Les meilleurs moments d’« Un, dos, tres » selon la rédac (instant nostalgie)

Par  |  | 50 Commentaires

Un, dos, tres, une des séries phares des années 2000 a fait vibrer la rédac : retour sur nos moments préférés !

Les meilleurs moments d’« Un, dos, tres » selon la rédac (instant nostalgie)

Publié initialement le 17 mars 2016

Si vous aussi vous avez été ado pendant le début des années 2000, vous connaissez probablement la série Un, dos, tres. Peut-être même que vous la regardiez ! L’autre jour à la rédac on s’est mises à pas mal en parler… tellement que ça a un peu atteint notre productivité.

À lire aussi : Un, Dos, Tres, ou le kitsch à l’espagnole

Du coup, Mymy nous a dit « Vous avez un but un rêve vous voulez la gloire eh bien ça se paie et ça se paie en une seule monnaie chez moi : de la sueur ». Non pas du tout ça c’est le générique d’intro de Fame. Elle nous a juste conseillé d’en faire un article.

Alors j’ai foncé, parce que en matière de Un, dos, tres j’ai pas mal roulé ma bosse.

Les personnages d’Un, dos, tres

On pourrait en parler des heures, les personnages : on a tou•tes nos chouchous, sans eux pas moyen d’avoir des intrigues de ouf.

J’ai pu observer un petit fan-club autour d’une personne en particulier : Adela, la prof de danse classique au passé sombre. Perso c’est ma préférée, ma vie, mon étoile, la plus cool et badass de toute la bande de profs ! Sa petite soeur, Marta, était mon autre meuf sûre.

D’ailleurs j’ai jamais compris comment Cristobal a pu la remplacer par Diana. C’est comme si tu troquais tes chaussons confortables pour des planches de clous rouillés.

big-amour-pas-pour-moi

Gros plébiscite aussi autour de Carmen Arranz, la directrice de l’école qui avait une sacrée classe et n’hésitait pas à aller chercher Adela dans son strip-club par la peau des fesses. Le doublage français lui donnait une prononciation impeccable et délicieuse à imiter en société.

Et puis évidemment il y avait sa coupe toujours parfaite qui lui donnait un aspect grand-mère-classe-et-riche-qui-pourrait-être-reine, comme dans Princesse malgré elle !

À lire aussi : « Princesse malgré elle » aura bien un troisième volet avec Anne Hathaway !

Bien sûr, les personnages qui viennent immédiatement en tête quand on parle d’Un, dos, tres, c’est Pedro et Lola. Lola, préférée des filles de ma classe en troisième, est d’ailleurs celle que Juliette notre rédac mode déteste le plus de la série puisque lorsqu’on lui a demandé quel était son moment préféré, elle a sobrement répondu :

« Tous ceux où Lola n’apparaît pas. »

Et comme je la comprends. Ça me fait pareil avec Diana.

lola-un-dos-tres-pleure

Lola est deg de pas être pote avec Juliette.

Déjà pour être amoureuse de Pedro, la petite devait avoir un éclat plus gros qu’une pièce de deux euros dans la tête car j’aimerais rappeler à tout un chacun le pantalon couleur chair du gars qui lui donnait un côté très chevalin. Ajoutez à ça son sourire bien trop forcé laissant paraître TOUTES SES DENTS et y’a plus qu’à se mettre en selle hein comme on dit !

un-dos-tres-pedro

YIIIHAA

Passons à Silvia, Ingrid et Roberto… À l’époque, toutes les filles de ma classe voulaient ken Roberto et ressembler à Lola. Perso je voulais ken Horacio et ressembler à Silvia. Ça tombe bien, à un moment ils étaient en couple ! Comme tout le monde dans la série, faut dire. Parce que Un, dos, tres c’était pas que de la danse et de la musique, oh non, c’était du cul du cul du cul !

À lire aussi : Les 10 WTF mode des années 2000

Les couples d’Un, dos, tres

C’est pas compliqué : y avait une tension sexuelle entre TOUT LE MONDE. Y aurait eu Fernandel dans l’école, même lui il aurait pu choper tellement c’était open bar sur le string dans les vestiaires. En fait, les chambres étaient censées être séparées… mais pas les trucs pour se changer ou les salles de bain.

SUPER LOGIQUE CARMEN ARRANZ, bravo de jouer les effarouchées et les Josie Pasaucourant après quand toute l’école sent la capote.

lola-silvua

Hello les gars

Ça chafouinait entre les profs et les élèves, puisque rappelons-le, Ingrid a fait la bête à deux dos avec Juan et Cristobald tout comme Adela avec Pedro ou Silvia et Roberto. Y a eu tellement d’histoires d’amour que chacun•e a sa préférée !

À lire aussi : Les reprises musicales pour se lever de bonne humeur

Tout le monde a encore en tête l’épisode de la première fois de Lola à Londres, qui était quand même vachement moins ouverte d’esprit quand son père sortait avec une prostituée.

Mention spéciale à la première fois de Lola et Pedro, digne d’un clip de Madonna.

Ces embrouilles de couple ont donné lieu à certains des meilleurs moments de la série tels que Diana qui essaie de faire virer Ingrid parce qu’elle est en couple avec Juan, Silvia qui accompagne Pedro chez lui quand son père est perdu en mer ou encore Lola, Jero et Pedro qui se retrouvent ensemble à Londres. Tout un imbroglio, mes aïeux.

Le plus dingo, c’est quand Juan accepte d’être le père du bébé de Diana la peste (son ex) alors qu’il est en couple avec Ingrid : après plusieurs années de relation compliquée notamment à cause de la prof de danse moderne, le mec accepte d’être le daron de son lardon ! Niveau diplomatie on a vu plus subtil, on est d’accord.

Les intrigues d’Un, dos, tres

Dans la série, y a deux types d’intrigues.

  • Les trucs graves genre Adela qui sombre dans l’alcool ou le père de Lola qui essaie de se suicider en roulant à contresens car le mec est HARDCORE.
  • Et puis les trucs moins graves genre Roberto qui file du laxatif à Pedro pour gagner une audition ou bien, l’un des moments favoris de Jean-Monique :

« Quand Cristobald s’entraîne à jouir dans les chiottes pour un rôle dans un film et que quelqu’un l’entend »

Les petites intrigues pas graves, c’est mon truc préféré : c’est ce qui donne tout son piquant à la série. On se souviendra encore dans 20 ans (non) du mec qui avait essayé de s’incruster dans l’école en engageant un danseur pro qui était son sosie mais qui s’était blessé au cours d’Adela, manquant de faire renvoyer cette dernière.

un-dos-tres-lola-couettes

Lola quand elle savait pas encore que son père sortait avec une prostituée

Et puis bien sûr, il y a toutes les mesquineries et les moments de gêne de Diana qui vire une élève dont elle est jalouse, pique la place d’une autre dans une comédie musicale, arrive dans la même tenue (une robe qui ressemble à un dessus-de-lit hôtel Ibis) qu’Ingrid à une soirée ou qui démasque le passé de sa collègue et le fait comprendre subtilement, au hasard d’une douche, en balançant :

« Quand on est une putain on le reste toute sa vie, pas vrai Adela ? »

Jean-Monique m’a aussi rappelé à quel point les embrouilles avec les parents étaient communes, que ce soit Pedro qui se fait surprendre par son père en plein strip-tease, Lola qui se mêle des affaires de bite de son daron ou Roberto qui pose nu pour des grands-mères et découvre que sa mère est à la séance. On est sur du LOURD.

À lire aussi : Quizz : les grands tubes de 2000 à 2005

Et puis il y avait les gros trucs, genre Horacio qui arnaque Carmen en se faisant passer pour le fils de son premier amour, l’école qui se retrouve à être dirigée par Alicia et Mariano ou Adela menacée d’être renvoyée quand on découvre son passé de strip-teaseuse.

horacio-un-dos-tres

Horacio transpire le cul

Ces histoires-là, c’est ce qui faisait que tous les soirs en rentrant de cours, on se mettait devant M6 dans l’espoir que Carmen se soit remise de sa chute de l’échelle, que Pedro retrouve son père en mer et que Lola lui dise enfin ce qu’elle ressent pour lui.

Je pourrais écrire un article sur chaque couple, chaque intrigue, chaque « chorégraphie improvisée » où tout le monde danse le même truc… mais ça prendrait pas mal de temps. Et vous, c’est quoi les moments qui vous ont le plus marqué•es dans Un, dos, tres


Margaux Palace

Prêtresse de la cuisine : comme dans les cités d'or mais avec du fromage. Ses cheveux sentent le chocolat et ses doigts l'échalote, mais elle mélange pas les deux ça va on est pas des bêtes.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • MorganeGirly
    MorganeGirly, Le 14 mai 2017 à 17h55

    Cet article me rappelle que je mise toujours sur le mauvais cheval en matière de couple de séries :yawn: Le truc qui m'a le plus fascinée et marquée de Un, Dos, Tres c'est la relation entre Silvia et Pedro au début de la série. Je les shippais à mort, c'était mon couple idéal mais je crois que la série avait prévu dès le début de faire cette intrigue juste pour ralentir le moment où Pedro sortirait avec Lola. Et du coup, d'un seul coup yavait plus aucune tension amoureuse entre Silvia et Pedro et j'ai continué longtemps à regarder dans le simple espoir qu'ils se remettent ensemble :yawn: Puis quand j'ai compris que c'était définitivement mort, j'ai arrêté de regarder.
    J'adorais la série donc je regardais pas juste pour ça mais ce potentiel couple c'était l'ingrédient qui faisait que j'étais complètement addict. Quand j'ai compris qu'il n'y aurait plus cet élément, ben ça ne me fascinait plus autant.
    Je crois aussi que Silvia me fascinait parce que c'était comme si on avait Peneloppe Cruz mais en mode girl-next-door plutôt que star d'Hollywood :hesite:

    Et du coup, je me rends compte que je suis vraiment la meuf perpétuellement malheureuse dans les couples qu'elle shippe :yawn: Par exemple, à la même époque à peu près, j'étais fascinée par la relation Pacey/Andy dans Dawson, et je me suis jamais remise de la fin de ce couple qui n'a pas l'air d'avoir marqué grand-monde à part moi :rire:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!