Mon nez, cet ancien complexe qui est devenu une force

Par  |  | 9 Commentaires

Dans le Corps à cœur Cœur à corps de cette semaine, c'est Kalindi, qui te raconte, avec sa verve habituelle, comment elle a surpassé son complexe et en a fait une arme. NEZ PAS PEUR (pardon pour cette blague nulle)

temoignage-complexe-nez-femme© Léa Castor

Coucou vous !

Le Corps à coeur Coeur à corps de cette semaine est écrit par ma chère et tendre collègue, j’ai nommé tata Kalindoche.

J’avoue, j’ai un peu insisté pour qu’elle vous partage son histoire car c’est une personne qui me fait rire et m’apporte de l’amour au quotidien, alors, autant vous en faire profiter !

Corps à cœur, cœur à corps

Si tu n’as pas suivi, il s’agit d’une série de témoignages illustrés, mettant en avant des personnes qui ont décidé d’avoir un regard plus positif vis-à-vis de leurs complexes physiques.

Il ne s’agit pas de se sentir bien À TOUT PRIX (ça suffit les injonctions, oh !) ou de dire qu’il y a des complexes plus importants que d’autres, mais d’observer les chemins que prennent différentes personnes pour se sentir plus en paix avec elles-mêmes.

Tous les corps sont différents, ça te dit de les célébrer avec moi chaque semaine ?

Les illustrations sont faites par mes petites mains et à partir de photos envoyées en même temps que le texte. J’en reçois plusieurs et je choisis celle qui m’inspire le plus.

Donc, sans plus attendre, le témoignage de cette semaine.

Yo, yo, yo !

C’est Kalindi. D’habitude, tu me lis sur les rubriques cinéma et séries de madmoiZelle. Mais depuis quelques semaines, Léa Castor s’est lancée dans un nouveau projet, qui m’a fait les yeux doux.

Faire parler des meufs de leurs anciens complexes. Ceux à qui elles ont mis un coup dans les parties. Et puis les dessiner, aussi.

Une sorte de thérapie en quelques lignes et en quelques coups de pinceaux.

Alors j’ai eu envie d’abandonner mes rubriques quelques heures, pour te raconter quelque chose qui n’a rien à voir avec les plans séquences, ni avec le catalogue Netflix actuel…

Mon tarin !
Je l’ai rencontré assez tard.
Les premières années de mon existence
ont été marquées par les envies de jeux,
l’amour de mes parents, et l’apprentissage.

Tout code physique était
exempt de ce modèle de vie.
Normal, quand on est un enfant,
on a autre chose à faire que
se regarder le trou de balle.

Mon apparence, je n’y prêtais pas attention.
Ce n’est qu’à l’âge de 7 ans, alors que j’étais
occupée à essayer de niquer tout le monde
à chat perché, qu’un type dont j’étais bien sûr
folle amoureuse, m’a balancé :
« Tu m’auras jamais, espèce de sorcière ! »

Je m’interrogeais.
Pourquoi me traitait-il de sorcière ?
Je n’avais pas de poireau, ni même de verrue.
Ça n’avait aucun sens.

Alors, comme une enfant, je lui ai demandé
pourquoi il me comparait à une bonne femme
moche, qui passe son temps
assise sur un balai.

Il m’a tout naturellement répondu :
« T’as un grand nez de sorcière. »

Ni une, ni deux, je suis allée checker
cette information dans les toilettes des filles.
Pour la première fois de ma vie,
je me suis regardée de profil.

Et là, le choc : il avait raison !

J’avais un grand nez.
Mais sa longueur n’était pas le problème.
Ce qui clochait, c’était son bout.
Un machin cartilagineux qui tombait sur
ma bouche quand je souriais, et venait gâter
l’harmonie de mon visage.

J’avais l’air dur. Immédiatement,
je me trouvais non pas moche,
mais particulière.

Et je n’ai plus vu que ça. Pendant 11 ans.

Le temps a passé, et mon nez était un frein
à ma vie sentimentale. Lorsque je parlais
à un mec, je me grattais le nez,
ou le couvrais d’une écharpe,
pour qu’il ne puisse pas le voir.
Ce qui est ridicule car
il est AU MILIEU DE MA TRONCHE.

Difficile d’en faire abstraction.

Puis, j’ai eu une épiphanie.

Et si je le faisais refaire,
ce truc qui m’handicapait tant ?

À lire aussi : J’ai 20 ans et je me suis fait refaire les seins — Témoignage

Idée lumineuse ! Je suis allée voir ma mère,
avec un plan d’attaque. J’en ferais des caisses,
et me mettrais à pleurer pour qu’elle ait pitié,
cède, et m’offre un nouveau nez
de star américaine.

J’avais 14 ans, et étais bonne oratrice.
J’arriverais à la convaincre.

Contre toute attente, je n’ai pas eu besoin
de recourir à mes capacités de dramaturge.

Elle a très bien et très vite compris ma requête.

À lire aussi : Ma maman, entre confiance, écoute et respect

Avec toute la douceur dont elle est capable,
elle m’a confié :

« Ne te laisse pas abattre par un complexe.
Cet attribut physique que tu détestes
aujourd’hui, tu l’adoreras peut-être
plus tard. Il te rend unique. »

Et d’ajouter :

« S’il te pourrit encore la vie quand tu auras
18 ans, je t’offrirai l’opération. Tu as 4 ans
pour réfléchir, et changer d’avis.
Et je suis persuadée que tu en changeras.
Tu verras… »

Les années ont passé, me rapprochant
toujours plus du but ultime :
me débarrasser de ce cap, cette péninsule.

À lire aussi : J’ai failli complexer sur mon nez, finalement je l’assume avec panache !

Partout, j’essuyais les moqueries.
De mes amis, qui le faisaient gentiment,
pour me taquiner, aux connards dans la rue,
qui venaient de se prendre
un râteau de ma part. Et puis
mes camarades de classe aussi.

Les enfants sont très imaginatifs.
Ainsi, j’ai été un goéland pour certains,
une mouette pour d’autres.

Une chose s’est alors mise à émerger
chez moi. Le rire.

Les goélands, ça avait l’air d’être des types drôles.
Et les mouettes sont moqueuses,
en plus d’être gaulées. En vrai,
ces animaux étaient cool et marrants.

Les blagues des autres avaient pour elles
de taper dans le mille.

Moi qui suis habile pour trouver des sosies
aux gens, je dois admettre
que ces ressemblances étaient bien trouvées.

Et tout doucement, les remarques des autres
ont commencé à me faire… hurler de rire !

À lire aussi : On a testé pour nous, la chaîne YouTube qui expérimente les tendances avec humour et énergie

Avec la légèreté, avec la prise de distance,
j’ai tout doucement commencé à décomplexer.

Putain, mais en fait c’était pas grave.
C’était juste un nez !
Un élément essentiel à ma vie, en cela
qu’il m’aidait à respirer.

Est-ce que c’est pas un peu truc sympa,
quand même, de respirer ?

Il me fallait le chérir au lieu
de le haïr, bon sang !

La réconciliation était amorcée.

Quand j’ai eu 18 ans, ma mère m’a posé
LA question, le soir même de mon anniversaire.
« Alors, que fait-on de ce nez ? »

J’ai souri. Elle a compris, elle a ri,
et nous n’en avons plus jamais reparlé.

Ce nez, c’était le mien ! C’était ma différence.
Celle qui faisait de moi une meuf unique.

Je m’acceptais enfin.
Quel plus beau cadeau pour mon anniversaire ?

Depuis, les moqueries n’ont jamais cessé.
Quelles soient tendres ou méchantes,
bienveillantes ou vexantes.

Mais je ne me suis plus jamais
laissée atteindre. Ce nez,
je l’aime maintenant.

Je le brandis comme un doigt d’honneur
tendu vers la connerie des autres.

Je m’en sers comme d’une arme
pour trier. Les abrutis à gauche,
tous les autres à droite.

Et les abrutis n’ont plus de poids désormais.
Je ne les écoute plus. Ou plutôt si,
mais j’offre un rire en réponse à leur bêtise.
Car ce complexe a forgé mon humour.

À lire aussi : Les femmes, l’humour, la drague… et moi

Ce nez fait la femme que je suis :
fière, déterminée, et audacieuse.

Quand un homme me parle,
je ne suis plus mal à l’aise.

Au contraire, je le défie du bout
de mon appendice gigantesque.

Je le défie d’oser se frotter au caractère
que j’ai forgé, à force d’encaisser
les remarques des autres.

Maintenant, ce sont les hommes
qui rougissent. Et j’adore ça !

Je n’ai jamais été aussi sexy.
Mon complexe est devenu une arme, une épée.

La pointe de mon nez tombe toujours
sur ma bouche, mais
n’a plus jamais abimé mon sourire.

Parce qu’enfin, aujourd’hui,
je suis heureuse d’être différente…

Et ceux qui sont pas contents,
eh ben, je les emmerde.

J’ai également demandé à Kalindi de faire un retour sur cette expérience : témoigner et voir son nez illustré. Voici sa réponse !

ALORS !
Je ne m’attendais pas à être aussi bluffée.
Honnêtement.

Je trouve toute la démarche de cet article
passionnante, parce qu’on a
un vrai échange toi et moi.

Entre mes mots et tes dessins,
on a créé un petit quelque chose à nous,
qui peut servir aux autres en plus,
et j’en suis hyper émue.

Je peux pas dire que ça a levé mon complexe.
Tout simplement parce qu’il s’est déjà
bien évaporé au fil des années,
comme je l’expliquais plus tôt.

En revanche, tu sais quoi ?
Je le trouve beau mon nez, à travers tes yeux,
et revisité par ton coup de pinceau.

Enfin, je le trouve beau tout court,
et plein de caractère avec sa bosse légère
et ses mille taches de rousseur.

Ce dessin, c’est moi.
Indéniablement.
On reconnaît tout, de mon regard
à ma lèvre supérieure qui tombe un peu,
comme si j’étais contrariée.
Ça me plait énormément.

J’ai envie que tu me dessines en entier,
que tu me fasses aimer
chacun des petits complexes que j’ai.
Tu veux bien, m’aider à m’aimer en entier, dis ?

Cet échange aurait pu s’arrêter là mais j’ai décidé de répondre à Kalindi  :

Pour être tout à fait honnête, quand j’ai reçu ton mail, j’ai pleuré. Je ne m’attendais pas à ça non plus.

Tu as a mis en lumière ce que j’essaye de créer à chaque rencontre, à chaque témoignage. Une correspondance, un univers créé à deux, bien plus doux que celui qui nous entoure. Et le sentiment de beauté que tu décris, je le ressens à chaque fois. Je me dis : cette personne est magnifique. Tu es magnifique.

À défaut de dessiner chacun de tes complexes, je te fais une place oversize dans mon cœur.

À lire aussi : Pourquoi mes amitiés féminines sont précieuses, alors que je les ai longtemps rejetées

Comment participer ?

Comment participer à Corps à cœur Cœur à corps ?

Toi, oui, toi qui as lu avec attention. Toi qui as envie de dire à ton corps que tu veux enterrer la hache de guerre. Que même s’il y a des jours avec et des jours sans, ça serait déjà un premier pas de partager ton expérience.

Bienvenue dans Corps à cœur Cœur à corps !

Concrètement, si tu veux participer, qu’est ce que je te demande ?

Le témoignage sera en 2 parties : un texte et une illustration.

  • Le texte, c’est toi qui l’écris : tu m’expliques ton rapport à ce(s) complexe(s), pourquoi tu as envie de changer de regard dessus, comment tu t’y prends…
  • Pour l’illustration, j’ai besoin de 5 photos de cette partie de ton corps et/ou de ton corps en entier.

Tu peux les prendre seul·e ou avec un·e proche; l’essentiel est que ça soit ton regard avant de devenir le mien. Ça peut être un exercice difficile, j’en ai conscience, donc je laisse le plus de liberté possible ! Mise en scène, spontanéité… c’est toi qui vois.

Je choisis la photo qui m’inspire le plus et j’en fais une illustration.

Envoie-moi ça à lea.castor[at]madmoizelle.com avec « Corps à cœur Cœur à corps » en objet du mail !

Pour suivre Léa Castor, rendez vous sur Instagram et Facebook !

7 surprises choisies par Elise, + de 35€ de valeur
18.90€ + livraison

Léa Castor

Graphiste - illustratrice chez madmoiZelle Castor voyageuse, j'ai décidé de poser mon sac-à-dos et ma palette d'aquarelle dans la madmoiZelle family pour un moment.

Tous ses articles

Commentaires
  • JAK-STAT
    JAK-STAT, Le 2 avril 2018 à 13h22

    C'est le nez le plus normal du monde :lol: le gosse qui t'avait fait une remarque dessus quand t'étais petite avait des problèmes de vue

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!