux, se manquent quand ils ne sont plus ensemble et leur relation passionnelle reprend immanquablement le dessus.

https://youtu.be/6GdjUqDICqk

Le problème, c’est l’ambition — surtout celle de Fausto, a priori — et la nécessité impérieuse de réussir à s’élever socialement dans une société sans grande pitié. Fausto et Nadine sont quasiment seuls au monde, sans ressources ou aide possible, et ils cherchent à s’assurer une position et un avenir à tout prix. L’attrait de la richesse détenue par des cercles restreints les pousse à de graves extrémités.

Alaska, c’est le récit d’une stabilité impossible, de la facilité à tomber au plus bas de l’échelle sociale (prison), même depuis ses hautes sphères (luxe, hôtel les plus cotés…). Le romantisme de leurs sentiments est confronté à la violence, jusqu’à ses pires manifestations, en faisant une histoire d’amour épique.

À lire aussi : J’ai vécu une romance digne d’un film – Témoignage

Un film intense de qualité

Et cette histoire d’amour place donc le contexte social au centre. En France, où commence l’action, comme en Italie où elle se poursuit, la difficulté du monde dans lequel Nadine et Fausto vivent a un rôle actif dans leur relation, chose que j’ai beaucoup appréciée : le contexte n’est généralement pas si développé ni si décisif dans les films dépeignant des histoires d’amour.

Cela ajoute à l’imprévisibilité d’Alaska, à l’incertitude prégnante et constamment dans la recherche d’équilibre. Loin des rom-coms, Alaska est tout en revirements, en basculements, en accès de violence et d’action — une sorte de réinvention de Roméo & Juliette.

alaska-elio-roschdy

La double nationalité du film et les deux langues qu’il mélange ajoutent au bouleversement des repères sans perturber la cohérence de l’histoire, l’enrichissant au contraire. De plus le couple d’acteurs est excellent, et l’alchimie construite entre eux anime toute la narration.

Je ne connaissais pas Elio Germano, qui a pourtant remporté le Prix d’interprétation masculine au Festival de Cannes 2010 ex-aequo avec Javier Bardem, mais je vous garantis qu’il vaut le détour ! Comme tout le film, une histoire d’amour qui vous happe dès le début dans la quête de bonheur de Nadine et Fausto, à ne pas rater au cinéma ce 10 février.

À lire aussi : Sélection d’histoires d’amour… pas comme les autres


Découvrez le BookClub, l’émission de Madmoizelle qui questionne la société à travers les livres, en compagnie de ceux et celles qui les font.

Les Commentaires

4
Avatar de pepe le moko
11 février 2016 à 10h02
pepe le moko
Hannnn Elio Germano!
0
Voir les 4 commentaires

Plus de contenus Cinéma

netflix-selection-films-feministes
Cinéma

Les 7 meilleurs films et séries féministes à voir sur Netflix

3
Mode

Quelle est la meilleure culotte menstruelle ? Notre guide pour bien choisir

Humanoid Native
Grâce à Judith Godrèche, l'Assemblée envisage une commission sur le travail des mineur·e·s dans le cinéma et la mode.jpg // Source : Capture d'écran YouTube de LCP - Assemblée nationale
Cinéma

Cinéma : ce qui pourrait bientôt changer dans les tournages où il y a des enfants

image
Culture

Dominique Boutonnat : une affaire d’agression sexuelle glaçante ignorée par le gouvernement

2
capture d'écran youtube
Cinéma

« Noire n’est pas mon métier » : le jour où 16 actrices noires ont fait entendre leur voix au festival de Cannes

Source : Focus Features
Culture

Judi Dench vous conseille d’arrêter d’aller au cinéma et au théâtre « si vous avez besoin de trigger warning »

15
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-14T095549.571
Culture

Cannes 2024 : les 5 films repérés par la rédac qu’on a hâte de voir

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-13T115839.731
Culture

Pourquoi les Iphones permettent-ils de deviner qui est le tueur dans les films ?

Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-10T171207.893
Culture

Cannes 2024 : le jour où la Palme d’or a été remise à trois personnes en même temps

Zendaya dans Challengers // Source : WB
Culture

Pourquoi tout le monde est passé à côté de Challengers

1
Copie de [Image de une] Horizontale – 2024-05-10T102720.136
Culture

Accusations #MeToo : comment réagira le Festival de Cannes ?

La pop culture s'écrit au féminin