L’avortement vu par The Walking Dead

L'avortement est une question délicate qui est souvent prise avec quatre paires de pincettes dans les médias américains. Un épisode de la saison 2 de The Walking Dead a relancé le débat après une grosse bourde scénaristique.

L’avortement vu par The Walking Dead

Alors avant toute chose, grosse grosse GROSSE alerte spoilers pour la saison 2 de The Walking Dead. Je ne voudrais pas foutre en l’air votre suspense si vous n’en êtes pas encore arrivées là, donc faites bien attention, je vais spoiler à fond les ballons à partir de…

…maintenant.

L’avortement est une question relativement délicate, notamment aux États-Unis où les plannings familiaux sont menacés et régulièrement attaqués, où il est encore question de faire passer des lois qui autorisent l’execution des médecins qui pratiquent l’avortement, et où les « pro-life » sont extrêmement nombreux (et particulièrement virulents). Alors quand il faut aborder le sujet dans un film ou une série, il est très rare de voir un personnage avoir recours à un avortement. La possibilité sera évoquée, mais dans la majorité des cas, l’enfant finira par naître – il sera ensuite gardé ou adopté par une autre famille.

Mais avant même de traiter la question directe de l’avortement, il y a la question du choix. Lorsque l’héroïne apprend qu’elle est enceinte et commence à considérer les options qui s’offrent à elle – avorter ? le garder ? C’est pas toujours évident de faire un choix, surtout quand ça se passe dans l’univers post-apocalyptique infesté de zombies de The Walking Dead.

The Walking Dead est une série diffusée sur la chaîne américaine AMC et adaptée de la B.D. du même nom, qui suit la progression d’une bande de survivants dans un monde dévasté par les morts-vivants. Ceux qui s’attendaient à du poutrage de zombie en série avec des crânes qui éclatent et des viscères qui volent ont été bien déçus. En effet, la série se concentre beaucoup plus sur l’aspect psychologique des personnages, sur leurs soucis du quotidien, leur survie, et leur quête d’un monde meilleur – beaucoup moins sur le dézinguage de morts-vivants.

L’une des intrigues de la saison 2, et là je le répète attention GROS SPOILER DELUXE MAXI BEST-OF, c’est la grossesse accidentelle de Lori. Alors, comment réagit-elle lorsqu’elle apprend qu’elle est enceinte dans ce monde infesté de gens morts qui mangent les gens vivants ? Forcément, la question de l’avortement se pose. Elle ne sait pas si elle veut garder cet enfant et passe un moment à peser le pour et le contre, avant d’envoyer Glenn faire quelques courses pour elle en ville. Que lui demande-t-elle d’acheter pour régler son « problème » ?

La pilule du lendemain.

Glenn revient donc avec quelques plaquettes de pilules du lendemain (c’est écrit en gros sur l’emballage, comme dans la vraie vie évidemment, « MORNING AFTER PILL ») sous forme de grosses gélules rouges et bleues (pour rappel, la pilule du lendemain ressemble plutôt à ça). Après avoir pesé le pour et le contre en pleurant et en s’arrachant les cheveux dans son coin, Lori finit par avaler une poignée de pilules du lendemain pour mettre fin à sa grossesse.

Alors, éclaircissons un petit point tout de suite : la pilule du lendemain ne provoque pas d’avortement. Même quand on en prend une poignée. Tout ce que ça réussira à faire, c’est vous rendre malade et vous faire très mal au bide. Et penser à prendre la pilule du lendemain quand on est manifestement enceinte depuis bien plus de 72 heures (probablement plusieurs semaines) c’est totalement crétin.

Lori finit par vomir les gélules après avoir changé d’avis – ce qui veut dire qu’elle envisage de fuir les zombies avec son premier fils près d’elle et son gros bide devant, puis avec un nouveau né dans les bras, puis un enfant en bas âge, jusqu’à ce qu’il soit capable de courir seul. Si même dans un monde post-apocalyptique envahi par les morts-vivants les scénaristes refusent de laisser une femme avorter, on est pas dans la merde. Alors, qu’elle ait du mal à se faire à l’idée, que l’avortement ne soit pas sa tasse de thé et qu’elle ait envie de cet enfant, c’est une chose. Mais ça laisse sous-entendre qu’il est de bon ton de garder son gosse en toute circonstance.

Beaucoup s’interrogent alors. Est-ce que la série tente de faire passer un message pro-life ? Est-ce que c’est uniquement pour les besoins du scénario, pour mettre un peu de piquant dans l’aventure et compliquer un peu plus la vie des personnages ? Est-ce qu’il s’agit d’un acte totalement irréfléchi ?

Quoiqu’il en soit, le message transmis reste profondément irresponsable. Les filles qui n’ont pas ou trop peu d’informations concernant la pilule du lendemain et les différents moyens de contraceptions existant risquent de croire à la fonction « avortement express » de la pilule du lendemain. On a du mal à imaginer que cette énorme erreur scénaristique n’ait pu être relevée par aucun membre de l’équipe derrière The Walking Dead. Il a fallu que l’épisode soit diffusé pour que la levée de boucliers s’opère.

Avant même de se poser la question du positionnement des scénaristes concernant l’avortement, il est important de souligner l’irresponsabilité totale dont ils ont fait preuve. Soit ils ne savent vraiment pas comment la pilule du lendemain fonctionne, soit ils se sont dit qu’on était tous trop cons pour le savoir et que ça passerait tout seul. Il suffit de googler « The Walking Dead abortion » pour se rendre compte que les téléspectateurs sont loin d’être totalement ignorants sur la question.

Il existe bien une pilule abortive, qui porte le doux nom de RU-486 et qui n’est dispensée que sous contrôle médical strict. Elle n’est pas vendue en pharmacie sous le nom de « pilule du lendemain ». Merde, c’est pourtant bien clair, ça s’appelle pas la pilule du lendemain juste pour faire joli.

Mais non, dans l’univers de The Walking Dead, c’est une pilule magique qui te débarrasse de ton foetus comme par magie en deux gorgées. Rappelons au passage que Lori était prête à laisser son fils Carl mourir quelques épisodes plus tôt pour lui éviter une vie de merde dans un monde de merde, jusqu’à ce que Rick parvienne à la raisonner. Mais refaire un gosse dans un monde tout aussi pourrave, ça, ça s’gère, c’est pas bien grave.

Y a encore de la route à faire.

EDIT : les producteurs se sont exprimés sur le sujet, et nous ont rassurés sur un point : ils sont, tous comme les scénaristes, bien au courant que la pilule du lendemain ne provoque ni avortement ni fausse couche. Ils ont simplement laissé leur créativité s’exprimer, et ne souhaitent faire passer aucun message pro-life ou pro-choice. Ils espèrent également que les gens ne font pas de l’univers imaginaire de The Walking Dead une source de conseils médicaux. (source : Bloody Disgusting)

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 28 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Merrighan
    Merrighan, Le 30 mai 2012 à 21h30

    J'avais juste envie de dire que.....

    Spoiler

Lire l'intégralité des 28 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)