The Lords of Salem : Rob Zombie tient ses promesses

The Lords of Salem est le nouveau film du réalisateur culte Rob Zombie. À quoi doit-on s'attendre ? Va-t-on frissonner, hurler, se cacher les yeux ? Lucie vous raconte !

The Lords of Salem : Rob Zombie tient ses promesses

Si Halloween (le film) m’a laissé un amer goût de déception dans la bouche, La Maison des 1000 Morts et The Devil’s Reject m’avaient bien emballée – raison pour laquelle je les regarde à chaque Halloween (la fête) (chacun ses traditions). Alors quand j’ai su que Rob Zombie nous préparait un nouveau film, j’ai suivi l’actualité jusqu’à avoir des étoiles dans les yeux devant la bande-annonce.

The Lords of Salem fait beaucoup de promesses. Mais les a-t-il tenues ?

Oui. Et haut la main. Qualité visuelle, sonore (John 5 au son, ça se tient), et scénaristique : The Lords of Salem valait la peine d’attendre et de saliver. La base est somme toute plutôt banale : histoire de malédiction, de sorcière, de Satan, rien de bien folichon, et pourtant Rob Zombie nous offre un film d’une grande maîtrise esthétique, qui tient en haleine jusqu’au final, et surtout, qui étouffe bien comme il faut.

Si son grain de folie, vu dans La Maison des 1000 Morts et The Devil’s Reject, n’est pas présent, son côté malsain est très exploité ici. Un peu trop ? Non, juste ce qu’il faut. Le leitmotiv musical qui annonce le retour des sorcières devient insupportable à mesure que l’intrigue avance. Dès la première écoute il ne met pas à l’aise ; Heidi (Sheri Moon Zombie) en fera d’ailleurs les frais.

Personnage principal dont le quotidien va basculer dans le morbide, Heidi est une jeune femme DJ pour la station de radio WIQZ Salem Rocks ; elle vit seule avec son chien dans un appartement superbement décoré, et elle s’entend apparemment à merveille avec sa propriétaire (on comprendra pourquoi…). Sa vie est donc plutôt tranquille, malgré un ancien problème lié aux drogues dont elle semble s’occuper. Mais un jour, Heidi reçoit un vinyle dans une boîte en bois, sans explication. Ce vinyle sera le fameux morceau avec lequel tout s’écroule pour elle.

Sheri Moon Zombie n’est ni une actrice transcendante, ni une actrice médiocre : elle s’en sort dans les rôles qui lui sont donnés… mais ici, il est impossible d’imaginer quelqu’un d’autre. Heidi était faite pour elle. Elle est Heidi. Le fait qu’elle s’en sorte ou non est libre d’interprétation, selon le point de vue qu’on adopte face au final. Son destin est tout tracé, elle n’a pas d’autre choix que cette (douloureuse) fatalité. Le spectateur l’accompagne, impuissant, comprend les pièces de ce puzzle macabre à cause duquel Heidi se désincarne, se fane.

The Lords of Salem est l’oeuvre d’un esprit grandement dérangé, celui de Rob Zombie, et c’est bien pour ça qu’on l’aime. L’intrigue me fait indéniablement penser à Rosemary’s Baby (de Roman Polanski) qui avait marqué les esprits à son époque et qui reste un très bon film. Rob Zombie en a fait une version plus extrême, poussée jusqu’au bout.

Mais là où The Lords of Salem tape fort, ce n’est pas dans le récit, mais bien dans son graphisme. La qualité des plans est indéniable. Il est regrettable de ne pas le visionner dans une salle de cinéma, où son atmosphère dérangeante n’en serait que décuplée. Les décors laissent sans voix, divinement (ou diaboliquement) accompagnés par le Requiem de Mozart, qu’il est désormais difficile d’écouter sans avoir des frissons.

Ce n’est pas le film parfait, mais on lui pardonne facilement ses défauts. La théâtralité des dialogues et de certaines mises en scène peut être risible, mais Rob Zombie s’est fait plaisir, il a passé un bon moment, et nous le fait partager. Cela dit, The Lords of Salem ne peut être apprécié de tous, les critiques en témoignent d’ailleurs : il ne fait pas l’unanimité. C’est une oeuvre étrange, réaliste et cauchemardesque. Meg Foster (Psycho Killer, Vengeance Aveugle, Leviathan) est à saluer par sa prestation réellement effrayante, tout comme la ou les personnes s’occupant du maquillage, qui l’ont transformée en une sorcière dont la prestance, la voix, glacent le sang.?

The Lords of Salem ne fait pas peur à proprement parler, mais est plutôt angoissant, et terriblement pesant. Beaucoup de bons points pour Rob Zombie qui nous montre avec brio de quoi il est capable !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Biche Please
    Biche Please, Le 30 mai 2013 à 19h15

    Je suis du même avis que zola ...
    Je me suis beaucoup ennuyé, j'ai pas du tout trouvé ça effrayant j'avais juste hâte que ça se finisse (en effet c'est oppressant mais pas dans le bon sens du terme)

    En revanche je trouve que esthétiquement parlant, c'est pas mal mais les "monstres"... je dis NON, ça fait vraiment cheap à mon goût SURTOUT LE "TRUC" QU'ENFANTE HEIDI (non pas que les effets spéciaux en images de synthèses soient mieux , LOIN DE LA).

    Enfin bref, je dirais que ce qu'il m'a le plus dérangé c'est le manque d'action, de suspense et je trouve que le scénario n'est pas assez aboutit, il manque un truc.

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)