Live now
Live now
Masquer
course d'athlétisme
Féminisme

63% des Français les moins sportifs sont des femmes, et c’est un enjeu féministe

En 2020, les deux tiers des personnes n’ayant aucune activité sportive étaient des femmes, d’après une étude de l’INJEP. Un chiffre qui n’a rien d’anodin.

Dans un rapport publié ce jour, et intitulé Les freins à la pratique des Français peu ou non sportifs : des situations hétérogènes, l’Institut National de la Jeunesse et de l’Education Populaire fait le constat suivant :

« En 2020, un quart des personnes âgées de 15 ans et plus résidant en France ont peu ou pas pratiqué d’activité physique ou sportive au cours des douze derniers mois (hors période de confinement liée à la crise sanitaire).

Ces personnes [sont] des femmes pour près des deux-tiers. »

« Souvent, les femmes arrêtent le sport quand elles commencent à avoir une vie de famille.

Elles n’ont plus le temps, plus les moyens, elles gèrent déjà trop de choses… »

DjihÈne ABDELLILAH

De l’accessibilité du sport

L’INJEP a interrogé 12 000 personnes pour obtenir ces résultats. Et ce qu’ils communiquent, c’est que bien que le tissu associatif hexagonal fasse de la France un pays où le sport est largement pratiqué, celui-ci reste inaccessible à certaines catégories de la population.

En effet, ce que cette étude appelle « sport » est compris dans une considération large — qui inclus par exemple les promenades, une activité physique gratuite et avec peu d’impact.

Mais parmi ces personnes majoritairement féminines qui déclarent ne pas avoir de pratique sportive, dont la plupart sont âgées de 50 ans et plus, et sont moins diplômées que la moyenne nationale, le plus grand frein à l’activité physique est l’état de santé, souvent associé à la pratique d’un métier physique.

Nombre de celles qui expliquent leur inactivité sportive par leurs problèmes de santé déclarent aussi exercer ou avoir exercé un métier difficile physiquement.

Jeffrey F Lin / Unsplash
Jeffrey F Lin / Unsplash

Le sport et les inégalités de genre

Un autre chiffre interpelle, à la lecture de cette étude : 21% des sondés qui déclarent ne pas faire de sport l’expliquent par des contraintes scolaires, familiales ou professionnelles. L’étude détaille :

« Ce groupe rassemble majoritairement des personnes de 30 à 49 ans (52%), actives (83%) […] exerçant plus souvent une profession de cadre ou d’employé (42%) que dans les autres familles.

En cohérence avec les contraintes citées, ce groupe est caractérisé par une surreprésentation de personnes en couple (74%) et avec un ou plusieurs enfants (64%) »

Un chiffre qui n’est pas sans rappeler l’analyse de Djihène Abdellilah, pionnière des sports de combats en france, prof à la Sorbonne et championne du monde de grappling à l’occasion d’une interview pour Madmoizelle : face la pratique du sport à l’âge adulte, les hommes et les femmes ne sont pas égaux.

« Même si les femmes sont nombreuses à faire du sport à l’enfance et à l’adolescence, quand elles prennent des rôles que la société leur impose, elles perdent la possibilité d’avoir une pratique sportive.

Souvent, si elles arrêtent le sport, c’est parce qu’elles commencent à avoir une vie de famille. Elles n’ont plus le temps, plus les moyens, elles gèrent déjà trop de choses… »

Djihène Abdellilah à Madmoizelle

Un changement d’habitude qui n’est pas dû à un choix personnel, mais plutôt à un surmenage lié aux soin des autres. C’est donc aussi la santé des femmes qui pèse, dans la balance des inégalités face aux pratiques sportives.

Mais les choses semblent être en train d’évoluer : dans une autre publication, l’INJEP précise que malgré des statistiques souvent contradictoires, il semblerait bien que la pratique sportive féminine soit en augmentation en France. L’enquête indique :

« Le baromètre national des pratiques sportives nous donne un indicateur fiable […].On note que les femmes pratiquent une activité sportive un peu moins souvent que les hommes, mais l’écart se réduit. »

À lire aussi : Les Hijabeuses luttent contre « l’exception culturelle française » qui interdit le voile aux footballeuses

Crédit photo : Anastasia Shuraeva / Pexels

Les Commentaires
5

Avatar de Neverland90
21 novembre 2021 à 12h55
Neverland90
Les femmes ont beaucoup plus que les hommes à assumer (de façon générale):
- Tâche ménagère
- travail
- Éducation des enfants..
Ces trois catégories sont remplies de sous-tache, comme la prise de rendez-vous, les courses, les réunions profs, la gestion de l'argent...
Sans compter que je trouve que les salles de sport en France sont super chères, Idem pour les cours de sport. Le pire étant les sports de combat (360 euros l'année là où j'habite), sachant l'écart de salaire hommes/femmes.
De façon générale, l'expérience des cours de sports durant la scolarité n'est pas géniale chez les femmes et laisse également des traces à l'âge adulte.
0
Voir les 5 commentaires

Plus de contenus Féminisme

Sport
Photo Didier Bonin

On vous emmène dans un cours de strip tease visant à… piétiner le patriarcat

Mathis Grosos

28 nov 2021

Série télé
Extrait de la docu-série Le Petit Bleu avec Lexie du compte Instagram @aggressively_trans

Toute la pluralité des transidentités est explorée dans cette série-documentaire aussi accessible que passionnante

Anthony Vincent

27 nov 2021

Actualités
Kim-Kardashian-ou-le-victim-blaming

Cinq ans après, les leçons à tirer du cambriolage de Kim Kardashian et des réactions du grand public

Anthony Vincent

26 nov 2021

Féminisme
sylvia-cecile-claire-nouvian-hulot-envoye-special-temoignages

Affaire Nicolas Hulot : après la diffusion d’Envoyé Spécial, de nouveaux témoignages émergent

Maëlle Le Corre

26 nov 2021

Féminisme
sérielisa

« Mais je l’aime… » : cette série explique parfaitement l’emprise et la violence dans le couple

Camille Abbey

26 nov 2021

Témoignages
corps de femme

Je suis chirurgien, et je « répare » les clitoris des femmes victimes d’excision

Aïda Djoupa

25 nov 2021

10
Psychologie
Femme triste dans sa chambre

Stress post-traumatique, dissociation… comment gérer l’« après » des violences conjugales ?

Féminisme
[Site web] Visuel vertical

« La sororité, on la vit pour de vrai » : une militante raconte 10 ans de féminisme

Aïda Djoupa

25 nov 2021

Féminisme
yvan-attal-les-choses-humaines-viol

En pleine promo d’un film sur le viol, Yvan Attal s’embrouille sur le tribunal populaire et le consentement

Kalindi Ramphul

25 nov 2021

9

La société s'écrit au féminin