« Wonder Woman » pulvérise le box-office et ne compte pas s’arrêter là

Par  |  | 21 Commentaires

Exit les effets spéciaux ringards et les décors kitschounets, Wonder Woman a  été pimpée par Patty Jenkins. Et elle casse le box office ! Plus humaniste que Batman, et plus badass que Superman, Gal Gadot insuffle un vent de féminisme dans l’univers des super-héros.

« Wonder Woman » pulvérise le box-office et ne compte pas s’arrêter là

Vous êtes peut-être, tout comme moi, un peu trop jeunes pour avoir connu Lynda Carter, la bombasse qui a réussi l’exploit de rendre la culotte de grand-mère en lycra hyper sexy.

Pour rappel, c’était elle la première brune à prêter ses traits à Wonder Woman dans la série iconique des années 70. Bien loin de l’objet télévisuel fait de bric et de broc qui passait sur France 2, Wonder Woman est revenue le 17 juin en amazone plus badass que jamais.

Elle avait déjà pointé le bout de son joli nez dans Batman VS Superman : Dawn of Justice en 2016.

Moi, sur mon petit siège de ciné, j’en voulais plus ! Et j’ai été servie puisque le mastodonte DCEU (DC extended universe) a décidé de créer un spectacle de 2h30 à couper le souffle (et la chique à tous les détracteurs qui y allaient de leur critique avant même de l’avoir vu).

Un blockbuster qui vient d’atteindre les 400 millions de dollars au box office américain, à peine deux mois après sa sortie. Un chiffre énorme qui propulse Wonder Woman au rang de troisième plus gros succès de Warner Bros (après The Dark Knight et The Dark Knight Rises).

Et ça, Gal Gadot, ça lui fait plaisir !

Pour celles et ceux qui seraient passés à coté du phénomène, petit récap de Wonder Woman

La princesse Diana vit recluse sur une île paradisiaque (avouez, vous lâcheriez bien votre ordinateur et votre job tout de suite pour aller glander un peu là-bas).

Sa mère, la reine Hippolyta la contraint à un entrainement bien hard-core pour qu’elle devienne la meilleure des guerrières. Sa vie bascule le jour où elle porte secours à Steve Trevor, un beau gosse sans égal (j’ai nommé Chris Pine) et accessoirement pilote américain dont l’avion vient de s’écraser.

En faisant sa connaissance, elle apprend qu’une guerre terrible se prépare bien loin de son île. Et hop, ni une ni deux, la voilà partie pour Londres avec Steve Trevor, pour mettre fin à la guerre et kicker des culs (en très très gros).

Sur le papier, un scénario un brin cucul la praloche. Alors pourquoi un tel carton au box-office ?

À lire aussi : Quatre films de super-héroïnes auxquels le succès de Wonder Woman me fait rêver

Wonder Woman, le premier blockbuster super-héroïque à mettre en avant une femme (et quelle femme !)

J’en ai bouffé des Batman et des Superman.

Et comme beaucoup de monde (dites-moi que je ne suis pas seule, par pitié), je désespérais de voir un blockbuster avec une super-héroïne égale à ces héros archi musclés qui ne laissent pas beaucoup de place aux autres.

Difficile d’avoir un personnage avec un peu de consistance quand ton rôle de la femme est cantonné à être la meuf d’un super-héros plein de testostérone.

Patty Jenkins, qui avait déjà signé l’excellent Monster, propose ENFIN un film de super-héroïne.

Un blockbuster centré sur une femme dont les attributs ne sont pas que physiques mais aussi intellectuels et humanistes. Ici, la femme n’est pas un simple outil scénaristique.

Non, Wonder Woman, c’est une ode à la femme forte que rien n’arrête. Une ode à la femme déterminée et pleine de nuances.

Le portrait d’une héroïne plurielle, à l’image de la femme moderne. Patty Jenkins prouve qu’on a pas besoin d’une cape et de gros biscotos pour envoyer du lourd. Merci à elle.

À lire aussi : Mes 3 attentes pour le film Batgirl signé Joss Whedon

La Wonder Woman de Gal Gadot dépoussière l’image de l’héroïne en maxi culotte

Tous les lauriers n’en reviennent pas, bien sûr, qu’à la réalisatrice.

Le succès du film est également dû à la superbe interprétation de Gal Gadot, qui par sa modernité dépoussière sacrément l’image de l’héroïne des années 70.

Je me souviens des moqueries de mes potes en soirée qui y allaient tous de leur petite remarque : «  On se fout de qui ? Wonder Woman, c’est le personnage le plus ridicule des DC comics. Non mais sans déconner, t’as vu son costume ? La meuf, son seul pouvoir c’est de faire la toupie » et moi de répondre «  Mec, on en parle du look de Superman ? ».

Le genre de querelle hyper intéressante que l’on a en soirées. Mais en fait, vous savez quoi ? Le costume déchire, et la fille dedans aussi. En un deux coups de cuillères à pot, elle réussit à donner une consistance inouïe au personnage de Wonder Woman et envoie valser les a priori que (c’est bon, j’avoue) moi aussi j’avais un peu.

Une performance qui mènera peut-être la jeune femme jusqu’aux Oscars. D’après le magazine Indiewire, Gal Gadot pourrait, en effet, au moins faire partie des nommés.

À lire aussi : Wonder Woman plus badass que jamais dans une nouvelle bande-annonce de son propre film !

Parce que les effets spéciaux sont dingues

Allez, j’arrête deux secondes de crier mon amour pour la femme derrière le film et la femme dedans, et je fais un petit zoom sur la véritable tuerie visuelle qu’est ce blockbuster.

La lumière est superbe et  les effets spéciaux sont à couper le souffle. Grâce à l’armée dont s’est entourée Patty Jenkins, Wonder Woman n’est pas juste un film de super héroïne, c’est aussi un spectacle époustouflant qui a su émerveiller les amateurs de blockbusters comme les plus pointus des cinéphiles.

En livrant un film soigné et impressionnant en terme de photo, Patty Jenkins a réussi à mettre tout le monde d’accord.

Un véritable exploit qui propulse le film au rang d’oeuvre la plus rentable jamais réalisée par une femme.

Parce que le film délivre un message pacifiste

Allez, je vais finir sur une note pleine de coeurs, de chatons et de licornes. Wonder Woman fait du bien au moral parce qu’il délivre un message de paix dans un monde où tout part un peu en sucette. Alors quand on a trop soupé de news déprimantes et quand on a trop maté Black Mirror, un message de paix et d’optimisme met du baume au cœur.

« Parce que la guerre c’est pas gentil quoi, merde ! »

À lire aussi : Les séances 100% féminines de Wonder Woman énervent des mecs (« pas du tout misogynes » hein)


Kalindi

Kalindi est la nouvelle cheffe de rubrique ciné/séries. Quand elle avait 7 ans, elle voulait être océanologue. A 8 ans, elle comprenait que pour cela, il fallait être bonne en maths. Du coup, elle a préféré se concentrer sur ses cours de théâtre pour devenir « actrice célèbre ». Aujourd’hui elle n’est ni actrice ni célèbre mais elle aime passionnément le cinéma.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • LovelyLexy
    LovelyLexy, Le 12 août 2017 à 2h04

    Gazpacho
    Spoiler: A propos de la fin du film
    Perso j'ai plus compris ça comme
    Spoiler

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!