Main courante déposée pour un viol entre enfants de 4 ans

Une main courante a été déposée à Paris : une fillette de 4 ans aurait été victime de viol en réunion par plusieurs de ses camarades, dans la cour de récré de son école.

Main courante déposée pour un viol entre enfants de 4 ans

Une main courante a été deposée cette semaine à la mairie du XIIIe arrondissement de Paris.

L’objet : une fillette de 4 ans violée en réunion par des camarades du même âge dans une école parisienne au mois de septembre 2018.

La lecture de ces mots fait froid dans le dos, dérange, et pourtant ce n’est pas la première fois que des faits de ce type sont révélés.

Une fillette de 4 ans violée par ses camarades de classe

C’est le Parisien qui a révélé cette affaire de « viol en réunion » dont vient de se saisir la brigade des mineurs de Paris.

L’histoire de cette petite fille secoue l’opinion publique, choque et alarme toute la communauté scolaire, et nous rappelle que cette histoire est loin d’être un fait isolé.

Dans ce cas précis, la petite fille aurait été coincée par trois autres élèves sous une structure de jeu. Ils lui auraient retiré ses vêtements avant de pratiquer une « pénétration digitale ».

Le même type de faits aurait eu lieu à deux reprises au cours de l’année scolaire précédente, toujours selon le Parisien.

Il s’agirait donc là d’un acte groupé et répété, et c’est sur cet aspect qu’insiste la vice-présidente du Conseil national de protection de l’enfance, Michèle Créoff, dans une interview au Parisien :

« Ce type d’actes n’est pas fréquent, mais pas exceptionnel non plus. […] Là où il y a problème, c’est quand on a affaire à un phénomène de groupe, dans une forme de surenchère émotionnelle.

Il faut alors comprendre comment un groupe d’enfants, aussi jeunes, peut en abuser un autre sans qu’il n’y ait eu de prise de conscience du milieu éducatif ou parental. »

Les agressions sexuelles entre enfants, un dossier à lire sur madmoiZelle.com

À la fin de l’année 2017, Esther Meunier publiait son enquête en sept parties pour mettre en lumière le tabou des agressions sexuelles entre enfants. Et à la révélation de cette enquête, il est plus que jamais temps de le relire.

Ce dossier faisait suite à un appel à témoins qu’Esther avait lancé après avoir publié un premier témoignage d’agression sexuelle dans l’enfance, et qui avait amené des dizaines de réponses.

70 témoignages en seulement quelques jours, un taux de participation qu’elle avait très rarement atteint avec un appel à témoins. Signe que l’ampleur du phénomène est réelle, et non pas anecdotique.

Le dossier se compose donc en sept articles, qui sont sept témoignages accompagnés d’éclairages d’expertes pour proposer des pistes de réflexion et des solutions sur les sujet des agressions sexuelles entre enfants.

Tu trouveras également en bas de l’édito d’Esther le sommaire des sept articles que contient ce dossier, que je te remets ci-dessous :

À lire aussi : L’éducation à la sexualité dès la maternelle ? Le Défenseur des Droits dit oui !

Galveston, en salles le 10 octobre, présenté par Kalindi !

Commentaires
  • Aziri
    Aziri, Le 15 octobre 2018 à 11h36

    @Oceane : Juste pour la précision juridique, une main courante et un dépôt de plainte sont deux procédures différentes.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!