Cinq rongeurs beaucoup trop mignons pour être honnêtes

Les rongeurs, vous pensez que ça se limite aux rats ou à votre hamster trop nourri ? Que nenni mes ami•e•s ! En voici cinq, moins connus, qui menacent de remplacer les chatons mignons dans vos coeurs.

Cinq rongeurs beaucoup trop mignons pour être honnêtes

Initialement publié le 17 novembre 2015

Quand on dit « rongeurs », on pense généralement à la souris qu’on trouve en train de boulotter nos biscuits préférés, ou à ce rat qu’on a aperçu filer le long du toit voisin et qui nous a paralysé•e sur place.

rongeurs-mignons-souris-gif

Ciel ! Une souris !

En ce qui me concerne, je trouve les petites souris très mignonnes (du moment qu’elles ne me font pas pipi dans la main) (true story), et beaucoup de gens ont des rats comme animaux de compagnie. Mais ce n’est hélas toujours pas assez pour redorer le blason du rongeur, qui arrive loin derrière les chatons jolis, les chiots tout contents, ou les hérissons fifous. C’est pourquoi j’ai décidé de déterrer mon gros bestiaire de sous mes slips mes livres de géopolitique, pour en sortir quelques rongeurs poilus susceptibles de faire grimper la côte de popularité de leurs congénères.

À lire aussi : Ces animaux méconnus qui ont une bonne tête (et bien plus encore)

Et j’ai trouvé du mignon. Du très mignon. À base de petites bouilles poilues, de petites queues touffues, de petites papattes dodues… Bref, des bou-boules de poils qui feraient perdre son sérieux aux plus éminent des éthologues. Des rongeurs terriblement dangereux. (Ou presque.)

Le polatouche de Sibérie, l’écureuil aux grands yeux (louches)

Une fois n’est pas coutume, on commence d’entrée par la star indéniable de cette sélection. J’ai nommé : le polatouche de Sibérie, alias l’écureuil volant diablement adorable. Je vous jure, une bouille pareille, ça tient de la provocation. Comment nos petits coeurs sont-ils supposés faire face à cette irrésistible envie de câliner une bestiole farouche et capable d’effectuer des vols planés de 40 cm ?!

rongeurs-mignons-polatouche-1

©Pop Shiretoko

Sans compter qu’il ne fait pas le moindre effort pour se rendre plus accessible. La polatouche, dont le nom est en soi assez formidable, est un écureuil volant un peu à part, que l’on retrouve dans les forêts profondes du nord de l’Europe, notamment la Sibérie et le nord du Japon. Si le rongeur ressemble à une peluche d’une quinzaine de centimètres de haut, elle vit sa vie la nuit sans trop se faire remarquer. D’ailleurs, si elle n’hiberne officiellement pas, elle peut quand même passer plusieurs jours (et nuits) d’affilée à roupiller avant d’affronter le vent sibérien.

Et le reste du temps, pour se réchauffer, le polatouche saute :

Ne vous fiez donc pas à l’adorable frimousse que le rongeur arbore tandis qu’elle grignote ses graines : grâce à sa membrane spéciale, qu’on appelle le patagium, elle peut vous larguer là en deux temps trois mouvements pour faire un vol plané jusqu’à l’arbre en face.

rongeurs-mignons-polatouche-2

©Pop Shiretoko

Vous voilà prévenu•e•s.

Le pika, une bonne bouille (suspecte)

Pour ce deuxième argument en faveur des rongeurs, j’avoue que je tape un peu à côté. Eh non, la boule de poils que l’on appelle un pika n’est pas tout à fait un rongeur, et appartient plutôt à la famille des lagomorphes, au même titre que ses cousins les lapins. Tristesse, trahison et cruelle désillusion : le pika est plus proche du lièvre que de la souris.

À lire aussi : Des bébés lapins immortalisés chaque jour pendant un mois

Mais qu’à cela ne tienne ! Munie de mon extrême mauvaise foi, je m’apprête à faire fi des conventions et estimer publiquement, au moins le temps de cet article, que « bon, rongeurs, lapins, ça ronge des carottes donc c’est pareil, hein ». Nous allons donc pouvoir continuer à parler du pika — qui, contrairement à ce que son nom semble indiquer, n’a rien à voir avec un certain Pokémon.

rongeurs-mignons-pika-2

Le pika ressemble à un vague croisement entre un lapin nain et une souris géante, en mode petite boule bien ronde et regard vif. Pour avoir une chance de l’apercevoir, il faut en général aller voir sous les tas de pierres en Amérique du Nord, ou dans des régions encore plus froides de la Sibérie (preuve s’il en fallait encore que ce pays est digne d’intérêt)… Même s’il est plus probable que vous l’entendrez plus que vous ne le verrez.

Non, le pika ne crie toujours pas « pika-pika ! », mais il siffle, un peu comme une marmotte communique avec les siens pour avertir d’un danger, ou signaler un bon coin à graines. Vous avouerez qu’une telle préparation réduit sacrément vos chances.

rongeurs-mignons-pika-1

Soyez pas tristes — via National Wildlife

Et inutile de faire le pied de grue devant un tas de cailloux. Le pika peut vivre jusqu’à sept ans, et passe son temps à collecter de la nourriture sans jamais hiberner. Vous vous lasserez avant lui…

Le tamia, un Tic ou un Tac (un peu trouble)

Bon, d’accord, retournons aux rongeurs. Mais c’est presque pareil, hein, pfff. Puisque c’est ça, je dégaine mon arme fatale : prenez donc une attaque de tamia, alias chipmunk en anglais, dans la face. C’est très efficace.

rongeurs-mignons-tamia-2

Eh oui, le tamia, c’est le même animal que les fameux Tic et Tac, les petits écureuils aussi insupportables que mignons qui mènent la vie dure à ce pauvre Donald. Si vous aussi, après chaque dessin animé, vous avez écumé sans succès les parcs à la recherche de ces écureuils dépourvus d’une queue touffue, vous serez peut-être soulagé•e•s d’apprendre qu’ils vivent en réalité en Amérique du Nord (et que vous aussi, vous auriez pu chercher longtemps).

À lire aussi : Pourquoi les écureuils anglais de Londres sont des monstres

Le nom « chipmunk », qui est incroyablement plus mignon que « tamia », aurait plusieurs origines, dont « chipmonk » ou « chip squirrels », en référence à leur habitude de « tchipper » tout le monde. Mais on pardonne à ces rongeurs, parce que quand ils sautillent gaiement de branche en branche, ou se fourrent une noix dix fois trop grosse dans les bajoues…

rongeurs-mignons-tamia-1

Quoi ?

…bon, ils sont, disons-le, redoutablement mignons. C’en est presque honteux.

La gerboise pygmée, toute petite souris (étrange)

Vous êtes bien installé•e•s ? Vous avez séché ces larmes d’émotion que je ne saurais voir ? Bien. Alors blindez-vous mieux que ça, parce qu’on continue sur notre lancée avec la gerboise pygmée. Oui, pygmée en plus. J’ignore ce que la taille ajoute à tout ça, mais il n’empêche que ça marche : une gerboise pygmée va tirer plus de « oohh » et de « iih c’est chouquette » qu’une pauvre gerboise classique.

À lire aussi : Pourquoi les animaux mignons nous rendent-ils dingues ?

Notez cependant qu’elle n’est certes pas bien grande, et dépasse difficilement les 3 grammes toute mouillée… Mais il faudrait voir à ne pas la prendre pour une pauvre petite chose fragile pour autant ! La gerboise, toute pygmée qu’elle est, peut faire des bonds de 3 mètres de longueur sans se fatiguer, atteindre les 25 km/h en sprint, et creuser des terriers très profonds pour se mettre à l’abri de ses prédateurs ou de la chaleur.

Oui parce que la gerboise pygmée vit dans le désert. Et si vous, vous pleurez que vous suez des fesses, la gerboise s’en tape. La gerboise est déjà loin.

Le lérotin, petite queue touffue et yeux masqués (de façon mystérieuse)

Concluons ce superbe plaidoyer avec un autre petit rongeur d’Eurasie, qu’il est bien triste de connaître aussi peu. Petit cousin des loirs et des lérots, le lérotin est à ce dernier ce que la bolinette est au bol : une version miniature dont tout le monde doute de l’existence. Alors d’accord, le lérotin apparaît comme un petit rascal masqué…

À lire aussi : Quatre animaux bien moins inoffensifs qu’ils n’en ont l’air

Mais il n’empêche qu’il fait un adorable rongeur, qui ne demande guère qu’à vivre sa petite vie paisible dans sa forêt épaisse, au fond de laquelle il hiberne avec soin chaque hiver en se roulant littéralement en boule dans son trou d’arbre. Une toute petite boule.

rongeurs-mignons-lerotin

©Hlasek

Attention tout de même. À la manière de ses congénère, le lérotin, tout -otin qu’il soit, est d’une incroyable agilité et peut traverser plusieurs mètres en sautant d’un arbre à l’autre. Bref, lui non plus, vous ne l’impressionnez pas, et vous pourrez rester longtemps la bouche ouverte avant de pouvoir ne serait-ce que lui frôler les poils.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 17 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Portnawak
    Portnawak, Le 1 août 2016 à 13h17

    Y a que moi qui trouve que la gerboise pygmée est moche ? On dirait qu'on a mis des pattes de cigogne sous une souris jaune :eh:

    J'ai eu deux tamias quand j'étais petite, le premier on l'avait trouvé dans la cour, il était super sympa, il venait sur nous et nous faisait des calins. Un amour:jv:
    On a voulu en prendre un deuxième pour lui tenir compagnie, acheté en animalerie, c'était une teigne, il a fallu les séparer parce qu'il attaquait l'autre, il nous attaquait aussi dès qu'on mettait les mains dans la cage même pour le nourrir (on devait utiliser des gants en cuir épais de jardinage et malgré ça on sentait ses petites dents acérées). Il a même mordu le nez du chien à travers les barreaux.
    Mais il était mignon quand il dormait :rolleyes:

Lire l'intégralité des 17 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)