Les voix les plus sexy du cinéma

À l'occasion de la sortie imminente de Her, le 19 mars au cinéma, revenons ensemble sur les voix les plus sexy du cinéma (avec, évidemment, Scarlett Johansson dedans) !

Les voix les plus sexy du cinéma

Cet article a été écrit dans le cadre d’un partenariat avec le film Her.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Dans très exactement sept jours sort Her, le tout nouveau film de Spike Jonze dans lequel un Joaquin Phoenix moustachu tombe amoureux d’une intelligence artificielle jouée par Scarlett Johansson.

L’actrice, que je croyais jusque là très sensuelle grâce à sa voix, à son allure, à sa bouche, le reste en réalité quand on ne garde que son organe vocal. Du coup, ça m’a fait penser à toutes ces voix que j’envie, et/ou qui pourraient presque me donner envie de faire valser mon soutien-gorge.

C’est un peu stupide de ma part d’avoir été surprise du pouvoir de la voix de Scarlett, alors que je suis tellement admirative des gens qui en ont une jolie – qu’elle soit apaisante, éraillée, fragile, forte, assurée, douce… Chaque voix m’évoque quelque chose de différent. Mais c’est l’occasion rêvée de revenir ensemble sur une liste non-exhaustive de quelques-unes des plus belles tessitures du cinéma.

Scarlett Johansson

Concentrons-nous en premier lieu sur l’une des actrices principales de Her : Scarlett Johansson. On ne la voit pas, on ne fait que l’entendre. Et cet unique aspect, au-delà du fait qu’il y a Joaquin Phoenix, sa moustache, une jolie lumière et Spike Jonze aux manettes, est selon moi une bonne raison d’aller voir le film !

Si je devais sortir une voix du lot de tous les êtres humains (en excluant les gens qui font partie de ma vie parce que leurs voix me paraîtront toujours être les plus mélodieuses de la Terre même quand ils ont des renvois en même temps), ce serait la sienne. Elle écrase tout le monde avec son timbre incroyable.

Il est un peu éraillé (juste ce qu’il faut pour qu’il laisse deviner sans trop en faire les fluctuations dans ses émotions), grave et espiègle à la fois. Pas une voix devenue rauque à cause de la cigarette (c’est peut-être le cas, j’en sais rien) ; on dirait simplement, selon l’avis de mes esgourdes, que cet éraillement-là est dû à une hésitation entre l’enfance et l’âge adulte très sexué. C’est vachement beau. Je pourrais l’écouter parler pendant mille ans et quelques, au moins.

Bon, et puis Relator a bien gonflé tout le monde il y a quatre ans à force de passer en boucle sur tous les médias, mais il faut bien avouer que sa voix en chanson (avec ou sans autotune) accompagnée de Pete Yorn glissait d’une manière délicieusement vintage le long du conduit auditif de la Terre entière :

Alan Rickman

On a déjà vachement parlé d’Alan Rickman, toi et moi. On a parlé de sa danse dingue avec Sharleen Spiteri, on a parlé de ses rôles sexy, de lui jeune, de lui moins jeune, de lui avec un col roulé, de lui sans col roulé.

On a aussi parlé de sa voix si belle et grave. Elle vient carrément de la gorge mais sans la racler, elle est simplement grave et claire. Il y a ce timbre fou, donc, mais pas seulement. En plus de sa voix vient un autre package ayant pour conséquence l’amour éternel des oreilles du monde entier.

Petit un, l’accent. De mémoire d’être humain, je n’ai jamais croisé un-e seul-e non-britton-ne qui m’a dit « boh, moi, l’accent anglais ça me fait rien mais alors rien du tout ».

Petit deux, son manque d’articulation qui n’altère pourtant pas la compréhension de ses phrases. Quelle magie. C’est de la sorcellerie. Ou de la ventriloquerie :

Si mais j’te jure là il a parlé le mec.

Enfin bon, voilà Alan, je lance l’idée comme ça l’air de rien mais si toi et moi on pouvait se retrouver vite fait pour que tu fasses mon message de répondeur ça serait vraiment sympa de ta part.

Audrey Fleurot

Je saurais pas vraiment comment qualifier la voix d’Audrey Fleurot, je sais juste que je la trouve particulièrement jolie. Tout comme celle de Scarlett, elle dégage plein de trucs différents, sauf qu’en français et avec un ton beaucoup moins grave. Forcément, en bonne traître à la patrie que je suis, j’aime un peu moins parce que rien ne me ravit plus l’oreille que d’entendre parler anglais, mais c’est déjà un gros level d’amour qui sort de mes tympans quand j’entends Audrey parler.

Le son qui sort de sa bouche est à la fois légèrement nasillard, chaleureux et froid, irritant ou apaisant (pas EXACTEMENT tout ça à la fois sinon c’est schizophrénie temporaire pour tout le monde). C’est le genre de voix qui m’évoque les filles à la fois cool et dans le cliché de la femme fatale, un peu « personnage de film français à l’ancienne », quoi.

Alec Baldwin

Il y a quelques mois de cela, je me faisais l’intégrale de 30 Rock en grosso modo deux semaines. Mon moment préféré, c’est quand, après une soirée calme et posée à regarder dix épisodes d’affilée, je m’en lançais une fois sous ma couette — un que j’avais déjà vu, parce que je savais que j’allais finir par m’endormir et éteindre l’ordi avant la fin.

Ça me faisait beaucoup de bien comme rituel, déjà parce que j’aime cette série plus que ma vie les chips, mais surtout parce que ça me berçait. Et au bout d’un moment, j’ai fini par comprendre : ce qui me berçait, ce n’était pas mon admiration sans faille pour Tina Fey, qui, je l’espérais, m’aurait amené à devenir elle dans mes rêves pour me réveiller au matin conquérante et heureuse. Ce qui me berçait, c’était la voix d’Alec Baldwin. 

Elle. Est. Parfaite.

Surtout quand il est calme et qu’il explique quelque chose et qu’il termine son monologue avec tellement peu de décibels qu’on dirait qu’il parle dans un souffle. Un souffle chaud et rassurant. Comme une couette spéciale hiver anti-acarien.

Du coup, quand je sens poindre l’angoisse en pleine nuit, je me repasse un de ses films et ça va mieux.

Nabilla-du-futur

Je suis DÉSOLÉE, je sais qu’on compte des détracteurs de Nabillouche ici-même et ailleurs encore, mais l’actrice la chanteuse la madame la personne a tout de même une des plus jolies voix, selon moi, du monde francophone. Et ça tombe plutôt bien parce que vu qu’on nous a fait écouter ses citations à longueur de journée l’année dernière, bon, ça a un peu fait passer la pilule qu’elle s’exprime d’une façon aussi douce et posée.

Certes, elle ne fait pas encore de cinéma. Mais je suis à peu près certaine que ça ne devrait pas tarder. Je la vois parfaitement dans le rôle d’une lycéenne sur qui tout le monde se méprend parce qu’elle a un physique de bimbo et qui se révèle bien loin de l’image de peste qu’elle se donne. À la fin, elle dévoilerait sa personnalité profonde et finirait pas tomber amoureuse de Kev Adams. Si un producteur passe dans le coin et qu’il est intéressé par mon bref synopsis, qu’il n’hésite pas à se faire connaître, je dois avoir un bout du scénario sur un post-it.

Benedict Cumberbatch

C’est vrai, il faut bien l’avouer : Benedict Cumberbatch a la voix tellement grave qu’une tessiture plus basse et on passe dans le domaine des ultrasons à l’envers. Bon, ce n’est pas pour autant qu’il en devient un peu plus sexué à mes yeux (il est de toute façon tellement aimé dans le monde qu’il n’y aurait probablement pas de place pour moi), mais Mymy a dit :

« Il faut que tu mettes Cumberbatch dans ton article. C’est lui qui fait le dragon dans The Hobbit, et le dragon, je te jure qu’il en devient sexy. »

Ouh lala sexy baby quand tu veux je t’arrache ton bikini.

Bien alors je te laisse te faire ton opinion. Moi je retourne dans mon joyeux et paisible monde intérieur où les gens ne fantasment pas sur des créatures visqueuses qui crachent du feu.

Et toi, quelles sont tes voix préférées dans le monde du cinéma ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 66 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Lucoles
    Lucoles, Le 21 novembre 2015 à 13h16

    Puisqu'on parle de voix sexy, je me devais de partager l'une des voix que je trouve les plus HOT : Leonard Cohen (en particulier dans sa chanson "Slow")
    Alors certes, je m'éloigne un peu du topic "voix du cinéma" mais en terme de sexitude vocale, ce cher monsieur aurait de quoi faire frétiller quelques hormones.

Lire l'intégralité des 66 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)