« Les yeux d’un enfant », une vidéo qui fait voir le polyhandicap autrement

À l'occasion de la journée internationale des personnes handicapées, un spot changeant notre regard sur le handicap, « Les yeux d'un enfant », a été dévoilé.

Il y a un an, l’agence Leo Burnett France dévoilait son nouveau très touchant projet, Ne serait-ce qu’une seconde. Elle y proposait à des gens malades du cancer de retrouver l’insouciance, « ne serait-ce qu’une seconde ».

À lire aussi : « Ne serait-ce qu’une seconde », un projet émouvant contre le cancer

Cette année, l’agence est de retour avec un petit film pour l’association Noemi, qui lutte pour changer le regard de la société sur les personnes polyhandicapées et pour améliorer leur encadrement. Intitulée Les yeux d’un enfant, la vidéo propose à un parent de venir avec un-e de ses enfants. Les deux sont alors placés de part et d’autre d’une cloison. Des images d’hommes et de femmes faisant des grimaces sont projetées sur un écran et ils sont invités à les imiter. Ce qu’ils font, sans se concerter.

Jusqu’à ce qu’une femme handicapée fasse la sienne, de grimace, et que la différence se fasse ressentir avec l’insouciance, l’amusement d’un côté et la tristesse et/ou la gêne de l’autre.

C’est très court, comme format, et pourtant, la création (mise en ligne hier, à l’occasion de la journée internationale des personnes handicapées qui a lieu aujourd’hui) réussit à parler de handicap sans tomber dans les clichés ou le ton moralisateur.

À la fin de la vidéo, un message nous invite à « Regarder la différence avec les yeux d’un enfant » :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lumiciole
    Lumiciole, Le 4 décembre 2014 à 18h39

    Touchant !

    Mais je pense que j'aurais fait comme les enfants, j'aurais imité la grimace. Quand j'ai vu la réaction des parents, je n'ai pas compris tout de suite ce qui leur posait problème, le handicap de la personne ne me semblait pas incompatible avec l'exercice demandé. :red:

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)