Live now
Live now
Masquer
Source : Stéphanie Branchu / Arena Films
Culture

Affaire Jacques Doillon : « gênée », Rachida Dati dénonce le report de la sortie du film « CE2 »

Alors que la sortie du long-métrage « CE2 » a été reportée après les accusations de violences sexuelles à l’encontre de Jacques Doillon, Rachida Dati, ministre de la Culture, s’est dit « gênée » de cette « punition collective ».

Après l’annonce de reporter jusqu’à nouvel ordre la sortie du nouveau film de Jacques DoillonCE2, prévue à l’origine le 27 mars, en raison des multiples accusations de violences sexuelles contre le cinéaste, la ministre de la Culture Rachida Dati n’a pas tardé à réagir.

Rachida Dati se dit « gênée » par « la sanction collective » 

Ce jeudi 29 février, au micro de France Culture, elle s’est dit « gênée » par « la sanction collective », le fait « de punir tout un film ». Mais aussi « de punir tous les artistes sous diverses formes en raison d’un comportement inapproprié ou illégal, pénalement répréhensible, d’une personne. » Pour elle, « nous sommes dans un pays de responsabilité individuelle, pas de responsabilité collective ».

À lire aussi : À lire aussi : « Non, ça ne m’excitait pas » sous emprise à 14 ans, Judith Godrèche répond à Benoît Jacquot

Rachida Dati a ensuite continué à donner son « avis personnel » sur la question, dénonçant les violences sexuelles sur les jeunes filles dans le cinéma : « la liberté de création doit être absolue, mais la pédocriminalité ce n’est pas un art, les violences sexuelles ce n’est pas de l’art ».

Pour ensuite continuer, toujours au micro de France Culture :

« Un livre par exemple, c’est une œuvre individuelle. Vous pouvez très bien sanctionner un auteur, c’est une sanction individuelle. Un film, c’est une œuvre collective. Est-ce qu’on doit punir, sanctionner, tous les autres talents, tous les techniciens, les maquilleurs, les secrétaires, les régisseurs, ceux qui investissent aussi dans ce film ? »

Rachida Dati.

Pour rappel, la sortie de CE2 a été reportée à la suite des nombreuses prises de parole d’Anna Mouglalis, Isild le Besco qui accusent Jacques Doillon d’agression et chantage sexuel, mais aussi de Judith Godrèche, qui a porté plainte contre lui, le réalisateur de 79 ans est visé par une enquête pour « viols sur mineure ». Et pour cause, Alexis Manenti, acteur principal du film, avait indiqué qu’il ne participerait pas à sa promotion, tandis que l’actrice Nora Hamzawi qui apparaît dans le film, s’était elle-même publiquement opposée à sa sortie 


Vous aimez nos articles ? Vous adorerez nos podcasts. Toutes nos séries, à écouter d’urgence ici.

Les Commentaires

12
Avatar de lilanouvelle
5 mars 2024 à 13h03
lilanouvelle
@Pipistrelle.
Comme j'imagine que toi non plus tu n'as pas prévu de passer le reste de l'année dans la section commentaire de Madmoizelle, je vais faire un dernier message,
1, je pense que c'est important de se souvenir que même ci ses discussions sont intéressantes (d ou ma participation), on est globalement dans le même camp, celui des féministes même si nos "méthodes" diffèrent ; ça me semble important de garder de l'énergie mentale pour ceux qui sont réellement à la source du problème, j'ai nommé "les agresseurs"... je crains qu'a un moment donné les batailles de paroisse pour défendre une meme cause mais différemment ce soit un peu de l'énergie gâchée et du grain à moudre pour ceux qui sont réellement problématiques, j'ai nommé "les anti féministes"...
2, je débats passionnément mais j'expose seulement mon point de vue, pas une vérité universelle. Je ne démarre pas ma propre religion. Donc je ne dis pas que tu as tort, je pense que différentes visions peuvent co exister pour "défendre une cause", il n'est pas utile (pour info) de s'adresser à moi en disant "tu dis...tu dis que...", c'est inutilement agressif
3, je crois, mais je me trompe peut être, que nous divergeons sur un. sujet de fond sur lequel je crois qu'il n'y a pas de vérité, seulement une intuition personnelle : je crois qu'il n' y a pas que les puissants qui peuvent défaire ceux qui pensent agir en toute impunité, je crois qu'en agissant tous ensemble on a du poids compris quand on n'est pas journaliste, politique etc. Je crois que les "citoyens lambdas" on n'est pas impuissants, mais indéniablement si un président voulait bien s'en occuper, ça irait quand meme vachement plus vite...
Encore une fois, nulle volonté ici de ma part de convaincre, c'est juste la manière dont je vois les choses
La bise (sincère)
0
Voir les 12 commentaires

Plus de contenus Culture

Source : Canva Pro
Daronne

Ces 5 séries sont les préférées des enfants, et on a tous envie de crever

2
Source : Capture d'écran Youtube
Culture

Victime de racisme, l’actrice Francesca Amewudah-Rivers (Roméo et Juliette) soutenue par 900 artistes

Un still du film All we imagine as light, de Payal Kapadia, avec le logo du festival de Cannes // Source : ALL WE IMAGINE AS LIGHT de Payal Kapadia © Ranabir Das
Cinéma

Le festival de Cannes 2024 dévoile sa Sélection officielle : 4 réalisatrices, aux côtés de Gilles Lellouche et Francis Ford Coppola

9782290397336_UnJourDeNuitTombeeT1_Couv_BD (1)
Livres

Trois bonnes raisons de découvrir la fantasy grâce à l’œuvre de Samantha Shannon

Couverture du livre "Et, refleurir" aux éditions Philippe Rey, illustrée par Iris Hatzfeld
Livres

« Une femme qui refuse de souffrir, c’est radical » : Kiyémis, autrice afroféministe du roman Et, refleurir

4
Raconter sur TikTok ses actes contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme » // Source : Captures d'écran TikTok
Culture Web

Raconter sur TikTok ses actions contre le sexisme, c’est la dernière tendance du « micro-féminisme »

2
Euphoria  // Source : HBO
Culture

Zendaya en a marre de jouer que des lycéennes alors qu’elle n’est jamais allée au lycée

Quitter la nuit // Source : Haut et court
Culture

« On n’a pas à exiger quoi que ce soit des victimes », avec Quitter la nuit, Delphine Girard met la justice face à ses limites

9
Booksmart
Culture

Netflix : les 7 meilleurs films lesbiens à voir et à revoir

Karl-lagerfeld-série
Culture

Au festival Canneséries, une longue standing ovation pour cette série Disney+

1

La pop culture s'écrit au féminin